#TourismeDurable

Zoom sur une ville durable: Bangkok

| Publié le 20 novembre 2021 • Mis à jour le 24 novembre 2021 à 9h33
         

Ce mois-ci, nous avons choisi de mettre en lumière la capitale de la Thaïlande, Bangkok, dans notre rubrique développement durable des grands centres urbains. Le tourisme représente à lui seul 12% du PIB de la Thaïlande. En 2017, le pays a accueilli 35,4 millions de touristes, l’équivalent de la moitié de sa population et deux fois plus qu’en 2010. Selon un rapport établi par le World Trade and Tourism Council, la part de Bangkok dans le tourisme en Thaïlande est passée de 60% en 2006 à 50% 10 ans plus tard, car d’autres destinations au sein même du pays ont connu un essor rapide. Les médias ont beaucoup parlé des problèmes que cela pose au niveau de certaines plages très touristiques de la Thaïlande mais la capitale doit elle aussi se confronter aux questions de surfréquentation touristique.

La ville de Bangkok est aussi tristement célèbre pour ses embouteillages monstrueux…

Même sans compter le flot permanent des touristes, les rues de la ville sont parmi les plus fréquentées au monde. Après Mexico, Bangkok détient le triste record de ville la plus embouteillée de la planète. On estime qu’un chauffeur passera 61% de temps supplémentaire dans sa voiture par rapport à un trafic normal. Les transports sont responsables de 23% des émissions de dioxyde de carbone. Les problèmes liés au trafic coûtent à Bangkok plus de 5% de son PIB et ont un impact très fort sur ses habitants les plus pauvres, qui dépensent entre 25 et 30% des revenus du foyer dans les transports.

La ville de Chiang Mai abrite elle aussi de nombreux trésors culturels.

Depuis quelques années, l’Autorité du Tourisme Thaïlandais a lancé une campagne intitulée Go Local qui a pour mission de faire découvrir les autres villes du pays aux touristes étrangers. Des études sont menées en parallèle pour évaluer les taux de fréquentation entre les villes principales et celles plus secondaires. L’objectif étant de diriger environ 10 millions de touristes vers différentes villes du pays, ce qui génère un revenu estimé à 10 milliards de bahts (soit l’équivalent de plus de 300 millions de dollars) dans le secteur touristique.

L’écolodge ‘Bangkok Treehouse’, un îlot vert au coeur de la ville.

Même si l’on trouve la majeure partie des écolodges et d’autres types d’hébergements verts sur le littoral et dans les zones rurales, la capitale abrite le Bangkok Treehouse, un établissement écologique original situé sur l’île artificielle de Bang Krachao, surnommée le ‘poumon vert de Bangkok.’ Des structures de verre semblent noyées au milieu de la végétation luxuriante. Plusieurs entreprises locales utilisent également le tourisme pour soutenir d’intéressantes initiatives sociales. Ainsi, Courageous Kitchen propose aux touristes cours de cuisine et tours gastronomiques de la ville. L’argent récolté permet de dispenser des cours de cuisine et de diététique à des Thaïlandais menacés de pauvreté, de malnutrition et d’exploitation. De leur côté, LocalAlike et Hivesters mettent en relation voyageurs, communautés locales et tours-opérateurs écoresponsables. Le chemin à parcourir est encore long mais ces initiatives sont clairement porteuses d’espoir. On espère qu’elles inspireront d’autres projets qui iront dans ce sens.

Depuis le 1er novembre 2021, toutes les personnes entrant en Thaïlande doivent fournir le Thailand Pass qui remplace l’ancien COE (certificate of entry), qu’elles soient thaïlandaises ou non.


Zoom sur une ville durable: Bangkok | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Vanessa Beucher
Photographe, journaliste & traductrice basée à la Grave dans le massif des Ecrins
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda