#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

Le Club Med souhaite se montrer irréprochable en République Dominicaine

| Publié le 28 mars 2022 • Mis à jour le 29 mars 2022 à 8h46
Thèmatique :  Acteur privé   Ingénierie   Initiative privée   Tourisme de masse 
         

Bordée par la mer des Caraïbes et l’océan Atlantique, la République Dominicaine a hérité de l’histoire une sœur siamoise qui vit des jours difficiles. Une île, deux destins, deux histoires, deux langues. A l’ouest, Haïti, alors française, aux prises à l’heure actuelle avec une terrible guerre des gangs. A l’est, la République Dominicaine, hispanophone, souvent associée au tourisme de masse, avec des kilomètres de plages et de nombreux complexes hôteliers. Récemment, c’est au tour du Club Med de célébrer l’ouverture de son 1er resort Exclusive Collection d’Amérique. L’établissement qui se veut éco-chic se situe à Michès Playa Esmeralda, à la pointe la plus à l’ouest de l’île.

République Dominicaine@DR

Les engagements durables du Club Med à l’étranger

Si l’on connait le Club Med pour les facéties des Bronzés et ces villages vacance parfois décorrélés du monde extérieur, on sait moins que cette entreprise a été créée par un diamantaire d’Anvers dès 1950, avec pour idée d’abolir, le temps des vacances, les barrières sociales et économiques, dans une France encore traumatisée par la guerre. Depuis, le temps a filé, le Club a prospéré, évolué, connu des crises et des périodes de doute. En 2015, il est racheté par le groupe FOSUN Tourisme (Chine), un nouveau virage mais une identité réaffirmée, avec la volonté de mettre le développement durable au cœur de la gouvernance. Agnès Weil (directrice développement durable du Club) : « Notre actionnaire est conscient de ces enjeux et accompagne nos démarches.  On constate ainsi qu’au moment de faire notre rapport annuel au Groupe, de plus en plus d’éléments relatifs à nos engagement et à nos réalisations en termes de RSE nous sont exigés, et c’est une bonne chose… »

En ce sens, à l’image de toute nouvelle construction, les nouveaux Club sont éco-certifiés BREEAM, les resorts Green Globe et les circuits Découverte ATR. Le Club s’engage également à se fournir au maximum auprès de producteurs locaux en ce qui concerne ses restaurants et autres produits de consommation courante. Des nettoyages de plages sont organisés dans de nombreux Resorts. Au Brésil et aux Maldives, le Club Med travaille à la protection des récifs coralliens et invite les G.M à parrainer la réimplantation de coraux… Les équipes sont également formés au développement durable, avec des coordinateurs « développement durable » dédiés à la formation du personnel en début de saison pour pallier les rotations de personnels.

Club Med de Michès Playa Esmaralda©DR

Un nouveau club éco-responsable sur la pointe de la République Dominicaine

En ce sens, le tout nouveau Club Med de Michès Playa Esmaralda inauguré début 2020 dans une baie préservée de République Dominicaine est certifié BREEAM,,  la méthode la plus reconnue d’évaluation de la performance environnementale des bâtiments. L’établissement se veut donc « écolo-chic » et marque, avec près de 90 millions d’euros d’investissement, l’ascension de la marque vers le très haut de gamme. Alors, pour garantir une implantation « en douceur » dans un écrin naturel situé entre mer et montagne et doté d’une forêt tropicale foisonnante, ce nouveau Club a porté une attention toute particulière au développement durable, avec un chantier confié à Didier et Quentin Lefort dont le cabinet d’architecteur DL2A a été un pionnier en la matière. L’idée : concevoir un resort qui ne dénature pas le paysage, avec notamment 2 000 palmiers préservés ou transplantés pour réduire au minimum l’empreinte écologique, des toits en forme de coques de bateaux évoquant le village de pêcheurs de Michès et un espace pour les enfants aménagé dans une maison du petit jardinier, lieu communautaire où ils sont sensibilisés au développement durable. De même, au restaurant, pour éviter le gaspillage alimentaire, les buffets dispendieux d’antan ont été abandonnés au profit de recettes locales ou de « cuisines du monde » dont la demande est évaluée quotidiennement par des robots pour éviter de sur-commander.

Club Med de Michès Playa Esmeralda©DR

En guise de conclusion

Il serait toutefois illusoire de penser que tout va pour le mieux en République Dominicaine. Au-delà de ces Clubs où la vie est douce et propice à la déconnection, reste une population locale souvent aux prises avec une extrême pauvreté et tous les effets pervers liés à un tourisme de masse parfois loin des cartes postales. Mendicité, tourisme sexuel, pédophilie, sont autant de maux qui rongent certains lieux tel Sosua, sur-fréquentés par des touristes occidentaux, avec des effets désastreux sur la jeunesse de l’île. On sait par exemple qu’en République Dominicaine, une fille sur quatre met un terme à sa scolarité, étant tombée enceinte. L’éducation est gratuite, mais cesse d’être obligatoire au niveau secondaire. Résultat : à partir de 14 ans, les jeunes Dominicains peuvent quitter l’école sans conséquences. De nombreux documentaires (à l’instar de ceux réalisés par Sara Cornett) dénoncent ces pratiques. Il pourrait être intéressant de voir comment les Clubs et complexes hôteliers communiquent sur ces pratiques et s’ils ont le courage d’informer et de sensibiliser leur clientèle à ces sujets. A l’heure où Haïti, encore aux prises avec de terribles problèmes de sécurité, se prend à espérer un retour sur la carte touristique, il faut vivement souhaiter que l’état haïtien prenne également en compte ces effets pervers d’un tourisme trop massif sur la jeunesse et les populations fragiles.

Egalité Femmes Hommes
Le thème du 8 mars 2022 porte sur : L’égalité aujourd’hui pour un avenir durable (Source : Pixabay)

Le Club Med souhaite se montrer irréprochable en République Dominicaine | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Voyageurs du Monde - Des engagements responsables souvent pionniers Voyageurs du Monde est un TO qui s'engage dans des actions de réduction et de compensation des emissions de CO2 et d'équité Nord/sud...

Choisissez des vacances créatives pour découvrir le monde autrement. Les Ateliers Autour du Monde offre à ses adhérents la possibilité de pratiquer des activités traditionnelles dans leur pays d'origine pour favoriser...

Les nouveaux catalogues 2009/2010 d'Allibert : Désert du monde, Neiges et Soleils d'hiver Les nouveaux catalogues 2009/2010 d'Allibert : Désert du monde, Neiges et Soleils d'hiver. La rentrée est souvent synonyme...

Megan Epler Wood, pionnière et visionnaire mondiale de l’écotourisme A l'approche de la Ecotourism and Sustainable Tourism Conference 2012,  Voyageons-Autrement a souhaité interviewer une grande figure du monde...

« Le Costa Rica souhaite être un exemple pour le monde » Maria Amalia Revelo Raventos, la Ministre du Tourisme du Costa Rica, a accepté d’évoquer la conception très forte que son pays se fait du tourisme durable....

promotion partenaire feuille de chou

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda