#TourismeDurable
Slow Tourisme Catalogne

Slow tourisme dans le Cotentin

| Publié le 17 mai 2023
             

Carentan-les-Marais porte bien son nom, ce port historique de la baie des Veys est irrigué par de nombreux fleuves et canaux qui vont et viennent entre mer et marais par un ingénieux système de portes à flots qui ont permis de sauvegarder 30 000 hectares de zones humides et ainsi de nombreux pâturages. Une visite de la Maison des Marais au cœur du Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin permet de comprendre toute l’ampleur de cet extraordinaire patrimoine naturel et la formidable biodiversité qu’il abrite. Un territoire d’eau et d’embruns qui se découvre à pied, en barque, à vélo, autant de mobilités douces pour pratiquer le slow tourisme dans ce petit paradis manchois.

Au coeur des marais du Cotentin et du Bessin©GClastres

La Maison du Parc des Marais

Havre de paix pour les cigognes et bien d’autres oiseaux migrateurs qui viennent y nicher ou se reproduire, la Maison du Parc est adossée à un espace naturel sensible composé de nombreux marais miniatures. Elle offre une fenêtre d’observation et de compréhension sur l’ensemble du territoire du Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin, un site naturel de 148 000 hectares (150 communes !) dont 30 000 de marais et de polders protégés par la convention de Ramsar. Sur place, Erwan nous présente les nombreuses animations que propose ce lieu pédagogique mais aussi ce territoire exceptionnel de marais et de pâturages que la Manche a su préserver grâce à la création des portes à flot au 19e siècle, une incroyable invention qui rappelle quelque peu les écluses même si l’objectif ici n’est pas de réguler la hauteur du niveau d’eau mais bien de permettre l’évacuation ou la conservation des eaux en fonction des marées. « Avec les crues hivernales, le marais est inondé et devient blanc, les paysages sont alors magiques. Il faut absolument revenir l’hiver pour découvrir ces horizons dénudés. »

Maison des Marais©GClastres

Pour mieux appréhender ce conservatoire de biodiversité, nous suivons Kilian, animateur nature de la Maison du Parc, dans une visite guidée sur les sentiers de découvertes de l’Espace Naturel Sensible des Marais des Ponts d’Ouve. En chemin, il nous désigne les prairies pâturées où des touffes d’herbe émergent çà et là. « Elles ne sont pas fauchées mais délibérément laissées pour nourrir les bêtes, c’est ce qu’on appelle les refus », nous glisse Erwan, expliquant que les chevaux ne broutent pas forcément les mêmes herbes que les vaches, qui viendront après pour finir le travail… Mais outre ces élevages de chevaux et les nombreuses terres en pâture, cet espace est avant tout un havre de paix pour une impressionnante diversité d’oiseaux migrateurs qui viennent y nicher et notamment la cigogne, star locale des marais ! Kilian : « En 2022, nous avons compté 192 couples. Quand on pense que l’espèce était en voie de disparition dans les années 1990, on se réjouit de voir qu’on en trouve ici plus d’un millier à la fin de l’été ». Un véritable pied de nez à l’Alsace qui aurait perdu une bonne partie de sa population de cigognes avec la mutation de l’agriculture ! Au fil des sentiers, des observatoires permettent également d’apercevoir de nombreuses mouettes rieuses (25 nids) mais aussi des passereaux, vanneaux huppés, tariers des prés, courlis cendrés, et bien d’autres. En partant, nous promettons à Erwan et Kilian de revenir en hiver, quand les marais blanchissent, mais déjà, à quelques mètres de là, amarrés sur la Douve, Vincent et ses barques nous attendent au départ du port Jourdan…

Maison des Marais©GClastres

Balade fluviale sur la Douve avec un batelier érudit

A quelques pas de la Maison du Parc, un petit embarcadère et une guinguette avenante (la guinguette des Marais !) semble attendre le chaland pour filer dans les marais. C’est là que nous retrouvons Vincent qui nous amène en  barque électrique faire une croisière gourmande au cœur de la vallée de la Douve, une des quatre vallées principale des marais. Enfant du pays, Vincent Bisson a grandi près de Carentan et connait le « pays » comme sa poche. En 2021, il crée les Bateliers des marais du Cotentin et reprend les activités de navigation sur la Douve et la Taute, un autre bras des marais où il propose des croisières fluviales sur des bateaux de 70 places. Le temps de s’installer, nous voilà comme attablés autour de planches de spécialités locales qui régaleront nos papilles au fil de l’eau. Vincent fait les présentations : charcuterie manchoise, pain frais et beurre d’Isigny, autant de produits locaux qui rappellent l’importance de l’élevage avec ce fameux beurre que toute la France connait. Pour accompagner ces délices, il  nous fait déguster un cidre de la Maison Hérout, grande maison du cidre bien connue dans le Cotentin.  Nous voilà parti !

Balade en barque©GClastres

La barque file au cœur d’un paysage de bocages traditionnels percé par la voie d’eau. Nous sommes en mai, la végétation renait, c’est la saison du marais vert ponctué ici et là de baies d’aubépines blanches qui embaume l’atmosphère. Dans les airs, les migrateurs sillonnent le ciel, les cigognes bien sûr, mais aussi des aigrettes, des hérons garde bœufs, quelques cormorans, et tous ces oiseaux plus menus tels le tarier. Le plus fascinant est certainement le martin-pêcheur. Véritable torpille, il n’est pas facile à attraper du regard tant son vol est bas, rapide. L’oiseau fuse, passe à droite, à gauche, puis plonge son bec fuselé dans l’eau pour attraper de petits poissons qui seront autant de recharge en énergie. J’apprends que ses magnifiques plumes bleutées se transforment au contact de l’eau en une véritable combinaison étanche de plongée. Dans ces eaux terreuses, le marais compte aussi de nombreux rats musqués et ragondins. Vincent nous explique combien ces derniers détruisent les berges, une faune envahissante que la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON) a décidé de réduire en promettant 3,50 € par ragondin pêché ou attrapé, soit 35 000 € de budget débloqué par le département pour 100 000 ragondins à « abattre ». Il faut dire que la qualité des berges et tout l’écosystème des marais est en jeu.

Balade en barque©GClastres

Au fil de l’eau, Vincent nous conte ainsi nombre d’anecdotes qui nous permettent de faire connaissance avec la vie de ces marais. Ils sont bordés de prairies pâturées ou fauchées, quadrillées de fossés et parsemées de tourbières. On croise également quelques pêcheurs venus taquiner le brochet, le gardon ou la carpe, des carpistes totalement passionnés par l’art de la pêche et capable d’investir des milliers d’euros dans du matériel de pointe pour attraper de magnifiques spécimens qui seront finalement relâchés. Dans le passé, les marais étaient aussi célèbres pour la pêche à l’anguille mais ce poisson migrateur qui parcourt des milliers de kilomètres pour aller se reproduire dans la mer des Sargasses se fait bloquer depuis quelques siècles par ces mêmes portes à flot qui ont protégé les terres… Il existe bien depuis quelques « anguillières » ou trous à anguille pour éviter de bloquer l’espèce, mais l’anguille est devenue rare. Quant aux portes à flot, on les aperçoit en fin de croisière, le temps d’admirer un ouvrage d’art ingénieux dont l’inventeur n’a jamais été identifié…

Maison des marais©GClastres

En guise de conclusion

Les environs de Carentan comptent ainsi nombre de havres de paix pour se ressourcer au grand air. A quelques kilomètres des marais, la réserve naturelle nationale du domaine de Beauguillot accueille des oiseaux d’eau en escale ou en hivernage. On peut aussi observer le phoque veau marin au cœur de la baie des Veys. Alors, ce petit coin de Manche, une terre rare et préservée propice au slow tourisme ? Totalement. D’autant que l’autoroute n’a pas encore pénétré le territoire, à peine sillonné par quelques nationales. Ces derniers temps toutefois, un projet divise les locaux, le D.Day Experience, un spectacle immersif sur le débarquement allié de 1944, un lieu ouvert six mois par an qui pourrait accueillir 600 000 personnes par an mais dont le complexe touristique grignoterait 32 hectares de bocages. Une concertation avec la population a été lancée, une enquête publique est en cours, mais les opposants qui surnomme le projet DDayLand craignent fort que ce projet n’entache à la fois les terres, l’environnement local, et la mémoire des lieux. Quant aux acteurs rencontrés sur place, ils semblent très partagés. Espérons juste que ces zones humides à la beauté fragile ne soit pas un jour happé par un tourisme trop envahissant…

———— Aller plus près ————

A découvrir :

La Maison du Parc des Marais

3 village Ponts d’Ouve Saint-Côme-du-Mont 50500 CARENTAN-LES-MARAIS – 02 33 71 61 90

Le sentier et les observatoires de l’Espace naturel sensible des marais des Ponts d’Ouve sont ouverts à la visite du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h30. Ouverts les jours fériés (jeudi de l’Ascension, 18 mai, dimanche et lundi de Pentecôte, 28 et 29 mai).

Informations, exposition « Vivre dans le Parc en 2050 » en accès libre. Sentier (2km actuellement) et observatoires des marais des Ponts d’Ouve en accès payant.  Retrouvez le programme des Rendez-vous du Parc du printemps ici !

Les bateliers des Marais du Cotentin :

Location d’une barque 5 places sur la Douve. Embarquez pour une balade en toute autonomie dans les marais de la Douve. Formules : 1 heure ou 2 heures. 39 € / 1 h et 69 € / 2hCaractéristiques du bateau : 4,58m de longueur et 1,26m de largeur

Voir aussi pour les autres propositions : Echappée nature | Les Bateliers des Marais du Cotentin (decouvertemarais.com)

 Pour se restaurer et passer une nuit inoubliable :

Domaine d’Utah Beach

Magnifique domaine comptant 19 chambres toutes personnalisées et organisées autour d’un immense patio. Sainte Mère l’Eglise est à 10 mn. Utah Beach à 5 mn. Possibilité de diner au restaurant gastronomique « Chez Arsène ». Spécialités locales et bio à savourer : bœufs confits, poissons du jour, asperges de Herou, etc.

Adresse : 14 La Rivière, 50480 Sainte Marie du Mont. Ouv. tous les jours du 1 avril 2022 au 31 décembre 2022.

Bienvenue au Domaine Utah Beach situé en Normandie France (domaine-utah-beach.com)

Domaine d’Utah Beach©GClastres

Informations touristiques :

Attitude Manche : Bureau touristique mais aussi agence d’attractivité locale. Une formidable équipe qui sera vous conseiller au mieux pour tous vos séjours et vos envies.

Pour un séjour ou pour toujours : découvrez la Manche ! | Attitude Manche (attitude-manche.fr)

Offices de tourisme de la Baie du Cotentin : à Carentan et St Mère Eglise. Deux bureaux pour vous accueillir avec documentations et conseils avisés.

https://www.ot-baieducotentin.fr/s-informer/offices-de-tourisme/

Petit plus : La Convention de Ramsar : La Convention de Ramsar sur les milieux humides est un traité intergouvernemental adopté le 2 février 1971 à Ramsar en Iran. Entrée en vigueur en 1975, elle regroupe aujourd’hui 172 pays. Elle engage les Etats membres à la conservation et à l’utilisation durable de leurs milieux humides, et prévoit la création d’un réseau mondial de zones humides d’importance internationale : les sites Ramsar. À l’origine, ce réseau a été établi en faveur de la conservation des populations d’oiseaux d’eau. Aujourd’hui, il est en constante extension à travers le monde pour conserver et gérer durablement les milieux humides au patrimoine écologique inestimable.

Restaurant Arsène. Domaine Utah Beach©GClastres

Slow tourisme dans le Cotentin | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Radio France, Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

   

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Slow tourisme dans le Cotentin

  1. EspritGlobeTrotteuse a commenté:

    Bonjour Geneviève,
    Très bel article qui relate à merveille notre découverte des marais du Cotentin.
    Je suis convaincue que ce descriptif donnera envie aux nombreux lecteurs de parcourir ces incroyables paysages.
    EspritGlobeTrotteuse alias Sandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Activités nautiques et joies de l’outdoor dans La Manche Windfoil, windsurf, kitesurf, surf, coastering, kayak, canoë, char à voile, longe-côte, autant d’activités nautiques ou outdoor qui permettent de découvrir...

Sylvain Tesson, la reconquête de la liberté Un an après son accident, comment Sylvain Tesson, nomade allergique au repos, va-t-il reprendre du poil de la bête ? En partant à pied sur les chemins oubliés de la France...

Tourisme et pandémie : la situation côté tours opérateurs Evatours VEFE Voyages Educatifs fait le bilan d'un an de crise sanitaire. Les tour opérateurs sont particulièrement touchés par la crise et s’apprêtent...

Tour de France à pied… Déjà 850 km dans les mollets ! Vous vous souvenez d’Aurélie et Laurent, le jeune couple décidé à faire le Tour de France à pied en suivant les frontières maritimes et terrestres du pays,...

Le goût du beau - Edito Voir au-delà des apparences, au-delà des réalités, saisir des parcelles de beauté à l’envers des images, sans oublier que le beau peut aussi être un geste, une intention, un positionnement....

Manifeste de l'humble voyageur Notre vie citadine engendre une envie de ciel immense : la grisaille crée un besoin de lumière ; notre horizon cloisonné génère un désir de panorama libre. ~ par Stéphanie Maubé...

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste