#TourismeDurable
Slow Tourisme Catalogne

Demain est un autre voyage

| Publié le 17 novembre 2020
             

Non, ce n’est pas la fin du voyage, il y aura forcément une trêve, un regain, l’envie de repartir vers des ailleurs inconnus, le Covid enfin dompté et la valise à  nouveau bouclée. Non, ce n’est pas la fin du voyage mais sûrement le commencement d’une autre façon de voyager. Le contour de l’ailleurs s’est resserré autour de nous. L’élan du départ a pris d’autres chemins, une saveur nouvelle avec des territoires en friche et des déplacements repensés. Demain découvre d’autres promesses quand l’aventure est à nos portes et nos ailleurs réinventés. Et dans l’attente de nouveaux repères, déjà de nouveaux départs…

Jeunes filles thai sur une plage devant l'océan, les bras au dessus de leur tête formant un coeur
En coeur sur une plage de Thaïlande © Geneviève Clastres

Des lendemains à réinventer

Un jour viendra où les frontières se rouvriront. Il sera alors à nouveau possible de se déplacer librement. Difficile toutefois d’imaginer repartir comme avant, à enchainer les vols low-cost en autant d’escapades plus ou moins lointaines. Depuis des années déjà, la planète nous priait de ralentir avec force ouragans, inondations, tsunamis et autres débordements éloquents… mais il a fallu le Covid et des arguments bien plus frappants pour mettre un temps à l’arrêt une bonne partie du globe. Alors que l’ensemble de l’industrie touristique connait une crise sans précédent, l’idée n’est évidemment pas de figer le monde en un vaste terrain de jeu virtuel mais d’imaginer d’autres possibles, où l’avion ne serait pas forcément la réponse à tout déplacement, où le temps long pourrait prendre le pas sur l’immédiateté de l’instant. Les pistes sont nombreuses et souvent bien connues, privilégier les mobilités durables pour les trajets intérieurs, favoriser l’inter-modalité des transports, rouvrir des lignes ferroviaires, faire la part belle au train de nuit, privilégier la mise en commun des moyens de transports, imaginer l’avion pour des temps long tels les séjours de plus de trois semaines, avec pourquoi pas des quotas de déplacements, des passeports voyageurs pour un droit limité de chacun à polluer, etc.

Sur la voie du socialisme (à Cuba). Une charrette tiré par un cheval le long d'une voie de chemin de fer
Sur la voie de Trinidad © GClastres

Les idées fusent depuis longtemps déjà. L’idée n’est pas tant de ne plus voyager mais de partir au loin moins souvent et pour des temps plus long et ce, d’autant qu’il est difficile de ne pas anticiper des hausses dans les tarifs de l’aérien, double conséquence de la crise et de taxes à venir. D’autant que si le voyage au long cours sera peut-être moins régulier dans l’avenir, il restera toujours possible de voyager plus fréquemment dans des périmètres plus restreints. Sans compter qu’il y a tant à faire à deux pas de chez nous. Quand notre hexagone semble fait à l’image du monde, un microcosme dans ce macrocosme tourmenté. On y retrouve autant de grands espaces et de merveilles naturelles ou patrimoniales. Et il  n’y a qu’à voir le succès de la micro-aventure pour comprendre qu’il y a aussi bien d’autres formules à inventer, bien d’autres idées à faire naitre, toutes aussi attrayantes…

Sur le sentier de Stevenson, 2 enfants courent sur le chemin
Sur le sentier de Stevenson © G.Clastres

Pour un présent qui interroge

Pour l’heure, quoi qu’il en soit, le voyage n’est pas aussi limité que ce que l’on croit. Si la plupart des frontières restent fermées et si la majeure partie des états « ouverts » imposent une quarantaine, il est encore possible de voyager dans une petite cinquantaine de pays (Espagne, Thaïlande, Tunisie, Brésil, etc.). Et même le confinement actuel n’empêche pas les candidats au départ de quitter le territoire. Il suffit que le pays accepte les ressortissants français, le billet d’avion faisant office de justificatif de déplacement, pour pouvoir sortir de France sans avoir besoin de justifier un motif impérieux. Reste toutefois le risque de voir son vol annulé en dépit d’une commercialisation des vols en petit régime mais toujours en cours chez nombre de  compagnies aériennes.

Place à la danse à Cuba lors d'une valse en pleine place publique
Valse cubaine à la Havane © Geneviève Clastres

Se pose également la question de l’assurance, qui s’avère parfois une obligation dans certains pays tel Cuba. Il peut alors être intéressant de se renseigner auprès de professionnels tels Assurance Voyage AXA qui a l’expérience des situations complexes et propose une assistance au voyageur 24h/24h. Cette question de l’assurance fera d’ailleurs partie des nombreuses équations que les voyagistes auront à résoudre au moment de la reprise plus soutenue des voyages vers l’ailleurs. Pour l’heure, parmi les pays qui ont rouvert leurs frontières, certains exigent une attestation d’assurance voyage prouvant que vos frais de santé et votre éventuel rapatriement seront pris en compte en cas de covid mais aussi à ce que votre assurance couvre vos frais d’hôtel en cas de mise en quarantaine.

Enfin, en attendant, une réouverture des frontières plus massives, les plus impatients peuvent aussi se consoler en voyageant depuis leur chambre. Un bon film, un ouvrage de littérature étrangère voir même le fait de concocter une recette exotique sont autant de façons de préparer un séjour lointain tout en se projetant d’ores et déjà dans les réalités locales.  A l’heure du Covid et des restrictions de déplacement, il reste envers et contre tous ces voyages intérieurs qui dessinent là encore d’autres contours, d’autres possible, et montrent que l’homme n’a jamais fini de se réinventer.

Bateau vélo en Thaïlande
Bateau vélo en Thaïlande © Geneviève Clastres

Demain est un autre voyage | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Radio France, Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

   

Découvrez nos abonnements

2 réponses à Demain est un autre voyage

  1. Patricia Courtois a commenté:

    Trés bel article ! Positif !

  2. LONEUX Jane a commenté:

    Oui, restons positifs et réinventons notre quotidien !
    Merci d’avoir trouver les mots justes pour parler de nos voyages en 2020 et de ceux « après que le Covid soit dompté… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Flockeo lance une plateforme de crowdfunding pour ses partenaires! A la fois bureau d’étude puisant ses données dans les prises de vue satellite et plateforme de référencement des initiatives de tourisme durable...

Voyage « En Immersion » dans les territoires incarnés d’Occitanie et au-delà Se plonger dans le secret de la fabrication de l’Armagnac, vivre dans une manade en Camargue, observer les vautours sur les causses...

Étretat, stop ou encore ? En Seine-Maritime, la ville d'Étretat accueille plus d'un million de touristes chaque année et voit ses falaises s'éroder. Il faut trouver un équilibre entre accueil des touristes et préservation...

Premières assises du vélo à assistance électrique les 2 et 3 novembre : une pratique au cœur d'enjeux multiples Les 1eres assises du VAE se dérouleront les 2 et 3 novembre à Chambéry, celles-ci permettront de...

Demain, serons-nous tous des touristes solidaires ? - Réponse de Guillaume Cromer Pour Guillaume Cromer, expert en tourisme durable, le tourisme solidaire restera une niche. A moins de se développer à une échelle...

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste