#TourismeDurable

Tourisme et pandémie : la situation côté tours opérateurs

| Publié le 1 mars 2021 • Mis à jour le 2 mars 2021 à 6h40
         
Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
Sentier longeant le littoral du nord Cotentin © Maxime Coquart

Un an après le début de la pandémie, les tour opérateurs sont particulièrement touchés par la crise et s’apprêtent à survivre à une deuxième année blanche. Aline Laillé, directrice de l’agence de voyage VEFE Voyages Educatifs/Evatours, spécialisée dans les voyages éducatifs et scolaires, dresse le bilan. 

Aucune reprise pour 2021

« En tant que Tour Opérateur spécialiste des voyages scolaires, notre activité s’est brutalement arrêtée fin février 2020, nous avons annulé l’ensemble de notre saison qui se concentre entre mars et juin de chaque année, et nous n’avons eu aucune reprise, pas même en septembre-octobre », commence Aline Laillé. Il s’agit pourtant de la période pendant laquelle les organismes enregistrent toutes leurs commandes pour l’année scolaire. Quant à une éventuelle reprise pour 2021, Aline est sceptique : « Actuellement il n’y a aucune prise de décision de la part du gouvernement pour une reprise quelconque en 2021 dans notre secteur. Nous nous orientons donc vers deux années blanches consécutives« , déplore-t-elle. 

Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
Randonnée à cheval sur les plages du Calvados © Sylvain Guichard

Des décisions d’en haut prises sans concertation

Tributaire des décisions du Ministère de l’Education Nationale, « dont la FAQ a été mise à jour en février 2021 sans que notre secteur ait été concerté », VEFE Voyages Educatifs, dont Aline est la directrice, a dû annuler le peu de reports de voyages qui avaient pu être envisagés en France avec nuitées. Les voyages à l’étranger, eux, sont totalement compromis, d’autant plus que la destination principale de VEFE Voyages Educatifs est le Royaume-Uni, une destination qui cumule crise sanitaire et difficultés liées au Brexit

Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
Beuvron-en-Auge en plein pays d’Auge © Loïc Durand

Un secteur sous perfusion

« Nous enregistrons une perte de chiffre d’affaires de l’ordre de 95% pour 2020 et aucune commande pour 2021. De plus, nous avons dû faire des avoirs à tous nos clients que nous devrons intégralement rembourser dans quelques mois », enchaîne Aline. Ces avoirs devaient en effet servir à reporter les voyages mais dans un contexte où aucun report n’est envisageable, Evatours devra rembourser ses clients. Autre difficulté rencontrée par Evatours : celle des prestataires qui ne remboursent pas les acomptes versés par l’entreprise (et notamment les compagnies aériennes qui sont pourtant tenues de le faire). Pour faire face à cette chute drastique d’activités, Evatours a mis les trois quarts de ses salariés en chômage partiel en mars 2020 et redoute de devoir licencier une partie des effectifs si la situation perdure. « En ce qui concerne les aides de l’Etat, nous bénéficions du chômage partiel jusqu’au 31 mars. Nous espérons que la demande des EDV – Entreprises Du Voyage – de prolonger jusqu’au mois de juin 2021 sera acceptée mais honnêtement ce ne sera pas suffisant. Il faut absolument que nous ayons une visibilité de reprise au plus vite. Notre secteur est gravement sinistré et nous dépendons d’une saisonnalité due à notre spécificité », constate Aline, qui salue le travail des EDV œuvrant sans relâche pour tous les secteurs du tourisme.

Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
L’arrivée au Mont-Saint-Michel © Marc Lerouge

« Une gestion calamiteuse »

Plus généralement, Aline n’hésite pas à critiquer la gestion de la crise par l’Etat : « Elle a été calamiteuse depuis le début, beaucoup de décisions, de contre-décisions, certaines branches avantagées au détriment d’autres… On a l’impression que le gouvernement découvre au fur et à mesure que certains secteurs existent ou qu’ils fonctionnent de telle manière« . Elle évoque aussi beaucoup d’injustices comme « la fermeture des librairies mais pas de certains rayons dans les grandes surfaces, la possibilité aux salles de cinéma de réouvrir (qui n’ont finalement pas réouvert) mais pas aux restaurateurs, la possibilité d’aller faire ses achats de Noël en grande surface mais pas de prendre les remontées mécaniques à la montagne »… Selon elle, il n’y a aucune logique de raison et les Français ne comprennent plus rien

« Encore moins qu’un commerce non-essentiel »

« Pour notre secteur du tourisme, on a vraiment l’impression d’être encore moins qu’un commerce non-essentiel, de n’être vraiment pas importants, et on n’est pas aidés par le code du tourisme avec la responsabilité de plein droit qui nous incombe et les obligations auxquelles nous sommes tenus », enchaîne-t-elle avant de déplorer le fait que la gestion du pays soit trop centralisée : « L’Etat donne peu de pouvoir aux régions et pourtant ces dernières connaissent bien les entreprises sur leur territoire et sont des relais importants qui auraient pu être plus impliqués dans cette crise. Lorsque l’on veut gérer seul et qu’on ne délègue pas suffisamment, rien de bon ni de constructif n’arrive », conclut-elle. 

Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
Cathédrale de Bayeux © Fabien Mahaut

Adapter les offres à la crise

Cependant, Evatours s’adapte à la crise en lançant une nouvelle marque adultes « Les Carnets d’Evatours« . « Il s’agit de courts séjours en Normandie, hors des sentiers battus et hauts de gamme dans le sens où les voyageurs profiteront de prestations exceptionnelles », révèle Aline avant de préciser que ces nouveaux séjours incluent des professionnels qui proposent un tourisme résolument écologique et lié au développement durable. « Nous avons également mis en valeur les guides conférenciers normands qui s’inscrivent comme une évidence dans chacun de nos programmes avec la possibilité d’avoir un guide privatif pour soi », ajoute-t-elle. Sur cette nouvelle marque, « Les Carnets d’Evatours », l’entreprise a aussi crée 11 coffrets cadeaux en vente sur son site. 

Evatours propose des voyages hors des sentiers battus en Nomrandie
Barfleur dans la Manche © E. Ursule CRT Normandie

Le tourisme durable dans la peau

A l’heure où l’on parle de « tourisme de demain » et de la prise de conscience que le tourisme ne peut plus être que durable, Aline révèle que, pour elle, la réflexion fut une évidence il y a des années : « Fervente défenseure du développement durable et de l’économie circulaire, nous avons mis en place une démarche éco-responsable dans notre fonctionnement au sein de l’entreprise, une brochure avec des voyages scolaires entièrement développement durable, et un concours développement durable récompensant les bonnes pratiques des établissements scolaires. Nous avons également créé une application qui remplace totalement le dossier de voyage papier des groupes scolaires lorsqu’ils partent en voyage ». Quant à l’évolution d’Evatours, elle la voit résolument tournée vers du positif : « En quelques années, nous avons sorti des nouvelles marques, travaillé sur le tourisme durable, fait voyager des milliers d’enfants à travers le monde, nous avons grandi avec les nouvelles recrues plus nombreuses chaque année et les étudiants du tourisme qui ont apporté leur pierre à l’édifice ». Malgré la situation actuelle et la perspective d’une nouvelle année blanche, Aline est persuadée que  l’entreprise rebondira. « L’optimisme et la combativité sont de rigueur », ajoute-t-elle avant de conclure en mentionnant l’association Femmes du Tourisme qu’elle vient d’intégrer, « un moyen d’apporter ma contribution sur tous les sujets liés au tourisme mais plus spécifiquement sur le tourisme durable où il y a tant à construire », conclut-elle. 


Tourisme et pandémie : la situation côté tours opérateurs | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Elisabeth Blanchet
Ancienne prof de maths, je me suis reconvertie dans le photo journalisme en 2003 à Londres où je vivais. J’ai travaillé pour différents magazines dont Time Out London et j’ai développé des projets à longs termes dont un sujet les préfabriqués d’après-guerre, une véritable obsession qui perdure, les Irish Travellers -nomades Irlandais- dans le monde, les orphelins de Ceausescu - je suis des jeunes qui ont grandi dans les orphelinats du dictateur depuis 25 ans -. Je voyage beaucoup et j’adore raconter des histoires en photo, avec des mots, en filmant, en enregistrant… Des histoires de lieux, de découvertes mais surtout de gens. Destinations de cœur : Royaume-Uni, Irlande, Laponie, Russie, Etats-Unis, Balkans, Irlande, Lewis & Harris Coup de cœur tourisme responsable : Caravan, le Tiny House Hotel de Portland, Oregon – Mon livre de voyage : L’Usage du Monde de Nicolas Bouvier – Le livre que je ne prends jamais en voyage : L’oeuvre complète de Proust à cause du poids – Une petite phrase qui parle à mon cœur de voyageur : « Home is where you park it »
FacebookTwitter

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda