#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Semer le Voyage pour récolter la Paix…

| Publié le 19 octobre 2020 • Mis à jour le 26 octobre 2020 à 17h56
Thèmatique :  Conseils   Guides   Ingénierie   Routes du Monde   Tourisme de masse 
         

On a l’habitude de taper sur le tourisme. Et on a raison. Avec son bilan carbone particulièrement lourd, ce secteur d’activité s’octroie une belle tranche de responsabilité dans le changement climatique que nous traversons. Raison pour laquelle il convient aujourd’hui de voyager autrement. De là à jeter le bébé avec l’eau du bain… ce serait oublier un peu vite, comme le rappelle ce beau proverbe africain, qu’« on entend l’arbre qui tombe, mais pas la forêt qui pousse ». Et cette forêt, il est sans doute utile de le rappeler, est tout simplement ma-gni-fi-que !

Julien Buot (ATR) et Laurianne Ernest (Ecoact) présentant le livre blanc "Tourisme & Changement climatique", destiné à accompagner les professionnels du tourisme dans leur transition bas-carbone
Julien Buot (ATR) et Laurianne Ernest (Ecoact) présentant le livre blanc « Tourisme & Changement climatique », destiné à accompagner les professionnels du tourisme dans leur transition bas-carbone 🌍🌱

Lors du 75ième anniversaire du débarquement, plusieurs colloques furent organisés en Normandie dont l’un consacré aux rapports entre tourisme et paix. L’un des invités, Julien Buot, directeur d’ATR (Association pour un Tourisme Responsable) rappelait à cette occasion qu’en 1967, l’ONU avait dédié l’année à venir au « Tourisme, économie de paix ». Le tourisme concernait alors 100 millions de voyageurs par an. 50 ans plus tard, ce sont plus d’un milliard d’êtres humains qui quittent chaque année leur pays, soit plus d’un sur sept ! « C’est là la première vertu du tourisme, expliquait Julien Buot, ce dialogue interculturel. On se confronte à l’inconnu, à d’autres réalités, à l’Autre… C’est cet élan initial qui a forgé notre Humanité. Et puis il y a la fierté de celui qui accueille, en dehors même du fait que le tourisme soit, presque toujours, une grande chance de développement économique pour les populations locales. Et donc de paix ».

L’occasion pour les invités de rappeler que pour être porteur de paix, le tourisme devait répondre à certaines règles. A minima : « contribuer à l’économie locale, être en cohérence sociale avec les populations, gérer la ressource environnementale »… Triptyque de base d’un tourisme dit durable. Lequel, mis en œuvre, permet d’assister à de véritables miracles. Comme en Colombie, pays devenu en quelques années grâce à l’effort de ses acteurs locaux, une destination très attractive. Quand elle fut, plusieurs décennies durant, synonyme de Violences, Peur, Chaos…

Changement d’échelle…

Toutes constatations qui donnent envie de prendre davantage de hauteur dans le temps et l’espace. Dans quel but ?… Embrasser le phénomène d’une manière plus vaste encore. C’est parti ?

Associé au déploiement partageur de l’information et d’internet, le tourisme est certainement le facteur qui a le plus contribué à nous faire sentir colocataires de la même petite planète. Sur laquelle les mélanges de population n’ont jamais été aussi nombreux. Nous portons tous désormais dans nos cœurs de petits morceaux de Terre et des personnes qui n’ont rien à voir avec nos origines, se trouvant situés à des milliers de kilomètres ! Plusieurs millions de personnes vivent aujourd’hui dans un autre pays que le « leur ». Elles s’expatrient, c’est-à-dire qu’elles s’extraient de ce conditionnement selon lequel chaque individu serait sensé appartenir à un lieu précis. Travail, coup de cœur, niveau de vie… peu importe le motif, le résultat est le même : ce brassage des populations tel que nous n’en avons jamais connu. Et qui commence si souvent par… un simple voyage. Rien de ce qui se passe au bout du monde ne nous est plus étranger et il s’est créé, concrètement, une opinion publique mondiale douée d’un Pouvoir tel que de simples pétitions ou un objectif de caméra (place Tian An Men) font changer le monde. Définitivement.

Le site du Pont du Gard avec comme slogan 'Culture et tourisme font cause commune' © Maia Flore - Agence VU - Atout France
Le site du Pont du Gard © Maia Flore – Agence VU – Atout France

La forêt qui pousse…

Certains pourront penser que ce ne sont là que des mots. Alors oublions les mots et passons aux chiffres. Que nous livrerons brut de commentaire*…

Il n’y a pas, en ce moment, sur terre, de guerre entre deux nations différentes. Les homicides ont diminué de plus de moitié (65%) au cours des 20 dernières années. L’extrême pauvreté a été divisé par 4 en 30 ans (42% en 1981, 11% en 2013). Les enfants obligés de travailler sont 4 fois moins nombreux (60 Millions) qu’il y a 15 ans (246 M). Le nombre de morts pour cause de guerre ne cesse de baisser, de même que la violence faite aux femmes, la répression de l’homosexualité et les pays pratiquant la peine de mort. La liberté, la tolérance, l’éducation et la santé sont en progrès constant sur l’ensemble de la planète… Dont acte, comme disent les juristes.

Tout ceci tandis que le Voyage devenait la première activité économique des êtres humains.

Et ce serait un hasard…

* chiffres émanant des agences internationales indépendantes : ONU, UNESCO, BIT, etc.


Semer le Voyage pour récolter la Paix… | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Présentation de l'OMT L'Organisation mondiale du tourisme est la seule institution intergouvernementale faisant office de tribune mondiale pour les questions de politique touristique et autres problèmes concernant...

Jean-Marc Mignon, président de l’OITS, nous livre ses impressions sur le Forum VA/ Etes-vous satisfait du déroulement de ce Forum 2013 et de la célébration du 50ème anniversaire de OITS?...

Tourisme responsable au Mexique: "Sortez des sentiers battus !” "Inviter le public parisien à connaître autrement le Mexique sous l’angle du tourisme responsable", tel était l’objectif que s'était fixé Manuel...

Le peuple kichwa de Sarayaku d'Amazonie équatorienne Spécialiste du voyage solidaire sur mesure, Routes Solidaires, marque de La Route des Voyages, propose des séjours solidaires insérés dans ses itinéraires de...

Tourisme responsable au Maroc : engagements et réalités de terrain Tourisme responsable au Maroc - engagements et réalités de terrain : la charte de tourisme responsable et les paradoxes de la station Mediterrania-Saïdia...

« Le Costa Rica souhaite être un exemple pour le monde » Maria Amalia Revelo Raventos, la Ministre du Tourisme du Costa Rica, a accepté d’évoquer la conception très forte que son pays se fait du tourisme durable....

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
6e édition des Universités du Tourisme Durable

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda