#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Influenceurs : phénomène de mode ou vrai métier ?

| 14 mars 2019 • Mis à jour le 31.03.2019 à 9h19
Thèmatique :  Conseils   Monde   Portrait   Tourisme de masse 
         

Depuis quelques années, les influenceurs prennent de plus en plus de place dans le marché du tourisme. Que ce soit côté influenceur, voyagiste ou voyageur, quels sont les réels impacts de la pratique du marketing d’influence sur le tourisme ? Qui en profite et comment ? Enquête sur un nouveau métier d’avenir (ou pas).

© Elisabeth Blanchet

Côté influenceurs

Le boulot d’influenceur fait rêver : on voyage, on poste, on influence et on est sponsorisé par une marque ou un acteur du tourisme… Ca paraît simple mais sachez que ce ne sont pas des vacances malgré le côté “hyper cool” de la “job description” : il faut travailler sur son contenu, la qualité de ses photos, agrandir sa communauté de followers etc. Sachez aussi que rares sont ceux qui percent et vivent de leur influence. On appelle ces derniers des major-influenceurs, un titre dont ils héritent à partir de 100 000 followers. En France, ils ne seraient qu’une dizaine. Les autres entrent dans la catégorie des micro-influenceurs – à partir de 10 000 followers – et se contentent pour la plupart de partenariats qui leur permettent au mieux de financer des voyages. Comment faire pour passer dans la catégorie “major” ? D’après Bruno Maltor, célèbre blogueur-influenceur de 27 ans – 2 millions de visiteurs uniques sur son blog Votre Tour du Monde et une communauté de 350 000 followers -, l’identité est capitale. Il faut la construire et la cultiver. Il est aussi nécessaire d’être libre par rapport à son contenu et d’établir une relation de confiance avec ses partenaires. Le rapport avec sa communauté de followers est aussi très importante. Bruno Maltor n’hésite pas à dire qu’ “il vit et interagit” avec la sienne. Vision et expériences personnelles du voyage, telles sont les clés de la réussite d’un influenceur. A vous de trouver votre recette magique pour attirer des followers et les fidéliser et bien sûr développer des collaborations fructueuses.

© Elisabeth Blanchet

Côté influencés

Finalement, quand on y réfléchit, les influenceurs ont toujours existé… Depuis des siècles, des écrivains, des personnalités politiques, des stars de cinéma, des sportifs de haut niveau, des artistes du show business ont mis des destinations à la mode, mais aussi des coupes de cheveux, des types de vêtements et autres accessoires… Avec l’avènement des réseaux sociaux, chacun peut faire sa star de cinéma, avoir un compte instagram, une chaîne youtube etc… et se lancer dans le marketing de l’influence. Et ça marche puisque d’après une étude de l’entreprise d’études marketing Harris Interactive réalisée en 2018, 80% des Français déclarent avoir une idée de ce qu’est un influenceur et  50% des 18-24 ans certifient suivre au moins l’un d’eux sur les réseaux sociaux. D’autre part, tandis que 79% des  Français voient en eux des partenaires des marques, engagés dans des démarches de promotion, 41% des plus jeunes les considèrent plus comme des experts qui savent rester indépendants dans leurs conseils. Enfin un tiers des Français avouent avoir déjà été influencés dans leur comportement par un blogueur-influenceur. On comprend pourquoi les marques et les voyagistes ont vite saisi la manne…

© Elisabeth Blanchet

Côté marques et voyagistes

La philanthropie n’est pas le but premier but d’une entreprise. Concrètement, que leur apporte donc un accoquinement avec un influenceur. D’abord une autre forme de publicité. Toujours selon la même étude de Harris Interactive, 41% des Français estiment que la communication d’influence est plus efficace que la publicité traditionnelle. De plus, recourir à des influenceurs permet de cibler le type de public que l’on veut toucher. Bien sûr, les acteurs du tourisme cherchent à collaborer avec des influenceurs pour vendre mais ils cherchent aussi à valoriser et à développer leur image de marque grâce à des contenus plus personnels, naturels et inspirants. Du coup, les conséquences se font sentir auprès des medias traditionnels : tandis que les voyages de presse se réduisent comme peau de chagrin, les influenceurs courent par monts et par vaux sur la planète… Les journalistes spécialisés dans le tourisme et le voyage sont-ils menacés pour autant ? Probablement pas car il s’agit de deux métiers totalement différents qui peuvent tout à fait coexister. Les premiers ont une règle : la liberté d’expression. Les seconds font partie d’un écosystème géré et contrôlé par les marques. Restent aux acteurs du tourisme à ne pas faire la confusion et ménager la chèvre et le chou en terme de budgets !

© Elisabeth Blanchet

Nébuleuse économique

Il est encore difficile aujourd’hui de connaître le retour sur investissement des marques et des voyagistes qui se sont lancés dans des partenariats avec des influenceurs. Difficile de savoir aussi combien ces derniers touchent : les major-influenceurs sont très discrets sur leur chiffre d’affaire. Une chose est sûre, le nombre d’influenceurs augmente. Mais parmi eux, on voit aussi apparaître une vague de roublards qui ne cherchent qu’à se faire financer des voyages gratuits. Du coup, les acteurs du tourisme sont de plus en plus attentifs et réalisent un vrai travail en amont avant de s’engager. Autre tendance : une certaine lassitude des internautes devant des photos répétitives, filtrées façon selfie et redondantes – moi devant le Taj Mahal, le Mont-Saint-Michel, le London Eye, en combinaison de plongée etc etc -. Du coup, un nouveau genre d’influenceurs commence à avoir la côte : celle des nano-influenceurs dont les contenus sont de qualité et plus ciblés.  A suivre…

—– Lien vers le post Facebook si vous souhaitez commenter / partager


Influenceurs : phénomène de mode ou vrai métier ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Elisabeth Blanchet
Ancienne prof de maths, je me suis reconvertie dans le photo journalisme en 2003 à Londres où je vivais. J’ai travaillé pour différents magazines dont Time Out London et j’ai développé des projets à longs termes dont un sujet les préfabriqués d’après-guerre, une véritable obsession qui perdure, les Irish Travellers -nomades Irlandais- dans le monde, les orphelins de Ceausescu - je suis des jeunes qui ont grandi dans les orphelinats du dictateur depuis 25 ans -. Je voyage beaucoup et j’adore raconter des histoires en photo, avec des mots, en filmant, en enregistrant… Des histoires de lieux, de découvertes mais surtout de gens. Destinations de cœur : Royaume-Uni, Irlande, Laponie, Russie, Etats-Unis, Balkans, Irlande, Lewis & Harris Coup de cœur tourisme responsable : Caravan, le Tiny House Hotel de Portland, Oregon – Mon livre de voyage : L’Usage du Monde de Nicolas Bouvier – Le livre que je ne prends jamais en voyage : L’oeuvre complète de Proust à cause du poids – Une petite phrase qui parle à mon cœur de voyageur : « Home is where you park it »
FacebookGoogleTwitter

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Influenceurs : phénomène de mode ou vrai métier ? Que ce soit côté influenceur, voyagiste ou voyageur, quels sont les réels impacts de la pratique du marketing d’influence sur le tourisme ?...

Les Globe Blogueurs, pour relier l'Homme à la nature Les Globes Blogueurs est un blog de voyage engagé pour un tourisme responsable / tourisme durable, pour relier l'Homme à la nature à travers des récits de voyage....

World me now, le blog "green lifestyle" de Pauline Après avoir travaillé 5 ans dans le tourisme, Pauline décide d’allier sa passion pour l’audiovisuel et le voyage en créant un blog en 2017. Rapidement elle s’aperçoit...

One Chaï, le blog à contre-courant de Laurent Sur son blog de voyage, One Chaï, Laurent transmet sa passion pour le voyage dans les destinations les moins touristiques du globe. Rencontre avec ce blogueur pas comme...

Voyager en van aménagé : c'est "durable" ? Lui c’est Pierre. Elle c’est Camille. Deux Bretons d’origine, voyageurs du monde et nomades digitaux (ils travaillent tout en voyageant depuis leurs ordinateurs portables). Il...

Une carte du monde du tourisme de masse Le surtourisme (ou tourisme de masse) a fait la Une de nombreux journaux cet été. Le tourisme n'est pas un secteur en crise, bien au contraire mais ......

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda