#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Villages Clubs du Soleil – Retour sur un modèle original

| Publié le 10 avril 2012 • Mis à jour le 2 mai 2012 à 8h54
         

Chez Villages Clubs du Soleil (VCS), le prix de la RSE obtenu en février 2012 est aussi la marque d’un modèle original où pour des raisons historiques et de typicité de produit, le social a été pensé avant l’environnemental. Retour sur une démarche et son contenu.

Du social à l’environnemental

VCS est la première entreprise touristique à remporter le prix de la RSE PACA et Bouches du Rhône complété par l’obtention de l’évalution Afaq 26 000 sur la contribution de l’entreprise à la RSE de 3* sur 4. L’ensemble couronne une démarche originale où le social a précédé l’environnemental. Or, les raisons d’un tel choix sont très concrètes, VCS étant composé de villages de vacances n’ouvrant que sept mois par an, il a logiquement priorisé sa politique sociale et salariale sur l’environnemental. Cela s’est traduit par la volonté de sédentariser les salariés, leur intéressement aux résultats de l’entreprise, l’aide au départ en vacances des familles ouvrières, la recherche d’activités de montagne été comme hiver, etc. Directrice du Développement Durable de VCS, Armelle Cizeron explique : « Accompagner le personnel et l’aider à se sédentariser sur place fait partie des axes forts. En sédentarisant le personnel, on garantit l’ouverture d’une école, on aide le territoire, on fidélise notre personnel, on sécurise le produit et au bout de la chaine, on fidélise nos clients ».

En revanche, si elle travaille depuis longtemps sur l’axe environnemental, l’entreprise n’en a pas encore fait une priorité. Par exemple, pour l’heure, elle n’a toujours pas réalisé de bilan carbone, un bilan qui ne devrait toutefois pas tarder puisque depuis la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010, les entreprises de plus de 500 personnes se doivent de l’effectuer d’ici le 31 décembre 2012. Armelle Cizeron précise : « Nous sommes mono-produit et mono-destination, et donc, bien conscients que ce qui constituera le gros de notre bilan sera forcément le transport des clients et notre politique d’achat. Aujourd’hui, l’impact sur l’environnement de notre activité est un sujet compliqué car nous devons gérer les impacts indirects de notre activités comme cette question des transports. »

« Toutefois, poursuit-elle, nous avons aujourd’hui tous les ingrédients pour nous engager plus en avant vers une démarche environnementale. La volonté est là et à terme, nous avons à présent une vision des retombées économiques. La reconnaissance du prix RSE est aussi un véritable encouragement pour  nous. » Aujourd’hui, dans les fiches de poste VCS, l’adhésion à la démarche de Développement Durable est demandée.

Villages Clubs du Soleil une démarche sociale

En vacances avec Villages Clubs du Soleil

De l’environnemental au client

Si VCS a évidemment saisi tout l’enjeu que représente l’environnement pour une entreprise touristique, elle a en outre mis en place une stratégie assez fine, permettant d’utiliser les préconisations environnementales comme outil pédagogique à destination des clients. Concrètement, l’entreprise est partie du constat, tout simple, que le client étant en vacances, il n’était pas forcément évident de toujours lui demander de faire des efforts sur ses consommations d’eau, d’énergie et autres petits gestes (serviettes à réutiliser, etc.) sans lui offrir de contrepartie. Elle a alors eu une idée intéressante et constructive : plutôt que de réinjecter les économies liées à l’environnement dans le compte de résultat, celles-ci alimentent un fond « développement durable » qui permet de financer par exemple une alimentation bio sur les différents buffets proposés. Cela offre le double avantage d’alimenter une communication positive en expliquant aux clients que les petits efforts demandés leur permettent de manger mieux, tout en créant une sorte de cercle vertueux, les efforts sur l’environnement permettent d’acheter bio, et donc, de soutenir l’environnement…

De son côté, l’entreprise fait également des efforts, les dépenses environnementales (eau, fuel, chauffage, énergie, etc.) commencent à être mesurées et bénéficient d’une gestion assistée par ordinateur. De même, de nombreux petits chantiers sont lancés. Ainsi, pendant le temps des buffets, des informations pédagogiques seront fournies aux clients par le biais de messages diététiques et de conseils concrets sur l’alimentation. Une agence de communication aide pour cela l’entreprise afin que les messages soient positifs et légers. Enfin, et plus classiquement, VCS a mis en place tout un lot de questionnaires classiques de satisfaction visant à s’améliorer en écoutant les retours clients.

Du client au grand public ?

Toutefois, malgré la vraie reconnaissance professionnelle que représente le prix RSE obtenu récemment, VCS continue à communiquer à son échelle.   « On reste petit, avec des budgets limités, et on a peur du greenwashing. Il n’est pas toujours facile de trouver le discours juste », souligne Armelle Cizeron. On peut le comprendre, voire être quelque part admiratif quand certains n’hésitent pas à se gargariser au moindre geste, mais on peut aussi le regretter, car le parcours de VCS est intéressant et constructif, et pourrait peut être en inspirer d’autres. On le souhaite en tout cas…

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


Villages Clubs du Soleil – Retour sur un modèle original | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Villages Clubs du Soleil - Retour sur un modèle original Chez Villages Clubs du Soleil (VCS), le prix de la RSE obtenu en février 2012 est aussi la marque d’un modèle original où pour des raisons historiques et...

Fidéliser les saisonniers en montagne. L’exemple des Villages Club du Soleil. Acteur majeur des villages de vacances en France, les Villages Club du Soleil possèdent 90% de leurs implantations en montagnes. Se...

Interview Jean-Michel Coëffé, directeur général de Cap France. Cap France est aujourd’hui le premier réseau de villages de vacances du tourisme associatif en France....

Les Karellis : un exemple de tourisme social et associatif en montagne La montagne et ses plaisirs se conjuguent avec associatif, solidarité et social le tout aux Karrelis...

Rencontre avec Jérôme Arnaud, directeur de la station de La Grande Motte Rencontre avec Jérôme Arnaud, directeur de l’office de tourisme de La Grande Motte...

Innover et entreprendre dans le tourisme la DGE (Direction Générale des Entreprises) organisait le mardi 7 juin à la Cité de la mode et du design un colloque « Innover et entreprendre dans le tourisme ». Axé sur...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

Vous êtes dans le dossier

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda