#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Vizeo, le voyage expliqué en vidéo par Alex

| 17 avril 2018 • Mis à jour le 23.04.2018 à 20h52
Thèmatique :  Monde   Portrait 
         

Alex est blogueur voyage à temps plein (et même présentateur télé à ses heures !). Sa passion et son métier consistent à donner aux gens l’envie de voyager et découvrir le monde. Et pour ce faire Alex a surtout choisi d’utiliser la vidéo : le meilleur moyen, selon lui, de montrer l’atmosphère et la beauté d’un lieu. “La vidéo permet aussi de rendre réel et accessible des lieux qui paraissent parfois hors de portée de tout un chacun. Alors que dans la quasi majorité des cas : c’est faux ! Tout est possible tant qu’on s’en donne les moyens.” Voilà là son mantra.

Alex vizeo : donner envie de voyager

Une anecdote de voyage liée aux problématiques de tourisme durable ?

Alex : “Récemment, je suis parti 2 semaines faire le tour de la Guyane. Cette destination en est encore à ses débuts en terme de tourisme. Pour le moment, les seuls touristes qui viennent en Guyane sont surtout des gens qui rendent visite à la famille ou des amis en expatriation.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai voulu y aller : pour montrer en vidéo aux gens, que la vraie Guyane était bien loin des clichés que l’on voit dans les médias. C’est une région avec un peuple extrêmement accueillant souriant et avec une nature abondante et préservée.  C’est la forêt amazonienne, ce n’est pas rien ! ^^ J’aime bien la métaphore suivante : la Guyane c’est comme le Costa Rica mais sans les touristes !

Mais puisque le tourisme est encore assez peu développé et qu’ils souhaitent mettre l’accent sur ce secteur dans les années à venir pour stimuler l’économie : il y a un enjeu très important. On sait que le tourisme de masse, surtout dans les lieux nature peut polluer, déforester et ruiner un lieu en très peu de temps. Lors de mes discussions avec le comité du tourisme de Guyane je leur ai fait part de la chance et de l’opportunité qu’ils avaient de développer un tourisme que beaucoup de pays n’ont pas fait (ou eu la possibilité de faire) à leurs débuts : un tourisme responsable, local, à l’échelle humaine et atomisé entre une multiplicité d’acteurs et non pas de grands groupes.

Si la Guyane arrive à développer des solutions d’hébergement traditionnels type carbet (cabane en bois traditionnelles ouvertes) dans les villages et divers endroits de la région, cela aura pour effet positif direct :

  • Une vision positive du tourisme de la part de la population locale (versus un gros acteur qui prend tout l’argent > jalousie et vision uniquement négative des locaux envers les touristes),
  • Un apport financier supplémentaire pour les familles,
  • Un développement économique pour les villages reculés,
  • Une préservation de l’environnement : une petite cabane traditionnelle consomme et pollue beaucoup moins qu’un gros hôtel ou un club de vacances,
  • Avoir une offre touristique très recherchée dans le monde : authentique, locale et à taille humaine.

Aujourd’hui les gens, et notamment les Français, voyagent pour se sentir dépaysés et être loin de la foule (versus leur vie quotidienne dans les grandes villes). Donc si la Guyane arrive à offrir des prestations touristiques (hébergement, restauration et activités) avec des petits groupes de touristes répartis sur tout le pays plutôt que des grosses zones touristiques importantes, dans un esprit d’authenticité et de préservation de sa richesse Naturelle, elle aura tout gagné ! (DONC ATTENTION À L’APPÂT DU GAIN) Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, très peu de pays dans le monde ont encore la possibilité de le faire et peuvent proposer ce type de prestation.

Je pense donc que la Guyane a encore tout à faire au niveau du tourisme et c’est à elle de faire le choix de soit tomber dans un tourisme d’investisseurs et de masse qui pourra très rapidement ruiner les richesses du pays. Ou à l’inverse, profiter de toutes les leçons et les erreurs du passé dans le monde du tourisme pour mettre en place un tourisme durable et responsable qui profitera réellement à son environnement et à sa population.”

Ta définition du tourisme responsable ?

Alex : “Le tourisme responsable est pour moi un tourisme qui n’est pas centré sur le plaisir direct du voyageur ou du touriste, mais plus sur celui du lieu des gens que l’on va découvrir.

Cela implique donc de faire attention à ses actes :

  • Dépenser au plus près de la population locale : petit commerce vs grosses enseignes,
  • Respecter les coutumes locales et faire attention à son comportement (code vestimentaire, choses à faire ne pas faire),
  • Choisir ses activités et ses hébergements en fonction de l’impact de pollution qu’ils peuvent avoir.

Finalement le tourisme responsable c’est voyager pour essayer d’avoir un impact positif dans le lieu que l’on va visiter. C’est essayer de donner plutôt que de prendre.”

Alex en Guyane

Et à travers ton rôle de blogueur-voyageur ?

Alex : “C’est une excellente question ! C’est clair que je me rends compte au fur et à mesure du temps que c’est bien de vouloir donner aux gens l’envie de voyager, mais c’est tout aussi important, voir plus, de leur donner les clés pour bien voyager et le faire de façon respectueuse dans les lieux où ils vont.

Il est vrai que c’est une partie que j’ai longtemps négligée, voir oublier de faire, car cela me paraissait évident. Alors que on ne peut pas demander à quelqu’un qui commence tout juste de voyager d’avoir les clés que l’on a acquises au fur et à mesure d’années d’expérience. Donc mon rôle en tant que blogueur voyage est de mettre à disposition ses clés et ses outils pour que les voyageurs le fassent de façon bénéfique.

Il est clair que je vais m’inscrire de plus en plus dans cette démarche. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai monté un projet humanitaire en Afrique en partenariat avec d’autres amis passionnés, pour m’inscrire dans ce processus d’information. Ce n’est que le début d’une longue série je l’espère.

C’est vrai également que je n’ai clairement pas un bilan carbone exemplaire. Je prends très souvent l’avion ! C’est pour cette raison que je ne veux pas me poser en donneur de leçons mais plutôt comme quelqu’un qui met à disposition des solutions.

En voyageant j’essaie toujours de faire attention aux acteurs que je choisis et de quelle façon je mets en avant des activités. J’ai par exemple toujours refusé les tours en hélicoptère dans des lieux où ce n’est pas un mode de déplacement indispensable. Ce n’est qu’un exemple mais qui reflète tout à fait ma façon de penser.

Je demande toujours à ne pas être dans des grands hôtels quand je suis en collaboration avec des partenaires. Je préfère des petites structures. Même si mes demandes ne sont pas toujours respectées, le but est de faire un pas de plus chaque jour vers un comportement irréprochable. L’important n’est pas forcément de l’être mais de chaque jour d’essayer un peu plus et à chaque voyage de s’améliorer dans sa façon de voyager.”

D’autres blogs de voyage à nous recommander ?

Alex : “Je recommande vivement les sites suivants pour voyager dans un esprit collaboratif et solidaire  :

  • Travel with a mission :  plateforme de mise en relation entre ceux souhaitant partager connaissances, compétences ou expériences (appelés Twamers) et ceux souhaitant recevoir (appelés Twamhosts).
  • HelpX & Workaway : plateformes qui proposent des missions de bénévolat en échange du gîte et du couvert. Ce site permet de voyager utile et je pense que c’est ce que les gens recherchent de plus en plus.”

Un grand merci à Alex d’avoir pris le temps de partager réflexions et vision sur le sujet.

Alex vizeo logo

———— ALLER + LOIN ————

Visitez son blog www.vizeo.net
Suivez ses aventures sur Facebook et YouTube


Vizeo, le voyage expliqué en vidéo par Alex | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Florie Thielin
Florie Thielin est journaliste pour voyageons-autrement, elle propose aussi ses services en communication digitale pour les professionnels du tourisme engagés dans une démarche responsable. Originaire d'un petit village dans la vallée de la Loire, elle vit aujourd'hui à Lyon. Elle a aussi vécu en Russie, Allemagne, Nouvelle Zélande et Espagne. De 2014 à 2016 elle a voyagé à travers 16 pays d'Amérique Latine troquant ses compétences en marketing pour le gite et le couvert. Elle en a profité pour réaliser de courtes vidéos sur les bonnes pratiques pour un tourisme plus durable qu'elle a publié sur la plateforme collaborative Hopineo.
FacebookTwitter

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Les Blogs Voyages

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda