#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Cétamada… et pas ailleurs

| Publié le 18 mars 2021 • Mis à jour le 27 mars 2021 à 10h10
         

Un jour prochain, bientôt, lorsque la planète sera redevenue notre lieu commun, notre terrain de jeu collectif. Quand on ne sera plus coincés en retenue, on pourra retourner à Mada’. Alors, on ira voir sauter les baleines. Parce que c’est quand même un chouette spectacle…

Il y a l’excitation de la quête, bien sûr, avec ce petit nœud pap’ à la gorge des fois qu’on rentrerait bredouille (mais à Mada, aux bonnes dates, c’est rare). Il y a surtout qu’en plus du côté impressionnant du spectacle, voir surgir les baleines vous retourne chaque fois les tripes. Personne ne sait trop pourquoi, mais c’est comme ça : hyper émouvant. Un truc magique qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie. Comme les aurores boréales. Sur l’île enchantée (qui est aussi un chef-d’œuvre en péril, on le sait) c’est tout en haut, du côté de Sainte Marie que cela se passe. Et aussi un peu du côté de Nosy Be, Tulear et Fort Dauphin. Mais ce coup là, quand on ira voir les baleines, on ne fera pas ça n’importe comment (parce qu’on a compris la leçon, pas vrai ? On a fini de consommer le monde). On passera donc par ceux qui œuvrent – d’abord – dans l’intérêt des altesses des mers ; ceux qui, depuis 10 ans maintenant, se battent pour que nos enfants et leurs enfants puissent un jour assister à « ça »…

Une queue de baleine entrevue à Madagascar

Ecotourisme, recherche scientifique, développement communautaire, éducation environnementale, Cetamada se bat sur tous les fronts et chaque année, partage ses connaissances avec plus de 30 stagiaires, bénévoles et scientifiques accueillis. Depuis le début, ils ont déjà organisé près de 6000 sorties d’observation des baleines, formé 275 guides et écovolontaires et sensibilisé près de 7000 enfants dans les écoles. Et ramassé je ne sais plus combien de tonnes de déchets. Ils font vraiment du bon boulot.  Alors pensez à eux. Non content d’avoir vu danser les baleines, vous aurez, de plus, la banane de leur avoir donné un petit coup de pouce.

« Pour que la baleine demeure le plus grand animal de la planète… »


Cétamada… et pas ailleurs | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Soundwave on the Road, le blog au vent de liberté "Soundwave on the road", ondes sonores sur la route... En couple depuis les bancs du lycée, Claire & Jérémie ont la trentaine et voyagent en sac à dos avec leurs...

Plongée au cœur du Lagon Bleu de Djibouti Le soleil se couche sur l’île Musha, je suis avec Gassira et Hussein qui nous reçoivent dans l’écologde du Lagon Bleu. Sous l’eau, poissons chats, clowns, chirurgiens,...

Costa Rica Découverte : histoire d’une passion partagée… Venus passer des vacances au Costa Rica, Anne et Pierre Jolivet tombent amoureux fous de ce pays aux multiples visages où la nature est reine....

SeaCrush.com : plongez et sauvez la planète ! SeaCrush.com propose des voyages de plongée où exploration des fonds marins rime avec un profond respect de l’environnement...

Réseau National Echouage - Des exemples en Corse En Corse le Réseau National Echouage (RNE), a comptabilisé 5 animaux échoués en Corse en 1999, 11 en 2002, 16 en 2005 et 25 en 2007....

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda