#TourismeDurable

Clôture des Rencontres Tourisme et Carbone

| Publié le 17 octobre 2011 • Mis à jour le 17 octobre 2011 à 16h48
         

Christophe Porquier – 2e Vice-Président du Conseil Régional de Picardie, en charge de l’éco-développement, de l’énergie et du climat.

De l’hégémonie du Tourisme de masse à la généralisation du Tourisme responsable

Depuis le colloque Tourisme & carbone organisé par l’association en 2010, beaucoup d’événements sont intervenus : la catastrophe nucléaire de Fukushima, les conséquences inquiétantes des dettes publiques, les déclassements de grands pays par les agences de notation, le printemps arabe, etc.

Tout cela pour imager l’importance et la rapidité avec lesquelles les changements interviennent. Les choses changent même parfois bien plus rapidement que ce à quoi s’attendaient les acteurs de ces évolutions. La société change vite et beaucoup.

Aujourd’hui, les acteurs économiques qui s’engagent sur la voie du développement durable doivent intégrer un certain nombre de contraintes, qui constituent les prémices de la généralisation du tourisme responsable. Le Tourisme responsable n’est plus un « pré carré », regroupant une poignée d’acteurs proposant une alternative au tourisme de masse : un retournement se réalise actuellement. Le développement des nouvelles technologies n’y est pas étranger, dans la mesure où l’hégémonie des grandes destinations est désormais mise à mal par d’autres destinations, jusqu’alors confidentielles, mais qu’Internet a permis de rendre visible aux yeux du grand public.

Les innovations sur la question de l’alimentation, des déplacements, de la relation à l’autre, seront également de plus en plus recherchées par les citoyens, pas uniquement parce qu’ils sont avant-gardistes, mais parce que la contrainte de coût, par le biais de l’augmentation inéluctable du prix du pétrole, les amènera à modifier leurs comportements de consommation. Les destinations de proximité sachant proposer de telles innovations bénéficieront de ces évolutions. On s’achemine, dans les années à venir, vers la généralisation de l’approche durable portée par l’association Baie de Somme Zéro Carbone.

Aux citoyens de pousser le bouchon…

Le Conseil régional a traduit ces évolutions à travers des décisions politiques, notamment le schéma régional du Tourisme et des Loisirs actuellement en application. Le schéma régional Climat-Energie-Air est en phase de consultation publique : il va définir pour toutes les régions de France les objectifs en matière de diminution des émissions de GES et de consommation d’énergie. Chaque citoyen pourra se saisir de ce cadre pour agir et solliciter des aides à l’investissement. En s’inscrivant dans ces objectifs, ils concourront chacun à l’objectif général de réduction des GES.

Cela permettra également de changer l’image négative des politiques publiques en matière de réduction de GES, souvent vécues comme des contraintes quel que soit le secteur dans lequel elles s’appliquent (transport, construction, tourisme, etc.). Les documents fixant les objectifs de réduction de GES au niveau européen, national et régional, constituent un point d’appui pour les initiatives privées.  Plus la demande sociale sera importante pour mettre en œuvre ce levier, plus la pression sera forte pour que les arbitrages politiques aillent dans ce sens. Tout ne vient pas des responsables politiques : ils sont comme des bouchons qui flotteraient sur l’eau, et leur niveau dépend de la quantité d’eau qui les pousse vers le haut.

Il est essentiel de ne pas vivre ces schémas comme des contraintes, mais de les utiliser comme véritables leviers de développement : il en va de leur généralisation. Le développement durable est le modèle de développement de demain, et c’est ce que met en œuvre localement l’Association Baie de somme zéro Carbone.

Le Conseil Régional s’intéresse beaucoup au travail mené par l’association BSZC. La région Picardie soutient également des initiatives dans le domaine du covoiturage, de l’alimentation de proximité, avec le programme « appétit nature », des produits bio, etc. Ce sont des politiques pilotes, génératrices de richesses et d’emplois.


Clôture des Rencontres Tourisme et Carbone | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Sandra Bordji

Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

On the road... enfin ! Lâchez quinze pré-ados n’ayant jamais quitté leur banlieue sur les routes de Slovénie et de Croatie au fil d’un « Circuit découverte écoresponsable » visant à leur faire appréhender l’importance...

Des voyages inspirants pour éclairer nos leaders ! emmener les décideurs français au contact de ces initiatives vertueuses et de leurs créateurs afin de multiplier les chances de voir ces « nouveaux récits » se...

3. Mobilite douce Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Mobilite douce (TRANSPORT) ?...

Time Tours ouvre la porte du durable à la grande distribution Lentement mais sûrement, Time Tours et sa filiale La Française des Circuits ont développé tout un savoir-faire durable matérialisé par une dizaine de...

ATR lance son Observatoire du Tourisme Responsable Depuis son dixième anniversaire célébré en 2014, ATR, Agir pour un Tourisme Responsable, a décidé de passer à la vitesse supérieure et d’agrandir son cercle autant...

Quand la tourismophobie pointe son nez… Il a suffi de quelques manifestations dans plusieurs grandes villes européennes pour que la question de la tourismophobie revienne au devant de la scène dans les médias....

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Rencontres Tourisme et Carbone 2011

voir la carte
La Feuille de Chou, l'aventure continue
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda