#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Faire évoluer les compétences pour un tourisme durable – UTD 2020

| Publié le 8 novembre 2020 • Mis à jour le 10 novembre 2020 à 16h44
Thèmatique :  Acteur privé   Formations 
         

Retrouvez ci-dessous la restitution de l’atelier « Faire évoluer les compétences pour un tourisme durable » qui a eu lieu lors des dernières Universités du Tourisme Durable à Troyes le 08 octobre 2020.

Organisées par l’association Acteurs du Tourisme Durable (ATD), les Universités du Tourisme Durable sont un temps privilégié d’échanges et de réflexion autour des enjeux de développement durable dans le monde du tourisme.

Simone Targetti Ferri (Disneyland Paris), Sébastien Jacquot (IREST) et Marie Allantaz (Experte Formation et Tourisme) au micro
Simone Targetti Ferri (Disneyland Paris), Sébastien Jacquot (IREST) et Marie Allantaz (Experte Formation et Tourisme) au micro © Sylvain Bordier Photographe

Intervenants :

  • Simone Targetti Ferri (Disneyland Paris)
  • Sébastien Jacquot (IREST)
  • Marie Allantaz (Experte Formation et Tourisme)

Animatrice:

Intervenants : Simone Targetti Ferri (Disneyland Paris) Sébastien Jacquot (IREST) Marie Allantaz (Experte Formation et Tourisme) Animatrice: Clémentine Russo (ATD / NousDurable)

«  Quels sont les compétences qu’un professionnel du tourisme doit acquérir pour aller vers un tourisme durable ? »

Marie Allantaz

Il faut repenser et renforcer les compétences actuelles en intégrant la durabilité dans le cycle de vie d’un produit touristique. Les critères d’analyse doivent changer pour intégrer des critères du durabilité. Toutes les parties prenantes doivent dorénavant être choisies en fonction d’une vision durable du tourisme.La distribution, de même que la communication offline et online, doivent de même être imaginées avec cette vision.

Autrement dit, plutôt que d’acquérir des compétences spécifiques liées au tourisme durable, les professionnels du tourisme doivent faire évoluer les compétences déjà acquises.

« Les étudiants avaient auparavant des cours spécifiques sur le développement durable. Il semblerait qu’il y ait maintenant une évolution avec l’intégration des notions de développement durable dans tous les cours. Est-ce bien le cas ? »

Sébastien Jacquot

Les notions de tourisme durable doivent maintenant être intégrées dans toutes les offres de formation, car elles concernent tous les métiers du tourisme.

Il y a ainsi eu une sensibilisation des formateurs sur le sujet pour que tous les cours intègrent ces notions de développement durable qui sont transversales à l’ensemble des métiers du tourisme. C’est de plus en plus souvent le cas, même s’il faut rappeler que les formateurs restent les seuls décideurs du contenu de leur cours.

Du côté des étudiants, on observe également un intérêt réel pour les questions du durabilité du tourisme. De plus en plus de sujets de mémoire questionnent ainsi la place du développement durable dans le tourisme.

Enfin, les entreprises touristiques elles-mêmes participent à cette prise de conscience auprès des étudiants en proposant de plus en plus de stages ou d’alternance intégrant les problématiques du développement durable. Les Ateliers Terrain permettent également aux étudiants de travailler sur ces sujets suite à la commande de travaux par des acteurs touristiques.

Tout l’écosystème de formation (enseignants, étudiants et entreprises) a donc intégré la nécessité de faire du développement durable, non pas une formation spécifique, mais au contraire la notion de base de tout l’enseignement.

« Simone, vous êtes arrivés au sein de Disney il y a 7 mois. Quelles constatations avez-vous pu faire au niveau de la formation des salariés du groupe ? Avez-vous vu la crise de la covid-19 comme une opportunité de formation ? »

Simone Targetti Ferri

Il y avait déjà chez Disney des programmes de formation (en salles et en ligne) qui intégraient des notions de développement durable. Ces notions étaient toutefois peu développées, alors même que les collaborateurs étaient en demande.

La covid-19 a alors été l’opportunité qui a permis de proposer des formations dédiées (notamment sur la restauration durable) à un grand nombre de collaborateurs alors en chômage partiel, avec l’appui de Betterfly Tourism.

Nous avons ainsi pu mettre en place des formations ciblées pour tous les collaborateurs : on ne forme en effet pas de la même manière et avec le même discours, les différents employés du groupe selon leur domaine d’activité et leur niveau hiérarchique.

Au-delà de ces formations complémentaires, je rappelle également l’importance de parler de développement durable dès les sessions d’intégration des saisonniers. En explication les raisons qui justifient l’intégration du développement durable dans toutes nos activités, nous avons la possibilité de faire que tout le monde se sente concerné et participe alors de manière active à la stratégie de développement durable.

Pour mobiliser les équipes, il faut en effet créer des déclics, des valeurs communes, mais aussi former les collaborateurs sur un savoir-faire et un savoir-être qui intègrent le développement durable.

« Y a-t’il des aides de l’Etat durant la crise pour inciter les entreprises à former leurs employés ? »

Réponse collégiale

Il y a en effet de nombreux dispositifs d’aides dont le FNE, le Fond National pour l’Emploi, qui permet une prise en charge à 100% par l’Etat de la formation de tous les collaborateurs en chômage partiel durant la pandémie.

Les formations mises en place chez Disney grâce à ce dispositif ont permis à la fois de former les collaborateurs, mais également de garder le lien avec eux.

Certaines Régions et l’ADEME peuvent également prendre en charge jusqu’à 100% du coût des formations.

Et n’oublions pas que le CPF, Compte Professionnel de Formation, dont bénéficie chaque salarié peut maintenant se cumuler, même en cas de changement d’entreprise. Les entreprises peuvent ainsi participer au frais des formations demandées par leurs employés qui utiliseraient leur CPF pour se former aux questions de développement durable.

« Ressentez-vous une anxiété des étudiants en tourisme quand à leur avenir ou à la vision négative que certaines tendances comme la honte de prendre l’avion font peser sur les professionnels du secteur ? »

Réponse collégiale

Il est en effet important de revaloriser les métiers du tourisme pour que les étudiants reviennent dans le secteur.

L’offre de formation s’est déjà adaptée avec maintenant des formations pluri-disciplinaires avec des options personnalisables : chaque étudiant aura un parcours différenciant et qu’il aura choisi en fonction de ses centres d’intérêts. De quoi les motiver à intégrer ses offres de formation !

L’ESCAET a également créé des formations spécifique pour aider les agents de voyage à mieux comprendre ce qu’est un projet durable, afin qu’ils sachent en parler et ainsi répondre aux questions nouvelles des clients sur les enjeux de développement durable.

Il y a 1 million de collaborateurs qui travaillent dans le tourisme, d’où l’importance d’une formation continue de qualité.

Mais si faire des formations est indispensable, il est primordial de mesurer l’impact et l’efficacité de celles-ci sur le long-terme.

Pour faire évoluer les compétences des professionnels vers un tourisme plus durable, il faut donc d’abord les sensibiliser pour les motiver à devenir acteurs du changement, puis les former pour qu’ils fassent évoluer leurs compétences en relation avec les problématiques du développement durable et enfin mesure l’efficacité des ces formations pour, si nécessaire, en proposer de nouvelles.


Faire évoluer les compétences pour un tourisme durable – UTD 2020 | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Alexandre Tisné-Versailles
Créateur d'activités touristiques innovantes (cabanes dans les arbres, escape game, jeux de piste dans des châteaux…), citoyen engagé dans le Développement Durable et voyageur responsable avec 2 tours du monde au compteur. Rédaction d'articles sur le tourisme durable et la littérature de voyages.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

« Le tourisme du futur sera un tourisme qui connait ses limites » - Interview de Jean-Pierre Lozato-Giotart Rencontre avec Jean-Pierre Lozato-Giotart, membre de l’AFEST (Association Française des Experts Scientifiques...

Candidater aux Tourism for Tomorrow Awards, c’est possible et c'est maintenant ! Faire connaitre et reconnaitre son activité touristique à l’international ? C’est possible ! Depuis 2004, le World Travel & Tourism...

Sixième édition de la bourse AVI International du voyage solidaire Pour sa sixième édition, la bourse AVI international du voyage solidaire s’ouvre à la Belgique et à la Suisse. Les projets sélectionnés devront...

Phenix - Production snowboards, skis et kiteboards - développement durable et Matos de Montagne Choisir son matériel de façon responsable avec Phenix : Production snowboards, skis et kiteboards...

Cabinet Conseil SPE Tourism - France SPE Tourism - Cabinet Conseil - Europe - France - Formations en tourisme responsable et solidaire - Membre de la coalition pour un tourisme responsable...

Rencontres du e-tourisme organisées par l'équipe de L'ARDESI - sur Voyageons-autrement rencontrer, découvrir, échanger et partager avec de très nombreux spécialistes du e-tourisme....

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
6e édition des Universités du Tourisme Durable

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda