#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Rail and Ride : Un train d’avance sur les voyages nature

| 19 mars 2013 • Mis à jour le 20.03.2013 à 9h38
         

Fanny Cathala est accompagnatrice en montagne dans les Alpes françaises. Sa passion pour les voyages en immersion dans la nature l’a conduite aux quatre coins de l’Europe. Mais avec quelques amis, ils ont souhaité rendre leurs voyages plus cohérents avec leurs valeurs et cesser d’utiliser l’avion pour se déplacer. Entretien avec une aventurière de la mobilité douce.

fanny_cathala_rail_and_ride

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le collectif Rail and Ride?

Rail and ride a été créé il y a trois ans, à la suite d’un voyage en Laponie Suédoise. Nous sommes une équipe de 5 personnes, tous passionnés de sports de pleine nature et plus particulièrement de sports de montagne.
Nous avons toujours voyagé et fait des voyages nature. En 2008 nous nous sommes rendus en Islande en avion, et je me suis longuement questionnée sur notre mode de transport, et le paradoxe qu’il y avait entre un voyage nature et des déplacements extrêmement polluants.
A notre retour, nous avons ouvert nos atlas et choisi une destination européenne la plus lointaine possible, et on s’est rendu compte que la Laponie était très accessible en train! Nous avons fait une première expédition en 2010, comme une sorte de test : un départ en plein hiver avec tout le matériel de ski. L’expérience fut tellement bonne que nous y sommes retournés en 2011 et 2012.

Pourquoi ce choix de la Laponie Suedoise et quel fut votre parcours?

Nous parcourons au quotidien les pays de Savoie qui sont des espaces magnifiques mais très habités. L’idée est d‘aller chercher les grands espaces en Europe qui sont à portée de train, d’où le choix de la Laponie Suedoise.

Nous n’avons pas fait le choix d’un pays mais plutôt celui d’un milieu. En l’occurrence, ce qui nous intéresse ici c’est d’aller chercher la Toundra et la Taïga qui sont des espaces sauvages fabuleux au sein desquels on se retrouve en totale autonomie. On y apprend à vivre avec la nature et c’est ce qui nous attire avant toute chose. De plus, ces espaces ne sont pas vides d’hommes puisque des nomades les parcourent encore.

railandride_nuit

Partis en train de chez nous, nous nous sommes tous retrouvés à Genève pour rejoindre la Laponie Suédoise en remontant par la Suisse, l’Allemagne, le Danemark et la Suède pendant 2 jours et 2 nuits. Nous sommes arrivés à la gare de Gällivare puis un bus nous a ensuite déposé aux portes du parc national du Sarek, qu’on surnomme l’Alaska de l’Europe.
On a traversé ce massif du Sarek et suivi la route de migration du peuple Sami jusqu’à leur camp d’été situé au bord de la mer en Norvège.
Un voilier nous a alors récupéré dans un fjord pour nous déposer ensuite à l’arrêt de bus le plus proche.

Comment fait-on pour partir si loin avec pour seul mode de déplacement la mobilité douce?

On nous dit souvent “pour partir en vacances en train, il faut 6 mois de disponibilité!” Et le but de ces trois voyages est justement de montrer qu’on peut voyager en train sur des longues distances dans un temps normal de vacances. Deux jours Aller puis deux jours Retour, le temps passé dans les transport peut paraitre long. Mais le temps du transport n’est pas un moment d’attente mais bien un moment fort du voyage, une expérience humaine unique pour le groupe. Ca n’est en aucun cas du temps perdu sur place, puisqu’on est déjà dans un voyage. De plus, le train permet aussi de se rendre compte des distances que l’on parcourt.

Le réseau ferré européen est très bien maillé, et on peut facilement envisager des voyages nature de la sorte aux quatre coins de l’Europe.
De cette façon, on prend le temps de voyager, alors que dans la vie de tous les jours on n’a jamais le temps de rien.

rail_and_ride_train

De cette aventure a découlé un documentaire, Terminus Boréal. Quel est l’objectif de ce film?

L’idée de départ est de faire découvrir la mobilité douce au plus grand nombre. Le projet a intéressé une maison de production et une chaine de télévision et nous sommes donc partis avec un professionnel pour filmer.
Au delà des belles images que nous avons pu ramener, notre but avec ce film est de donner des clefs et de dire : “mais vous aussi vous pouvez le faire!”. On trouve dans notre DVD toutes les informations pratiques pour reproduire ce genre de voyage. Le film est donc construit en deux parties, avec des images dans le train ainsi que des images sublimes de paysages en Laponie.

Vous avez organisé de nombreuses projections, comment le film est-il reçu par les spectateurs?

Le film est très bien reçu, tant sur les festivals que lors de projections plus confidentielles pour des associations locales par exemple. Il ne présente pas un exploit mais bien une aventure humaine entre amis, ce qui fait que les gens se projettent facilement dans le voyage. Après chaque diffusion, je reçois des quantités d’emails dans lesquels les gens me posent des questions pour organiser eux-mêmes leurs voyages en train.

Nous continuons la tournée des festivals, et serons dès la semaine prochaine à St Etienne les 22 et 23 mars, à Lyon le 24 mars pour le salon de la randonnée, à Paris le 4 avril sur le festival Partir autrement, et nous finalisons actuellement toutes les autres dates. Sinon, le film est en rediffusion régulière sur Montagne TV et il est possible de commander le DVD sur notre blog.

Vous rentrez tout juste d’une nouvelle expédition à l’Etna, comment s’est passé ce nouveau voyage?

C’était un petit voyage qui avait pour objectif d’ouvrir le concept de Rail and Ride à plus de monde et cette fois nous étions quinze. L’idée était de faire découvrir à la fois un long voyage en train, 24 heures en l’occurrence, et de profiter sur place des sports de pleine nature. Nous sommes allés skier sur les pentes de l’Etna. C’était une initiation à ce type de voyages pour la plupart des participants et ça s’est tellement bien passé que tous souhaitent partir à nouveau!

Quelle suite souhaitez-vous donner à Rail and Ride?

Aujourd’hui Rail and Ride est une association qui souhaite donner les clefs à tous ceux qui désirent organiser des voyages nature en train en Europe. Nous créons actuellement un site internet communautaire où les gens pourront partager leurs trajets. On a véritablement développé des compétences sur le sujet : par exemple, on trouve en quelques secondes toutes les informations pour organiser un Chamonix – Bratislava, alors que ça sera très compliqué d’obtenir ces informations par la SNCF. On souhaite donc continuer d’être des conseillers sur le sujet.

rail_and_ride_laponie

On organise régulièrement des petits voyages à destination des membres de l’association ainsi que des initiations sur des courtes distances en utilisant les transports en commun.
Bien sûr d’autres projets de grands voyages sont en discussion. On en dira plus sur le sujet bientôt.

Si vous avez la moindre question sur l’organisation d’un voyage nature en train ou en ferry en Europe, n’hésitez pas à contacter Fanny par le biais de son blog.

Alpine Pearls - Natürlich Sanfter Urlaub

Dossier : Les acteurs responsables en Montagne – 12 semaines 12 articles Parce qu’il n’y a pas que les sujets sur «Comment réduire son budget Ski cet hiver» qui doivent primer, Voyageons Autrement propose cet hiver un dossier spécial montagne sur les acteurs et les destinations qui prônent un tourisme responsable en montagne. Prenez contact pour tout renseignement.


Rail and Ride : Un train d’avance sur les voyages nature | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Sebastien Repeto
Fondateur de l'Agence Social Media My Destination, Sébastien est avant tout un passionné de voyage.
FacebookGoogleTwitter

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Rail and Ride : Un train d’avance sur les voyages nature

  1. Laponico a commenté:

    Grand amateur de régions nordiques et de Laponie, où je suis allé plusieurs fois, j’ai beaucoup aimé Terminus Boréal, tant au niveau du film que de la philosophie qui s’en dégageait…
    Voyager lentement, dans nos vies toujours en quête de temps, est quelque chose permettant vraiment de retourner aux sources !
    J’y suis allé en avion a chaque fois (jusqu’à Stockholm), puis en train pour monter, et le reveil en Laponie est magique !
    Rien que d’y penser me donne envie d’y retourner :-)
    Brevo en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Les must de la rando à vélo... ... selon Philippe Coupy, président de l’association France Vélo Tourisme, créée en partenariat avec les territoires. Faire un choix entre tous les itinéraires proposés aujourd’hui...

Le retour du loup : ce que l’on ne nous dit pas… Le loup a totalement disparu de France entre 1920 et 1940, victime d’empoisonnement à la strychnine et du manque de gibier, dans un pays où la pression agricole...

Selectour Manava Voyages Manava Voyages est présent dans le monde du voyage depuis 1989. Membre du réseau Selectour depuis 1995. Voyages solidaires - avec l'agence Mission Aventure...

Entreprendre le monde : un couple, deux vélos, à travers l'Europe Jusqu’à son récent départ en voyage, Mila travaillait dans le monde de l’économie collaborative. Très sensible à de nombreuses causes, son engagement...

GAME : les trois mousquetaires du tourisme durable Tels les trois mousquetaires, Géo-Système, Ethicalia et MaHoC ont adopté la devise du « Un pour tous! Tous pour un », doublant ce mythe de l’amitié par un engagement...

3. Mobilite douce Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Mobilite douce (TRANSPORT) ?...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Une Montagne de solutions durables

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda