#TourismeDurable

L’Ates se tourne vers le Maghreb pour la 2e édition de Destinations Solidaires

| Publié le 4 juin 2012 • Mis à jour le 5 juin 2012 à 10h41
         

Le jeudi 31 mai, en guise d’ouverture de la Sixième Journée Mondiale du Tourisme Responsable (JMTR) prévue  le lendemain, l’ATES avait invité quelques partenaires (réceptifs, opérateurs ou experts) pour débattre de l’impact du printemps arabe sur le tourisme au Maghreb.

Petit bain, Tables rondes

Table ronde sur le pont du Petit Bain @G.Clastres

Sur le pont du Petit Bain

Il faisait beau ce jeudi 31 mai, un soleil qui allait bien au thème de la soirée – le Maghreb – pour laquelle s’était réuni, sur le pont du Petit Bain, participants et intervenants intéressés à débattre de l’impact du printemps arabe sur le tourisme au Maghreb. Invités, des représentants ou acteurs du tourisme au Maroc, en Tunisie, et en Algérie, dont certains partenaires de l’ATES, observateurs privilégiés de l’activité touristique dans certaines zones de ces pays.

Le printemps arabe, évolution ou révolution pour le tourisme au Maghreb ? Comment faire en sorte que les populations locales maitrisent les revenus du tourisme et que ces derniers ne soient pas l’apanage de quelques privilégiés ? C’est sur ces questions que Julien Buot et Benoit Sebaut, de l’ATES, ouvrent la table ronde qui rassemble les différents intervenants. Des questions qui se doublent du besoin de comprendre et d’appréhender comment le printemps arabe a fait bouger les lignes, mais aussi la situation concrète dans chaque territoire, au Maroc, en Tunisie et en Algérie.

Benoit et Laurent on Petit Bain

Laurent Besson, Benoit Sebaut et Abderrazak El Alajri @G.Clastres

Le printemps arabe – fin d’un modèle – place à  la société civile –

Petit Bain

Abdessalam Kleiche @G.Clastres

Président du Forum Citoyenneté du Monde Arabe (FCMA) et responsable de la commission Méditerranée d’ATTAC France, Abdessalam Kleiche n’aime pas le terme « printemps arabe », trop de morts et un printemps qui sera sûrement long à venir… Toutefois, pour lui, ce mouvement a permis de mettre à bas trop grands mythes. Le premier, c’est cette grille de lecture qui oppose en permanence Orient et Occident et cet affrontement nord/sud qui tiraient toutes ces régions par le bas Les peuples arabes ont montré qu’ils avaient la volonté et la capacité de changer les choses. Le deuxième, forcément lié, démontre que les changements peuvent venir de l’intérieur et non systématiquement de l’extérieur. Les peuples peuvent prendre en main leur destin. Enfin, troisième mythe mis à mal, celui d’un occident qui pensait être protégé de l’islamisme en soutenant des dictateurs, des régimes « kleptocrates » d’intérêts particuliers contre le peuple et non pour le peuple. Or, ces révolutions sont venues du Sud. « On a vécu une lame de fond qui touché l’Europe, l’Amérique Latine et même la Chine. Le modèle économique, sociale et politique de ces pays a été renversé. Les peuples ont montré leur volonté de trouver un nouvel modèle économique, et donc, le tourisme alternatif a largement sa place dans ce nouveau modèle, avec une société civile, partie prenante de ce projet. »

—————————————————————————————–
A Suivre : L’impact du printemps arabe sur l’Algérie / la Tunisie / le Maroc. Via trois témoignages.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


L’Ates se tourne vers le Maghreb pour la 2e édition de Destinations Solidaires | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Troisième édition des « Têtes chercheuses d’Occitanie » : Le développement durable pour un tourisme en transition Déterminée à explorer le maximum de points clés pour interroger un secteur touristique en...

4 - Votre association est elle membre d'un réseau local ou nation de Tourisme Responsable ? L'équipe d'AMAROK : C'est au quotidien que nous vivons une démarche responsable ! Nos séjours sont une invitation à ce...

4 - Présentez-nous le Réseau EARTH : European Alliance for responsible tourism and hospitality ? Julien Buot nous présente le projet européen EARTH : favoriser les échanges entre les opérateurs du secteur mais...

Le jour où Thomas Cook a mis la barre vers le durable Il y a comme une crise de sens dans les entreprises aujourd’hui, une prise de conscience de plus en plus aigüe que la seule croissance ne suffit plus, qu’il...

JMTR 5e édition : PRÉSENTATION DU THÈME 2011 : Le tourisme durable, quelles garanties ? Bernard SCHÉOU Diplômé en économie (spécialisé en économétrie) et en philosophie, Bernard Schéou travaille depuis 1998 sur...

Le touriste et l'orphelin Les orphelinats des pays en développement servent parfois "d'attrape-touristes"...

Vous êtes dans le dossier

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda