#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Destination Nature, le salon !

| 11 février 2020 • Mis à jour le 12.02.2020 à 15h05
         

Le salon Destination Nature (ex salon de la Randonnée) revient à Paris, porte de Versailles, du 12 au 15 mars prochain. L’occasion de faire le point avec sa directrice sur les nouvelles tendances du moment et les progrès de la durabilité. Aperçu avant impression…

Marianne Chandernagor

Voyageons Autrement : Depuis combien de temps le salon Destination Nature existe-t-il ?

Marianne Chandernagor : Le salon existe en fait depuis plus de trente ans. Après s’être longtemps appelé « Salon de la randonnée » puis Salon de la randonnée et des loisirs sportifs », il est devenu Destination Nature dans les années 2000 pour intégrer la notion, importante, de destinations. Il demeure néanmoins centré sur la pratique de la randonnée, les randonneurs (en l’occurrence, plus souvent encore, les randonneuses !) et l’offre près de chez soi : territoires d’accueil, Tours opérateurs, hébergements, etc. Plus, naturellement tout ce qui concerne l’équipement, le matériel et l’itinérance, pour soi comme pour son véhicule…  

VA : En quelques chiffres, combien y aura-t-il d’exposants cette année et combien de visiteurs ?

MC : Il y a 270 exposants pour 60.000 visiteurs attendus environ ; sachant que nous sommes associés depuis des années à l’écotrail de Paris dont les participants venaient traditionnellement retirer leur dossard sur le salon avant le départ ; ce qui ne sera pas le cas cette année et entrainera peut-être un léger fléchissement dans les chiffres…

VA : Sentez-vous une évolution dans le profil des personnes qui fréquentent le salon ?

MC : Nos visiteurs viennent principalement d’Île de France et sont d’ailleurs majoritairement des… visiteuses. Des femmes d’une cinquantaine d’années qui sont par ailleurs des voyageuses dans l’âme puisque 97% d’entre elles ont un projet de voyage prévu dans l’année. Mais, à côté de ces marcheuses assidus, vous trouvez de plus en plus de gens qui découvrent l’activité et veulent simplement s’oxygéner en organisant deux ou trois randos durant leurs vacances. Enfin, on rencontre également beaucoup de familles urbaines venues chercher des activités nature à pratiquer ensemble, style randos à vélo, jeux, etc. On n’est donc loin d’être uniquement sur des profils de grands sportifs ou de « pros » de la rando…

VA : Sentez-vous des tendances importantes se confirmer ou naître dans le rapport des gens à la nature ?

MC : Il est évident qu’une sorte de « coupure urbaine » est aujourd’hui recherchée par de plus en plus de personnes, à travers la pratique d’une activité nature donc. Cela commence souvent par la pratique du footing puis du trail ou, depuis quelques années maintenant, par celle de la marche nordique, voire du jeune pour certains. Dans tous les cas, il s’agit de se reconnecter à Soi, à la nature et aux autres. D’où l’émergence d’agences de voyages proposant des coupures digitales et vous transportant en des lieux forcément éloignés de ceux dédiés au tourisme de masse. On note également que pour partir, les mois de juillet-août ont de moins en moins la côte auprès de notre public, en partie retraité qui va favoriser les ailes de saison : juin et septembre, pour des raisons d’affluence évidentes. On notera également la tendance de mieux en mieux installée dédiée à toutes les micro-aventures : l’autonomie et les techniques de survie par exemple avec des voyagistes comme Explora Project qui vous fait partir en autonomie totale, ou encore la tendance consistant à lutter contre l’hyperconsommation, la newsletter encourageant à suivre ce chemin de modération (Chiloway) rencontrant beaucoup de succès auprès des plus jeunes. Sans oublier naturellement la très nette évolution en faveur de pratiques plus responsables.

VA : Justement, quelle place est-elle faite sur le salon à un tourisme plus durable ?

MC : Un tiers des visiteurs assurent cette année avoir changé leur manière d’agir en raison des dimensions écologique et responsable. C’est trois fois plus qu’il y a 5 ans et cela explique que nous n’ayons plus ressenti le besoin de créer un « village » dédié au tourisme durable comme nous l’avions fait pour la première fois il y a dix ans. Désormais, la dimension responsable – devenue un atout ! – est présente dans de très nombreuses propositions réparties sur tout le salon. Et nous y comptons notamment de nombreuses start-up montées par des jeunes et allant dans ce sens, proposant des voyages éco-responsables : Dakaé, Odysway, Out of rich entre autres… C’est une belle évolution qui nous a conduits à essayer de modérer nous-mêmes notre impact même si notre secteur : « l’événementiel », est opposé dans sa conception même à ce qui est « durable » : suppression des moquettes, utilisation de papiers recyclés, partenariats avec des associations…

VA : Quels exemples et propositions de slow tourisme vous ont paru prometteurs ?

MC : Quand on pense voyages, on pense souvent à l’étranger alors que la demande des Français s’oriente en priorité vers nos régions. D’où le programme « Nos chères campagnes » où nous engageons à la découverte de coins magnifiques mais peu connus comme le Limousin (aujourd’hui dénommé « Nouvelle Aquitaine ») que nous avons mis à l’honneur cette année. Là, pour le coup, vous êtes en plein slow tourisme. Et déconnecté ! Un randonneur inspiré (cf « les voyages de Mat ») avait traversé la France l’an passé du Nord-Est au Sud-Ouest en suivant la « diagonale du vide » pour montrer combien notre pays restait méconnu et exotique par endroits. Nous avons donc fouillé dans ce sens et mis en avant de vrais trésors ; dégottant de plus au passage toute une série d’hébergements insolites que nous avons réunis en village.

VA : Qu’est-ce qui, dans la programmation de cette année vous enthousiasme particulièrement ?

MC : J’aime beaucoup ce village des hébergements insolites justement qui offre l’opportunité de dormir en pleine nature dans des endroits étonnants (au cœur d’un vignoble !) et aussi le fait que notre offre côté équipements se soit considérablement renforcée pour répondre à une demande de plus en plus importante. Les visiteurs trouveront vraiment tout ce qu’ils cherchent dans ce nouveau village « Equipements », y compris des applis comme Melckone qui fait le lien entre randonneurs et chasseurs et permet de sécuriser ses ballades en période de chasse.  

VA : Il y a des animations et conférences également…

MC : Plus de 50, en effet qui ont, cette année, été regroupées par thématique et demi-journée comme le souhaitait les visiteurs. Ainsi le jeudi parlera-t-on beaucoup de tourisme durable, le vendredi d’harmonie et de nature le matin puis de vélo l’après-midi. Sans oublier les indispensables rdv « techniques » : comment faire son sac, s’orienter, etc. Le mieux étant bien sûr de consulter le programme  sur notre site…

VA : De quoi n’a-t-on pas parlé qui vous soit cher ?

MC : J’aimerai juste dire un mot d’un petit nouveau, « La voyageuse », un réseau s’adressant aux femmes qui voyagent seules et leur proposant des hébergements safe, de confiance partout dans le monde…


Destination Nature, le salon ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le vélo supplante la randonnée dans les activités préférées des Français… Par une belle journée printanière du mois de mai, la Fédération française de Cyclotourisme réunissait au Steel Cyclewear, concept-store...

Vallées préservées et savoirs agricoles ancestraux dans le Tyrol autrichien Au coeur des Alpes autrichiennes se trouvent les petites vallées de Schmirntal et Valsertal où le temps semble s'être arrêté...

Les Villages de gîtes, le top pour des vacances de groupe ! Les Villages de gîtes sont un compromis idéal pour les groupes souhaitant profiter de la nature et d'un cadre accueillant....

Jordanie : Randonnée à Wadi Rum et plongée dans la Mer Rouge En Jordanie il y a Pétra, mais il y a aussi le désert de Wadi Rum et les fonds marins de la Mer Rouge ! Je vous décris cette troisième étape de l'itinéraire...

Gîte de Chamorin à Verclause, ferme en Drôme Provençale entre Nyons (35km) et Gap (70km) en Drôme Provençale, au cœur des Baronnies, pays du tilleul et de la lavande...

Les acteurs du voyage d'aventure Voyage d'aventure : Les voyagistes spécialistes de l'aventure : trekking, randonnée,...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda