#TourismeDurable

Vers une transition vertueuse des territoires de montagne?

| Publié le 12 juin 2020 • Mis à jour le 12 juin 2020 à 11h58
Thèmatique :  Acteur associatif   Initiative nationale   Territoire 
         

Ces dernières années, les territoires de montagne sont plus que jamais en première ligne des menaces qui pèsent sur les écosystèmes, tant sur le plan climatique que socio-économique. Face à ces enjeux cruciaux, une multitude d’initiatives de tout bord se mettent en place. Parmi les plus récentes, la naissance en début d’année du ‘Cluster National de la Transition des Territoires de Montagne’, un groupe de réflexion et de travail composé d’individus issus de tous horizons dont la volonté est d’impulser des changements sociaux-environnementaux pour imaginer la montagne de demain. Pierre Torrente, son président et un de ses membres fondateurs, nous en dit un peu plus sur la genèse et les objectifs de ce ‘cluster’.

L’inauguration du cluster à Grenoble en février dernier ©ID Tourism / Twitter

‘Traçons ensemble une nouvelle voie.’

Fonte des glaciers, modification en profondeur de la structure de la haute-montagne, baisse globale des précipitations et par conséquent de l’enneigement en hiver, étés marqués par des canicules à répétition: ces tendances alarmantes ont déjà des impacts significatifs sur le tissu environnemental mais également socio-économique du milieu montagnard. Et si rien n’est fait dès maintenant, le prix à payer risque d’être très lourd. La naissance de ce cluster part ainsi d’un constat de départ ‘d’incapacité chronique à se projeter dans le futur.’ Et pourtant, ‘les forces vives des territoires de montagne regorgent de créativité et d’innovation pour peu que l’on y adosse un peu de méthode et de coordination pour en faciliter l’émergence et l’expression.’ Fred Marat, vice-président de l’association Mountain Wilderness, et Alexia Mille, ingénieur de projet spécialisée en intelligence collective et passionnée de montagne, sont tous deux à l’origine de ce ‘cluster’, signifiant ‘grappe’ ou ‘noyau’ en anglais. Pierre Torrente conçoit avant tout ce groupe comme un ‘accélérateur de particules.’ En effet, une de ses richesses est de regrouper en son sein des profils variés: élus, membres d’associations, enseignants-chercheurs, acteurs du tissu socio-économique… Parmi eux figurent Thierry Gamot, maire délégué d’Autrans, Fabienne Grebert, Conseillère Régionale Rhône-Alpes, Guillaume Cromer, directeur d’IDTourism, Frédi Meignan, président de Mountain Wilderness, Philippe Bourdeau, professeur à l’Université Grenoble-Alpes… En croisant les compétences et les expériences, une synergie intéressante et une dynamique vertueuse sont alors impulsées. Car ‘ce cluster veut s’employer à réunir la plus grande représentativité possible des territoires et des acteurs, pour faire émerger collectivement expérimentations et actions, qu’elles soient sociales, économiques ou environnementales.’

‘Une véritable diversité d’acteurs pour une montagne plurielle.’

Dès son inauguration le 26 février dernier à la Maison de la Montagne à Grenoble, les principaux objectifs sont alors fixés: ‘fédérer l’ensemble des actions déjà présentes dans les différents territoires allant des Alpes aux Pyrénées, de la Corse au Massif Central, générer une intelligence collective favorisant la transformation de nos modes de vie et de travail, et enfin accompagner chacun de ces territoires par une mise en réseau efficace.’ Car partout, la nécessité est bien pressante d’aller plus loin dans la transition déjà existante: il s’agit de repenser en profondeur la place du tourisme dans ces territoires, notamment celle des stations de ski qui ont parfois engendré une trop grande dépendance à l’économie de l’or blanc. Pas question de tirer à boulets rouges sur cet élément majeur de l’économie montagnarde mais il est nécessaire de faire évoluer les mentalités et d’imaginer une ‘montagne décloisonnée.’ Pour Pierre Torrente, il est fondamental d’avoir en tête cette notion de partage et d’inclusion, de travail avec les habitants des différents territoires où chacun ‘peut apporter sa pierre à l’édifice et co-construire la montagne de demain.’ Le 7 mai dernier a eu lieu l’assemblée constitutive de ce cluster, lui conférant le statut juridique d’association. Le cadre des valeurs ayant été établi, il s’agit désormais de fixer la feuille de route pour la fin de cette année et celle à venir. Sur l’agenda figurent notamment la mise en place d’une agora numérique des initiatives en montagne et la co-organisation avec Mountain Wilderness des États Généraux de la Transition du Tourisme en novembre prochain. Heureuse coïncidence qui peut constituer un véritable atout, la France a pris depuis le début de l’année 2020 la double présidence de la Convention Alpine et de la SUERA -Stratégie de l’Union Européenne pour la Région Alpine-, deux organisations servant de cadre de travail commun aux sept pays de l’arc alpin. Les questions de biodiversité, énergie, éducation, mobilité, tourisme et consommation y sont également au coeur des réflexions, pouvant constituer un vecteur d’accélération de cette transition.

Face aux multiples défis posés à la montagne d’aujourd’hui et de demain, ce cluster de la transition des territoires de montagne se veut porteur d’un message à la fois constructif et plein d’optimisme, proposant une définition non figée de la transition. Il se pose en ‘trait d’union entre savoir et bonnes pratiques, à disposition de tous les acteurs, qu’ils soient décideurs, acteurs socio-économiques ou citoyens.’ C’est cette notion d’inclusion qui est au centre des valeurs véhiculées car ‘il sera d’autant plus riche qu’il recueillera les visions de chacun dans un esprit de construction collective.’

Pierre Torrente enseigne à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et est directeur du campus des métiers et qualifications du tourisme pyrénéen. Il est également responsable du site de Foix (Ariège) de l’ISTHIA -Institut Supérieur du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Alimentation-. Il travaille sur l’approche territoriale du développement en France et à l’étranger.

Lien utile du recensement des initiatives de transition: https://www.mountainwilderness.fr/se-mobiliser/participez/transition-des-territoires-recensement-des-initiatives.html


Vers une transition vertueuse des territoires de montagne? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Vanessa Beucher
Photographe, journaliste & traductrice basée à la Grave dans le massif des Ecrins
Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

3 réponses à Vers une transition vertueuse des territoires de montagne?

  1. Musard a commenté:

    Pour valider cette action, j’aurais aimé l’emploi d’un mot Français à la place de l’anglicisme « cluster  » tel que  » groupe » ou autre mot tiré du large vocabulaire Français.
    Merci

  2. Payen Vigne Colette a commenté:

    Je souhaite recevoir les infos . Merci

  3. Mollard a commenté:

    Bonjour, j’aimerais bien échanger avec cette grappe qui apparemment croit savoir ce qui est bon ou non pour la montagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda