#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Du paradigme de l’évaluation à la certification comme garantie suprême

| Publié le 13 juin 2011 • Mis à jour le 18 juin 2011 à 9h45
         

L’humanité se situe actuellement à une étape cruciale de son histoire, car l’action transformatrice de l’homme sur la planète remet en cause son habitabilité. Le mode de relation de l’homme à la Terre est actuellement essentiellement technique, dans le cadre d’une relation d’exploitation. Les racines en sont profondes. Avec Aristote, la science a commencé à se dégager de l’éthique, et la rupture affective entre l’Homme et la Terre s’est réalisée à compter du 18e siècle. L’affectivité de l’Homme s’est alors portée sur les choses matérielles, sur lui-même et sur les autres, avec un regard détaché. Ce détachement a d’ailleurs permis l’essor de la science et son développement. La modernité s’est affirmée par la volonté d’exprimer la connaissance en langage mathématique et la mesure chiffrée est devenue l’expression ultime de l’objectivité et du détachement de l’homme. De là découle le fait que notre époque est caractérisée par le paradigme de l’évaluation, à laquelle est associée l’idéologie de la performance. Selon Jacques-Alain Miller, psychanalyste, « l’évaluation est en marche depuis l’émergence du discours de la science (..) ». Le rapport de l’Homme au monde s’est depuis basé sur l’efficacité technico-économique et la performance. Cette évolution historique explique pourquoi le paradigme de l’évaluation est aujourd’hui omniprésent.

L’évaluation implique l’attribution d’une valeur. Il s’agit d’une notation qui s’apparente à un jugement et le contrôle devient l’expression d’un pouvoir. Cette obsession du contrôle est le reflet des relations basées sur la méfiance, et entraîne la prolifération de normes et réglementations techniques qui s’accompagnent logiquement et de façon proportionnelle de procédures d’évaluation pour éprouver la conformité de la chose évaluée aux normes et standards. Le contrôle n’est finalement qu’un report du problème de confiance, non résolu par le contrôle. L’organisme de contrôle est lui-même « agréé », donc contrôlé. On peut alors s’interroger sur la mise en place d’un contrôle des organismes de contrôle, et ainsi de suite… Cet état de fait est l’aboutissement logique du rapport actuel au monde et aux autres, du rapport de l’Homme aux risques et à la vie. Il exprime le refus de prendre des risques, pour inhérent à la vie. L’obsession du contrôle s’accompagne, selon le philosophe Yves Michaud, d’une perte de sens : « L’évaluation devient la seule norme de l’activité et l’on oublie que l’activité avait une autre fin que l’évaluation. »  Au final, l’activité d’évaluation devient une activité auto-justifiée.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


Du paradigme de l’évaluation à la certification comme garantie suprême | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Romain Vallon

Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

13. Label-qualite-environnementale Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Label-qualite-environnementale (AMENAGEMENT) ?...

Novotel Phan Thiêt - premier resort du Vietnam certifié Green Globe Le resort Novotel Phan Thiêt, province de Binh Thuân (Sud), vient de se voir décerner le certificat de l'organisation Green Globe (Système d'évaluation...

Le Groupe Terre Voyages certifié Agir pour un Tourisme Responsable Le Groupe Terre Voyages et ses différentes marques viennent d'obtenir le label de certification Agir pour un Tourisme Responsable (ATR)....

VVE - L'association des Voyageurs et Voyagistes éco-responsables L'association des Voyageurs et Voyagistes éco-responsables s'est comme but de fédérer les énergies en matière de tourisme éco-responsable et durable....

Judy Kepher Gona, l'Evangéliste kenyane du “Good Tourism” Drapée dans une splendide toge colorée, une majestueuse africaine délivre de sa voix profonde son message aux quelques 400 participants de l’ESTC12. Evangéliste...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Le tourisme durable, quelles garanties ?

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda