logo et baseline voyageons-autrement
séjours et de loisirs dans le domaine du tourisme responsable et durable

Phénomène social du covoiturage : la fantastique odyssée Blablacar…

| 3 avril 2015 • Mis à jour le 03.04.2015 à 10h30
Thèmatique :  Acteur privé   Bons plans   Portrait   Tourisme de masse 
         

La success-story sans faute de Blablacar est l’exemple même de ce que notre pays peut produire de mieux en matière d’économie collaborative. Pratique, économique, convivial et durable, le covoiturage connaît aujourd’hui un engouement aussi sympathique que salutaire et déborde largement nos frontières. Rencontre avec Laure Wagner qui a vécu cette belle odyssée depuis son origine…

Laure Wagner, blablacariste de la première heure

Laure Wagner, blablacariste de la première heure

VOyageons-Autrement : Laure, pouvez-vous nous résumer l’épopée Blablacar et nous dire quand vous l’avez rejointe ?
Laure Wagner : Je le peux d’autant mieux que je suis la première personne que Frédéric Mazzela a embauchée, dès qu’il l’a pu, c’est-à-dire lors de la première levée de fonds, en 2010. Il était donc revenu fin 2003 des Etats-Unis où il étudiait l’informatique, enthousiasmé par le système de covoiturage mis en place par les étudiants de l’université de Stanford. Et, durant toute l’année 2004, il a codé pour créer son propre site qu’il a lancé en 2006 (sous le nom de covoiturage.fr dans un premier temps). Ont suivi trois ou quatre années de démarrage laborieux, jusqu’à ce que le fonds d’investissement ISAI donc, créé par des webentrepreneurs français à succès, ne décide d’y croire et investissent 1,2M€ dans le site. L’anecdote, c’est que c’était leur tout premier investissement en fait ! Cela leur a porté chance et c’est là que Frédéric – que j’aidais déjà – m’a embauchée pour m’occuper de la com.

Start-up for ever !

Start-up for ever !

VA : Ce que vous faites toujours. Existait-il beaucoup d’autres sites de covoiturage, à l’époque ?
Laure Wagner : Vous savez, tout le monde est un peu multi-casquettes chez nous. On travaille par projets et, en dehors de la communication corporate, je m’occupe également de la culture d’entreprise, pour que l’ambiance qui règne ici reste ce qu’elle a toujours été : excellente, en dépit de l’expansion effrénée de l’entreprise. Vous savez peut-être que 95% des 260 personnes qui travaillent chez nous sont des covoitureurs convaincus, fans de la première heure, de vrais passionnés ! Et ce n’est bien sûr pas un hasard si nous diffusons nos offres d’emplois uniquement sur le site Blablacar. Concernant la concurrence, disons qu’il existait déjà dans ces années-là une dizaine de sites de covoiturages, mais tous créés par des personnes qui ne s’en occupaient qu’à temps partiel ; aucune véritable entreprise. Intervenant de manière plus pro, nous sommes forcément devenus leaders rapidement et avons ensuite connus une croissance à peine croyable, au point que le fonds d’investissement américain qui nous a avancé 10 millions de dollars en 2012 pour nous aider à soutenir notre croissance y a ajouté des conseillers pour nous expliquer comment vivre une telle croissance sans se crasher ! Et deux ans plus tard à nouveau, en 2014, il a fallu trouver 100 millions (on multiplie carrément par 10 à chaque fois ! :p) pour conforter notre déploiement à l’international. Sachant que, naturellement, à chaque fois qu’on refait un tour de table, on réinvite tous ceux qui nous ont fait confiance avant !

VA : Vous en êtes rendus où, aujourd’hui ?
LW : On détient plus de 90% des parts de marché en France, on est présent dans 14 pays, bientôt 18, pratiquement toute l’Europe, et on va embaucher 100 personnes de plus cette année. Mais les chiffres qui nous font le plus plaisir sont autres : 2 millions de personnes font du covoiturage chaque mois grâce à Blablacar et, s’il est impossible de calculer le CO² économisé (il faudrait pour ça savoir quel mode de transport auraient utilisé les gens à la place de…) on sait qu’un tiers des pratiquants sont des possesseurs de voitures qui font du covoiturage par conviction. Parce que, bien sûr, si le covoiturage marche si bien, c’est d’abord parce que c’est moins cher que le train, plus rapide, et quasiment du porte à porte ; idéal donc partout où le rail fait défaut. Si les lignes TGV ne représentent que 3% de nos parcours, il y a davantage de gens qui font Nantes – Rennes avec nous qu’en train !

Désormais, le covoiturage est l’affaire de tous

Désormais, le covoiturage est l’affaire de tous

VA : Qu’est-ce qui vous fait le plus plaisir dans cette aventure ?
LW : Le fait que tout le monde s’y soit mis : la moyenne d’âge du covoitureur (54% d’hommes pour 46% de femmes) est aujourd’hui de 33 ans et augmente tous les ans. Les étudiants ne représentent plus que 30% et ce taux diminue tous les ans également. Cela veut dire quoi ? Que tout le monde s’y met. Que nous avons su créer la confiance ; LE mot clé. A chaque fois que les gens avaient des réserves, du genre : « Jamais je ne voyagerais avec quelqu’un que je ne connais pas ! », « Et si je n’ai pas envie de parler ?! » ou « Pour tomber sur quelqu’un qui fume, merci bien ! »… on se demandait comment contourner l’obstacle. C’est comme ça qu’on a mis des photos et une petite bio de chacun et tous ces pictos précisant si les gens fument, ont un chien, envie de parler ou pas, de lire, etc. La confiance existant entre les membres de la communauté Blablacar (5 millions de personnes ont téléchargés l’appli blablacar en Europe) est con-si-dé-ra-ble ! Elle se chiffre à 4,2 sur l’échelle dédiée, sachant qu’un inconnu vaut 2,2, un voisin 3,5, un collègue 3,8 et un ami ou la famille 4,7. On est même parvenus à s’installer dans des pays où personne n’y croyait : en Turquie, en Inde… La culture locale, nous affirmait-on, empêcherait que le covoiturage fonctionne. Et pourtant…

C’est bien de cette confiance créée entre les gens dont nous sommes le plus fier !

Petits chiffres entre amis :

2006 : lancement / 2010 : 500.000 membres / 2011 : 1 million / 2012 : 2 millions / 2013 : 3 millions / 2014 : 4 millions / 2015 : 5 millions

Exemples de prix :

Paris – Lille : 15€ / passager

Paris – Rennes : 20€ / passager

Lyon – Sète : 18€ / passager

Rennes – Nantes : 5€ / passager


Phénomène social du covoiturage : la fantastique odyssée Blablacar… | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Faites le plein de passagers avec le covoiturage Le covoiturage consiste à optimiser le transport en voiture...

5. Covoiturage en interne Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Covoiturage en interne (TRANSPORT) ?...

4. Incitation au covoiturage Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Incitation au covoiturage (TRANSPORT) ?...

Voyager autrement en Europe avec le covoiturage ! Le covoiturage à travers toute l´Europe, vous avez essayé? Parler 3 langues sur un trajet Paris-Munich et payer €40? Chanter sur un trajet Nice-Milan et payer €12?...

Découvrez Vadrouille Covoiturage Voyageur en vadrouille, connais-tu LE moyen économique, simple, solidaire, fiable et sûr de voyager : le covoiturage ! En effet, c'est la solution qui permet d'économiser jusqu'à...

Phénomène social du covoiturage : la fantastique odyssée Blablacar… La success-story sans faute de Blablacar est l’exemple même de ce que notre pays peut produire de mieux en matière d’économie collaborative....

Tous à Clermont pour la troisième édition des Universités du Tourisme Durable !

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda