#TourismeDurable

On the road… enfin !

| 4 octobre 2019 • Mis à jour le 04.10.2019 à 12h55
         

Lâchez quinze pré-ados n’ayant jamais quitté leur banlieue sur les routes de Slovénie et de Croatie au fil d’un « Circuit découverte écoresponsable » visant à leur faire appréhender l’importance de la biodiversité. Et vous récolterez quoi ?… du bonheur en barre ! Echange avec Stéphane Lyonne qui, chez Arvel Voyages, a chapeauté ce magnifique projet…

Voyageons Autrement : Comment est née cette idée ?
Stéphane Lyonne : Chez Arvel, l’éco-responsabilité vis-à-vis de la nature nous taraude depuis toujours. Or, jusqu’à présent, notre manière d’agir de ce côté était essentiellement associée à la dimension sociale des destinations. Ainsi, à Madagascar, où le problème majeur est celui de la déforestation (les Malgaches, immenses consommateurs de riz, coupent tous les arbres pour faire cuire celui-ci) ; nous finançons les outils de travail de nos prestataires pour qu’ils gagnent mieux leur vie et puissent acheter une cuisinière. Nous cherchions donc une manière d’agir plus directe, qui nous permette en même temps de développer une offre différente, C’est là que nous avons été contactés par une mairie dont le centre social souhaitait proposer à ses jeunes un voyage, durable, fondé sur le thème de la biodiversité. Cette mairie s’était dans un premier temps mis en rapport avec Voyageons Autrement pour lui demander conseil. Voyageons a tout de suite pensé à nous et le contact a été bon dès le départ. Il faut dire que dans un souci d’augmenter notre durabilité, nous nous orientons nous-mêmes de plus en plus vers les « randonnées-découvertes », voyages qui intègrent les critères de durabilité tout en offrant l’avantage de rapprocher le voyageur de la nature et des hommes et d’être propices à la pédagogie. Concours de circonstances idéal. Nous leur avons donc proposé…


VA : … un « circuit découverte écoresponsable en Slovénie/Croatie ». Qui s’est traduit par quel genre de voyage, dans les faits ?
SL : Par un voyage correspondant parfaitement à la demande de nos clients, déjà. Il s’agissait donc d’emmener un groupe de quinze pré-ados de 12 à 14 ans, pour la grande majorité enfants d’immigrés et, pour la plupart, n’ayant jamais voyagé ! Comme convenu, la thématique guidant le périple était de leur montrer tout l’intérêt qu’il y a à préserver la biodiversité. Nous avons commencé par leur trouver un moyen de transport sympa grâce au Pass Inter-rail. Ce fut bien un peu compliqué à monter (uniquement sur internet et pas de groupe possible !) mais d’autant plus intéressant que tous les membres de l’aventure ignoraient jusqu’à l’existence des trains couchettes… qui les ont conduits jusqu’à Ljubljana où ils ont entamés un périple de 10 jours consacré à la découverte de la nature : parc national de Triglav, gorges et canyon de Vintgar, première approche de l’altitude pour l’ensemble de la troupe avec trajet en télécabine (cris de joie général, ce fut THE attraction !), découverte de la vie des alpages, des lacs souterrains nichés dans les fabuleuses grottes de Krizna Jama, musée d’écologie, randonnée à la recherche de l’ours … Puis passage en Croatie pour aller observer les dauphins de Veli-Losinj à l’occasion d’une croisière de 3h en compagnie d’experts de la protection animale (ils en en vus plein). Et comme nos clients avaient entre 12 et 14 ans et étaient quand même en vacances, initiation puis ballade en paddle, courtes randonnées, excursion à vélo et en canoë…


VA : Au cours du périple, quelles ont été les bonnes et les mauvaises surprises venant répondre à cette initiative ?
SL : Très honnêtement, je ne vois pas de point négatif ; ce qui est déjà, en soi, une bonne surprise. Un enfant s’est bien cassé la jambe en jouant au foot le second jour, mais il a tenu absolument à rester avec ses camarades et cela a aussitôt créé un vaste élan de solidarité au sein du groupe. Si les enfants n’ont pas aperçu d’ours quand ils se sont mis à sa recherche, la seule présence possible de l’animal dans les parages créait déjà un climat très excitant. Et c’est une grande satisfaction pour les cinq encadrants d’avoir su créer et maintenir un bon équilibre entre la partie pédagogique du voyage et les épisodes plus actifs ou divertissant. De fait, les enfants sont toujours restés réceptifs ; ce qui a son importance. Il faut dire aussi que nous nous étions arrangés pour que leurs interlocuteurs soient tous, ou presque, francophones. Ce qui a été très apprécié du groupe, même si l’on a vu, tout du long chez les uns et les autres, des tentatives d’apprendre quelques mots de slovène ou d’anglais.
VA : Qu’est-ce qui semble avoir le plus frappé, touché, surpris ces enfants qui n’avaient jamais voyagé ?
SL : Des tas de choses, à commencer par cette capitale point de départ, Ljubljana, qu’ils imaginaient comme une mégapole active et bruyante, à l’image de Paris, et qui s’est révélé être une cité sans pression, verte, propre, calme, très agréable. Ils n’en revenaient pas, ensuite, de voir des champignons apparaître dans leurs assiettes à de très nombreux repas, la Slovénie étant un pays de forêt où les champignons sont en effet légions. Et ils ont adoré « l’aventure » du train-couchettes tout comme « l’exploit » du télécabine et sont devenus copains en cours de route avec les vers luisants du soir (surprise totale) ainsi qu’avec les nombreuses grenouilles croisées en chemin. Enfin, et c’est là quelque chose d’essentiel, ils se sont sentis bienvenus partout. Ces 15 pré-ados pour le moins « vivant », dont 13 issus de familles originaires du Maghreb, ont bénéficié d’un accueil extrêmement bienveillant et chaleureux. En plus de la dimension du voyage, ils ont également découvert cet autre bonheur qui devrait toujours y être attaché : l’hospitalité.

VA : En quoi, au terme de cette expérience, pourrait-on réaffirmer que les voyages forment la jeunesse ?
SL : Je ne sais pas si les voyages forment (toujours) la jeunesse, mais ce qui est certain c’est que ce voyage-ci a été un grand accélérateur de solidarité. On a pu le constater rapidement avec l’incident de la jambe cassée et cela a perduré tout du long. Ces enfants qui habitent à 3 mn de Paris par le RER et qui, pour certains, ne sont jamais allés jusque-là, se sont emparé de l’opportunité offerte pour en faire une belle aventure. Comme je l’ai dit, ils ont su se rendre accueillant. Plein de vie et démonstratifs, ils n’ont pas été timides du tout avec les adultes qui les recevaient, les guidaient ou leur apprenaient des choses ; ils sont au contraire allés vers eux au point de commencer, pour certains, à apprendre des mots dans la langue locale. Il est trop tôt pour le dire certes, mais je pense sincèrement qu’il restera chez eux quelque chose de cette « première » : une ouverture vers l’autre, une envie de bouger… A présent, ils savent qu’« aller à l’étranger »… c’est possible ! Ils l’ont fait et en reviennent valorisés. Ils peuvent également être fiers de s’être bien « comportés » tout du long, au point que leur attitude fut un bonheur pour les accompagnants. Soit dit en passant, la tranche d’âge était parfaitement adaptée : 12-14 ans, soit juste avant que beaucoup ne restent scotchés toute la journée à leur téléphone…
VA : Ce type d’expériences peut-il être renouvelé ?
SL : Bien sûr. Nous n’allons pas nous focaliser sur ce type de programmes car nous sommes déjà engagés un peu partout dans le monde, sous d’autres formes, et nous y aidons à vivre quelques centaines de personnes qui comptent sur nous, mais nous avons trouvé l’expérience tellement stimulante que nous n’attendons que cela : remettre cela, sachant que nous sommes davantage spécialisés sur les groupes non constitués. Mais c’est avec plaisir qu’à la première occasion nous recréerons des voyages sur ces thématiques en Europe ou même un peu plus loin…

VA : Quoi de neuf au catalogue d’Arvel en cette rentrée ?
SL : De nouvelles destinations : Copenhague, l’Islande, le Québec et l’Equateur. De nouveaux itinéraires en Inde et en Iran et, surtout, comme évoqué, un développement de l’offre rando, amorcée l’an passée en Crête et en Arménie et qui, à la sauce Arvel, plaît beaucoup. Nous avons donc mijoté plusieurs itinéraires, assortis de rencontres fortes, pour des voyages sous forme de randonnées-découverte à Madère, en Roumanie et au Liban. L’expérience menée avec ces 15 pré-ados devant, elle, servir de base à deux autres voyages sur le même thème, proposés aux jeunes, par classe d’âge. Enfin, un très chouette programme, entièrement nouveau, reposant sur la découverte de la vie quotidienne en Tunisie (oasis, écoles, marchés, usines, villages…) est désormais proposé aux grands parents qui veulent voyager avec leurs petits-enfants. J’ajouterai juste qu’une commission climat vient d’être créée chez nous et que le carbone de chacun de nos voyages sera totalement compensé à partir de 2021, voilà.
VA : Les mots de la fin ?
SL : Façonner ce programme écoresponsable pour un public de centre social a été particulièrement exaltant. Car au-delà de la conception d’un itinéraire respectueux de l’environnement, il s’est agi de produire un voyage répondant aux objectifs premiers du tourisme social : voyager autrement pour favoriser l’inclusion et faire éclore du collectif. Exaltant et également stimulant, car nous en sommes convaincu, nous ne résoudrons pas le défi climatique sans réduire les inégalités. Ici, ailleurs… partout finalement.

Arvel est une agence de voyage à Lyon – Ils tiendront un stand et animeront un diapo-conférence sur l’Ethiopie au salon du Grand Bivouac (17 au 20 octobre, Albertville). Et sera présent du 28 au 30 novembre au Festival Quais du Départ (69) dont il est partenaire depuis l’origine.

A lire également

– Dans les pas d’Abraham avec Arvel
– Arvel Voyages : souvent solidaire, toujours responsable !
– 13ème édition des Littératures Voyageuses


On the road… enfin ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Des idées de vacances originales et responsables pour les grands et les petits si vous en êtes encore à chercher des idées, à comparer et à hésiter sur le choix de vos prochaines vacances d'été, Voyageons-Autrement.com...

Le temps béni des colonies ! les journaux annonçaient « la fin des colos ! » Fausse alerte heureusement ; les colonies de vacances, si elles ont évolué pour s’adapter aux goûts du jour, continuent de faire la joie...

On the road... enfin ! Lâchez quinze pré-ados n’ayant jamais quitté leur banlieue sur les routes de Slovénie et de Croatie au fil d’un « Circuit découverte écoresponsable » visant à leur faire appréhender l’importance...

Aventuriers En Herbe : colonie de vacances, Séjours ados et voyages avec les enfants pratiquer toutes les activités de pleine nature (escalade, VTT...) et enfin dormir en refuge ou sous tentes Voyageons-Autrement.com...

L’OITS se rapproche encore de l'OMT lors du 8e forum européen du tourisme pour tous ! Le 8e forum européen du tourisme pour tous s’est tenu du 21 au 23 octobre à Albufeira, au Portugal, sur le thème de l’innovation....

Offres d'emploi tourisme responsable Pages à faire tourner auprès des étudiant(e)s des formations tourisme durable d'Avignon, de Foix, de Grenoble, d'Angers et de l'IREST. 📣#VoyageonsAutrement (Août 2019)...

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda