#TourismeDurable

L’importance de l’humain dans l’éco-tourisme

| Publié le 17 octobre 2011 • Mis à jour le 22 octobre 2011 à 18h50
         

Restitution du groupe de travail par Dominique Ferreira da Silva, Hôtel Les Tourelles, co-responsable de l’association BSZC

Le travail en atelier a démarré sur l’expérience des Greeters du Nord-Pas-de-Calais, dont le principe est de faire participer les locaux à l’offre touristique. Très vite, la place des locaux et leur rôle dans l’activité touristique ont occupé nos échanges.

 

 

La place des populations locales dans le développement touristique

Pour aboutir à un tourisme plus responsable, l’humain doit être placé aux centres du travail des professionnels du tourisme, ce qui permet par ailleurs d’offrir aux touristes le plaisir de recevoir les vibrations humaines. Un touriste souhaite consommer un territoire de manière transversale, en rebondissant d’un lieu à un autre. Les acteurs professionnels doivent susciter chez lui l’envie d’aller encore plus loin dans la découverte du territoire, avec l’identification d’un fil conducteur qui est celui de l’éco-attention du territoire. L’écotourisme ne doit pas être cantonné à un aspect technique : il doit permettre de sensibiliser le visiteur à l’éco-attention, tout en gardant le plaisir de la rencontre.

A l’issue du groupe de travail, nous étions tous en phase sur la nécessaire prise en compte des personnes qui habitent le territoire. Il est important de les allier au travail de développement écotouristique mené par les professionnels du tourisme.

Cette approche paraît d’autant plus fondamentale que le voyageur peut dorénavant préparer son voyage de façon très concrète, en visionnant des vidéos ou en regardant des photos. Une fois sur place, il souhaite vivre autre chose que d’admirer les paysages qu’il a déjà vus sur Internet, il veut aussi aller à la rencontre de l’humain, alors qu’il y a une dizaine d’années, le visiteur voulait d’abord découvrir la destination physiquement.

La nécessaire connexion des professionnels du tourisme

Le travail en amont des professionnels du tourisme est de donner un sens à ce qu’ils font,  de prendre plaisir à communiquer, même entre eux. Les tables rondes entre professionnels du tourisme permettent de dépasser les individualismes, les peurs de l’autre et le repli. Elles permettent de se rendre compte qu’en se regroupant, les professionnels du tourisme sont plus forts. Le partage d’expériences est essentiel,  même si chaque professionnel pense tout connaître et bien faire son travail : le touriste venant en Baie de Somme souhaite vivre des expériences multiples, en des lieux divers, pour effectuer des activités variées. S’il sent qu’il existe un lien entre chacun des professionnels du tourisme qu’il rencontre (qu’ils soient hébergeurs, restaurateurs, commerçants, prestataires de loisirs, etc.), nous aurons atteint notre but, et ce lien favorisera le retour du visiteur. Il est essentiel de créer ces liens, de faire cette éducation, qui passe par le plaisir partagé et la communication. L’humain est à la base de l’évolution du Tourisme responsable.

Dominique Cocquet (Espace équestre Henson) : Dans des régions comme la Baie de Somme, on constate encore une déconnexion entre la pratique du tourisme et la vie quotidienne des habitants. Il est fondamental que le tourisme soit porté par la population locale. Des actions ont été menées depuis plusieurs années par le CDT de la Somme au niveau des acteurs du tourisme afin de les familiariser avec les sites touristiques locaux. Un élargissement à la population locale serait bénéfique. L’exemple des Greeters est intéressant : le Nord-Pas-de-Calais souffrait d’une image touristique plutôt négative, et l’idée a émergé de transformé cette image de manière positive via des habitants passionnés par leur région. Ils sont aujourd’hui une soixantaine de Greeters à faire découvrir leur territoire aux touristes.


L’importance de l’humain dans l’éco-tourisme | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Sandra Bordji

Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Charles Polidori, Responsable de l'agence Terres d'Aventure de Marseille Je conseille aux traileurs de faire un entraînement en endurance à la fois en côte et sur chemin....

Le "glamping", vous connaissez ? Contraction de "glamour" et "camping", le mot glamping désigne une nouvelle tendance dans le monde du tourisme, qui pourrait bien se pérenniser et devenir un modèle touristique durable...

Bienvenue en Utopie ! Bienvenue en Utopie ! from Jérome Bourgine pour Voyageons-autrement.com...

Time Tours ouvre la porte du durable à la grande distribution Lentement mais sûrement, Time Tours et sa filiale La Française des Circuits ont développé tout un savoir-faire durable matérialisé par une dizaine de...

Qui veut voyager loin ménage son domicile… On peut voyager durable, manger bio, consommer responsable, éviter les transports polluants, placer son argent sur des fonds équitables… En temps de vacances et d’absence...

La croisière de luxe est-elle éco-responsable ? Monstres des mers, pépinières à virus, immeubles à touristes, les croisiéristes sont souvent l’objet de nombreuses attaques et les images de ces paquebots sans port...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Rencontres Tourisme et Carbone 2011

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda