#TourismeDurable
bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure

Programme Planète 21 : Accor en passe de relever son ambitieux challenge…

| 16 juin 2015 • Mis à jour le 13.04.2016 à 14h34
Thèmatique :  Acteur privé   Initiative privée   Labels   Tourisme de masse 
         

Il y a quatre ans, le groupe hôtelier Accor structurait sa stratégie en matière de développement durable à travers un ambitieux programme : Planète 21, se proposant ainsi d’atteindre 21 objectifs chiffrés à l’horizon 2015. A quelques mois de l’échéance, son directeur du développement durable, Arnaud Herrmann, fait le point. Rencontre…

Arnaud Hermann

Arnaud Hermann

Voyageons-Autrement / 40% d’hôtels certifiés Iso 14001, réduction de 10% de la consommation d’énergie et des émissions de CO², développement de 10% des énergies renouvelables… tels étaient 3 des 21 objectifs de votre programme Planète 21. A quelques mois de l’horizon fixé, on en est où ?

ACCOR / En bonne voie. Fin 2014, plus de la moitié des objectifs étaient déjà atteints et ont été réorientés à la hausse, comme le tri des déchets par exemple où nous en sommes déjà rendus à plus de 90%. Concernant la moitié restante, la plupart des objectifs seront également atteints à terme (entre autres le recours de 10% aux énergies renouvelables) et le président, Sébastien Bazin, a fait du sujet une priorité absolue, remotivant régulièrement les troupes.

Sur certains points, en revanche, 4 ou 5, nous avons sans doute été trop ambitieux. Si 1070 des 3700 établissements du groupe sont déjà éco-certifiés et si les marques Ibis (plus de 90%) comme Novotel sont très impliquées, nous n’arriverons pas au 40% projetés d’ici la fin de l’année. Pas davantage aux 10% envisagés sur les économies d’eau (on en est à 4,5% aujourd’hui) ni d’énergie (5,6%). Car il faut bien comprendre que le groupe Accor, ce sont en réalité 3700 business unit indépendantes disséminées dans plus de 100 pays ! D’où la nécessité de remotiver continuellement ce vaste réseau. Et puis, pour agir, une fois que vous avez déjà activé le levier d’optimisation technique des établissements existants, le seul moyen de progresser davantage implique de s’attaquer aux infrastructures, donc d’envisager des investissements considérables sur les bâtiments eux-mêmes. Et ils auront bien lieu, mais, pour le coup, lors du prochain plan, sachant que, par ailleurs, toutes les nouvelles constructions sont désormais éco-labellisés, même le grand projet d’Orly qui avait pourtant été décidé avant.

Enfin, il nous arrive de nous heurter à des freins culturels. Ainsi, en dépit de la très forte volonté de parvenir à la parité homme-femme au niveau des postes de direction (on en est à 35%), dans certains pays, les femmes n’envisagent ou ne souhaitent tout simplement pas occuper ces postes extrêmement prenants ! Mais dans l’ensemble, que de chemin parcouru, déjà…

VA / Si la suite à donner à Planète 21 n’est sans doute pas encore définitivement arrêtée, quelles orientations ou réorientations majeures le groupe Accor compte-t-il apporter à sa stratégie de développement durable à l’horizon 2020 ?

ACCOR / Nous y réfléchissons en effet, sachant que les thèmes majeurs d’implication du groupe demeureront les mêmes : la protection de l’enfance, les déchets, l’eau, l’énergie… et puis l’arbre, la reforestation. Nous souhaitons replanter 10 millions d’arbres et avons déjà dépassé les 4 millions. Mais, au-delà de la seule reforestation, il convient de signaler que nous effectuons de ce côté un travail remarquable avec Pur Projet, l’association de Tristan Lecomte qui est d’ailleurs le parrain du projet. Nous soutenons ainsi 150 projets dans le monde, autant de projets faisant sens, comme ces « Femmes du rif », au Maroc pour lesquelles nous finançons la plantation des oliviers, au départ, et… rachetons la production d’huile d’olive à la fin : économie circulaire, soutien aux femmes… Dans chaque domaine, nus multiplions les partenariats avec les acteurs reconnus, comme l’est ECPAT dans la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants. Et nous cherchons également le moyen de partager davantage nos actions avec le client, le public et le milieu professionnel, car là où nous en sommes rendus, il est temps de montrer que l’engagement d’une entreprise dans le développement durable n’est plus une contrainte, mais un véritable atout de différenciation apprécié des clients. Si un groupe comme Accor marque des points grâce à son engagement, c’est progressivement l’industrie hôtelière tout entière qui va se réconcilier avec le DD et l’intégrer à sa stratégie de développement !

Jules et Raphael dans un hôtel Accor au Maroc

Jules et Raphael dans un hôtel Accor au Maroc

VA / Est-ce pour cela que vous soutenez le projet Circul’R de Raphael et Jules ? Ces deux jeunes gens partis pour 18 mois autour du monde en quête des plus beaux exemples d’économie circulaire ?

ACCOR / Pour garder les yeux ouverts sur le monde et les initiatives intéressantes, oui, et également parce que leur projet nous intéressait au premier chef. Notre problématique particulière est telle qu’exposée précédemment : des milliers d’unités disséminées dans le monde, autonomes et traitant de petits volumes (denrées, biens, déchets…). En repérant partout les meilleurs initiatives et systèmes vertueux mis en place localement et répliquables, Jules et Raphaël nous servent donc de poissons pilotes.

VA / Plus globalement, le groupe se donnait pour objectif il y a 4 ans de devenir le leader de l’hôtellerie durable. Cet objectif sera-t-il atteint ?

ACCOR / Le groupe Accor, pionnier incontestable du secteur en matière de responsabilité environnementale, fut l’un des tout premiers groupes hôteliers à engager une réflexion dans ce sens, créant, dès 1994, une direction du développement durable. En 2011, donc, après avoir agi de diverses manières, le groupe décidait, avec son programme Planète 21, d’homogénéiser son action et de lui donner une nouvelle impulsion dans le but d’être plus proactif encore mais également plus visible. A la même époque – et c’est bien entendu, une bonne chose – nos concurrents (les grands groupes anglo-saxons) se sont réveillés et ont commencé d’agir, de manière forte, ciblée et très pragmatique. Malheureusement, nous sommes encore les seuls à publier de manière transparente nos résultats et à communiquer sur notre empreinte environnementale, même si le label environnemental mis en place récemment sur Tripadvisor devrait permettre de faire le point prochainement de manière assez fiable. Ce qui est certain, c’est que si certains groupes obtiennent de meilleurs résultats que nous dans certains domaines particuliers, nous restons, globalement, l’acteur le plus en pointe ; en Europe sans équivoque et également sans doute pour le reste du monde.

VA / Un des buts recherchés était aussi de sensibiliser – sans le contraindre – l’usager de vos établissements, qu’il se sente partie prenante de l’aventure. Estimez-vous avoir progressé de ce côté ?

ACCOR / Oui, notamment à travers la grande opération menée sur les serviettes : vous conservez un peu votre serviette et nous, on plante un arbre. On explique bien que 50% du fruit des économies réalisées va à la reforestation et 50% à l’économie interne de l’hôtel car il est important d’implanter ce modèle vertueux dans une rentabilité globale. On a offert de la visibilité à cette action et, dans les menus, on commence également de donner de l’information sur les produits issus du commerce équitable. De même, un système de pastilles indiquera bientôt sur internet la performance des hôtels auxquels le client s’intéresse.

Tout ceci réclame une forte implication en interne et, heureusement, la mobilisation spontanée des équipes sur le sujet est un de nos grands motifs de satisfaction, dans le monde entier. Au Mexique par exemple, où le patron local a demandé à chaque établissement du pays d’entreprendre une action particulière en manière de DD, c’est devenu la grande affaire : dans chaque établissement, tout le monde s’y met ; au point qu’il faut freiner les ardeurs et que le turn-over du personnel a baissé ! Les gens s’engagent, s’investissent et sont plus fiers encore de travailler pour Accor.

Toujours dans cette idée de faire avancer l’ensemble de la profession, cela nous a donné l’idée de faire réaliser une étude (bientôt rendue publique) montrant qu’il existe un lien entre performance durable, performance économique et taux de satisfaction de la clientèle : plus le personnel s’investit (et le durable y participe), plus les résultats s’améliorent et plus les clients sont contents. Lors de notre journée de mobilisation annuelle, le 21 avril, nous avons lancé un concours interne sur les bonnes pratiques et récolté… 300 réponses ! Bien plus que ce qui nous revient d’habitude sur des sujets pourtant autrement important d’un point de vue économique !

je garde ma serviette, Accor replante un arbre…

je garde ma serviette, Accor replante un arbre…

VA / Serez-vous associé d’une manière ou d’une autre à l’évènement COP 21 ?

ACCOR / Comment pourrait-il en être autrement ? Nous avons vocation à accueillir les gens et accueilleront donc le monde quand il viendra à Paris, oui. Mais à côté de cela, investis comme nous le sommes sur la question, il nous fallait faire davantage. Le n°2 du groupe s’occupe personnellement d’un projet qui sera bientôt dévoilé ; le but, à termes, étant d’animer le débat et de créer un véritable mouvement d’entreprises concernées non seulement par la simple problématique du carbone et de son rachat, mais également par tout ce qui concerne la production agricole, la restauration, la consommation, etc. Et de montrer que les engagements pris dans ce sens par les entreprises sont parfaitement conciliables avec le businnes.

A suivre, donc…


Programme Planète 21 : Accor en passe de relever son ambitieux challenge… | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le Grand Bivouac célèbre la Vie ! 15 ans ! Cela fait 15 ans cette année que Le Grand Bivouac diffuse auprès du public à travers les expériences et témoignages de grands voyageurs toute l’importance du voyage et...

20 ans d'Escales voyageuses les 24, 25 et 26 mars à Avignon Décidément Avignon et le voyage sont étroitement liés. Après le festival Jeunes Sans Frontières fin février, la cité papale recevra encore un beau rendez-vous...

Les peuples autochtones au secours de la planète ! A l’initiative du cacique (chef) amazonien Raoni, plusieurs dizaines de représentants des peuples et tribus autochtones de la planète se rassembleront du 20 au...

Les Congés Solidaires® : des voyages pour se rendre utile Les voyages du type écovolontariat ont toujours eu le vent en poupe : ils permettent de pratiquer, en théorie, un autre tourisme, basé sur la solidarité...

FRANCE 5 VU SUR TERRE : LE BOTSWANA (INEDIT) : LUNDI 10 AOUT A 21.30 Et si l’Eden existait sur Terre ? En Afrique australe, le Botswana est un pays de savane et de désert, riche de son patrimoine sauvage. Le Kalahari...

Planet 21 pour aujourd'hui et pour demain. Si Planet 21 est très ambitieux sur le papier, il est intéressant d’avoir à l’esprit les données de départ pour savoir d’où l’on part et où l’on va. Et au-delà des objectifs,...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
ACCOR Hôtels – Les engagements pour un tourisme responsable

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda