#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Les dernières actualités du tourisme durable avec Guillaume Cromer

| Publié le 18 septembre 2020 • Mis à jour le 18 septembre 2020 à 8h25
         

Président d’Acteurs du Tourisme Durable (ATD) et consultant pour ID Tourism, Guillaume Cromer s’est investi au fil des ans pour pousser toujours plus professionnels et pouvoirs publics à s’engager pour un tourisme plus durable. A quelques semaines des Universités du Tourisme Durable qui se dérouleront à Troyes les 8 et 9 octobre, nous avons souhaité faire un petit tour d’horizon « durable » avec lui.

VA/ Bonjour Guillaume. En cette année bien particulière et alors que les Universités du Tourisme Durable (UTD) se profilent à Troyes début octobre, pouvez-vous nous en dévoiler quelques aspects. Une thématique particulière ? Des points forts ?

Cette année, la thématique est liée à l’actualité : Le tourisme comme accélérateur de la transition écologique et sociale. Au-delà de la thématique, c’est surtout le plaisir d’échanger ensemble autour de nombreux ateliers, de revoir les acteurs du tourisme durable et de faire le point afin de remettre de l’humain après cette période compliquée. A noter parmi les moments forts la conférence « Voyager en temps de crises » de François Gemenne, chercheur et expert Climat qui travaille notamment sur les politiques d’adaptation au changement climatique. Il interviendra en plénière avec une vision très intéressante et des positions fortes sur l’ouverture des frontières, la relation à l’autre, le vivre ensemble, une vraie conscience sur l’urgence climatique. Une vision géopolitique qui interroge aussi les limites de la mondialisation et pose de vraies questions : comment faire pour rouvrir les frontières et en même temps réduire notre impact carbone. Or on a vu avec le Covid ce que cela peut donner…

VA/ Justement, dans ce contexte difficile et avec la crise du Covid toujours active, comment se porte ATD qui porte les UTD ? La période doit être bien compliquée pour certains de vos membres malgré les bons chiffres de l’été.

Pour l’heure, les échos que l’on a sont relativement bons, la majeure partie de nos membres tiennent le coup. Certes, c’est plus compliqué voire parfois très difficile pour les membres d’ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) et de l’ATES (Association pour le Tourisme équitable et solidaire) qui représentent des voyagistes et des associations de voyage mais au sein de nos adhérents, ceux qui ne font pas du tour operating s’en sortent bien à l’image  des destinations qui ont fait un très bel été. C’est en revanche plus tendu pour les grandes villes. Paris et Lyon par exemple ont souffert du manque de touristes internationaux. Ils galèrent et se posent pas mal de questions sur l’automne vis-à-vis des entreprises qu’ils représentent et d’un potentiel manque de business sur le tourisme d’affaires. Quant aux autres membres, le plan de relance pour les entreprises touristiques est plutôt efficace en leur fournissant de la trésorerie pour sauver leur structure.

VA/ En ce sens, le comité de filière qui s’est réuni récemment sous la houlette de Jean-Baptiste Lemoyne a-t-il permis de mettre en place des mesures pour aider les plus fragiles et aller vers plus de durabilité en général ?

Non, franchement, je n’ai rien vu de concret en ce sens, rien au-delà du plan de relance. Et quant aux discussions avec le ministère et le comité de filière au sein de la commission Tourisme durable, c’est plutôt de l’après-crise. On peut vraiment se demander comment on va réussir à tendre vers une politique de tourisme durable à l’échelle nationale si on fonctionne de façon décorrélée sans prendre en compte la crise actuelle. Par exemple, l’ensemble des aides faites aujourd’hui dans le plan de relance ne possèdent pas d’éco-conditionnalités. Or, sans ces conditions, comment vraiment faire une transition entre le tourisme actuel et l’intégration des enjeux de développement durable.

logo des universités du tourisme durable

VA/ Le travail de fond réalisé par l’ADEME courant 2019 en vue d’une stratégie pour un tourisme plus durable pour la France ne risque-t-il donc pas d’être noyé dans cette crise ?

Le rapport n’a toujours pas été publié, ce qui est assez symptomatique. On sait que Jean-Baptiste Lemoyne l’a reçu en novembre 2019 du président de l’Ademe mais il ne l’a jamais présenté officiellement et rien n’a encore été dévoilé. On continue toutefois à en parler en réunion mais les discussions que l’on a aujourd’hui avec le plan filière tourisme comportent beaucoup de redites avec le rapport. Cela montre vraiment la place qu’a prise cette crise par rapport aux ambitions autour du tourisme durable. A présent, ce qui manque, c’est d’agir, d’avancer. On a l’impression de perdre beaucoup de temps, d’un manque de courage pour une vraie transition. Sur nos échanges avec la commission tourisme durable, il est par exemple interdit de parler de décroissance ou d’a-croissance… alors que l’on sait que le découplage PIB & émission de gaz à effet de serre est impossible. Jusqu’à quand va-t-on continuer à marteler ce dogme de la croissance ? Pour moi, la problématique est là : si on veut que le tourisme devienne durable en France, il ne sera pas possible de faire plaisir à tout le monde. Est-ce envisageable par le gouvernement actuel ?

VA/ Au-delà de votre implication au sein d’ATD et de votre activité de consultant, vous participez également au cluster de la transition du tourisme en montagne. Pouvez-vous nous rappeler brièvement l’objectif du Cluster et nous parler de ses actualités ?

L’enjeu du cluster est assez clair, trouver des solutions pour accompagner les territoires de montagne vers une transition. Il est centré sur la thématique du tourisme mais par extension concerne aussi l’agriculture, la mobilité, l’ensemble des enjeux liés à la transition de ces territoires. L’un des points d’orgue devait être le lancement officiel du cluster lors des  états généraux de la transition du tourisme en montagne début novembre avec également un évènement à Grenoble pour impliquer un maximum d’acteurs et de territoires pilotes. Les municipales ont montré que de plus en plus de communes sont sensibles à l’écologie. Nous souhaitons nous inspirer des expérimentations qui se font ailleurs, les amener sur les territoires de montagne. Pour l’heure, le lancement du cluster est décalé au 2 juin 2021 à cause du covid, une date qui m’est familière puisque le 2 juin c’est aussi la Journée Mondiale du Tourisme Responsable. Et donc, pour novembre, nous sommes en discussion pour développer un échange plus à distance, avec des conférences et interventions sur internet.

Illustration, d'hommes qui portent sur leurs épaules une montagne

VA/ Avez-vous également noté auprès des autres acteurs des initiatives récentes en terme de tourisme durable, de nouveaux territoires qui s’engagent ?

Les discours de l’Occitanie sont intéressants sur l’été avec la carte Oxygène et le TER à 1 € pour pousser à la mobilité dans la région. Ils sont assez actifs et vont dans le bon sens avec une vraie logique de travail entre le CRT et les politiques publiques, aussi l’envie de permettre aux personnes de la région de partir en vacances avec un accès aux services. En revanche, sur d’autres territoires, je m’interroge. Par exemple quand j’entends que l’on va aménager une liaison câblée entre l’Alpe d’Huez et les Deux Alpes. Je m’inquiète aussi des dérives comportementales dans certains lieux naturels tels le Vercors ou dans les Ardennes, notamment depuis le déconfinement. Il va falloir mener une réflexion pour sensibiliser ces nouveaux publics.  J’ai peur sinon que tout finisse par devenir payant. Certains pays en sont déjà là comme l’Autriche, où on règle un droit d’entrée pour la route, pour l’entrée sur site…. le débat risque de venir en France très prochainement.

VA/ Et concernant vos projets pros, comment va IDTourism, des projets en cours ?

Pour l’heure, je m’occupe de la stratégie Tourisme Durable de  Lyon avec l’agence d’attractivité OnlyLyon, la métropole et la ville. C’est une mission intéressante car depuis les municipales, on est raccord. Nous avons aussi gagné une mission portée par la CCI 15 sur l’avenir du tourisme dans le Cantal sur les dix/quinze prochaines années. Il va falloir faire des choix stratégiques et politiques importants liés à la ruralité, au désenclavement, à la transition climatique, avec un côté slow que les entrepreneurs vont devoir entendre, quel choix quant à la neige de culture au Lioran par exemple. J’achève également une mission avec la Fondation Jean Moulin (un peu le CE du ministère de l’Intérieur) sur comment améliorer leurs résidences de tourisme.

Enfin, je me suis investi sur une mission plus  atypique à Briançon, un gros travail autour des ONG locales qui s’occupent des migrants. On a réussi à reprendre une auberge de jeunesse  désaffectée depuis deux ans et à en faire un Tiers lieu solidaire. L’idée serait à présent de faire venir un réceptif pour organiser des séjours solidaires afin de soutenir le travail des habitants et des associations locales. On va lancer une campagne de financement participatif pour récolter des fonds en local et impliquer les professionnels du tourisme.

VA/ Une dernière chose que vous souhaiteriez pointer ?

A l’heure actuelle, mon plus grand sujet d’inquiétude reste l’urgence climatique.  Comment faire basculer le tourisme français et mondial pour atteindre les objectifs donnés, soit réduire le bilan carbone de la France et des Français. On en est loin. Sans compter que si on veut une politique publique du tourisme un peu forte il faut y mettre les moyens. Quand on voit que l’on arrive pas à sortir des moyens pour développer un véritable observatoire du tourisme français, qu’il n’y a pas non plus d’argent pour l’INSEE, et que nous sommes la première destination mondiale du tourisme sans chiffres valables.

Chapitre 1 sur le réchauffement climatique et l'aviation
© Responsible Travel

Mais pour en revenir au climat, si on veut une vraie politique du tourisme durable à partir de l’an prochain, il va falloir réduire de  7% les GES de toutes les activités du tourisme jusqu’en 2030… pas simple avec les nombreux lobbies existants…

logo des universités du tourisme durable

Inscription et information complémentaire
https://www.universites-tourisme-durable.org


Les dernières actualités du tourisme durable avec Guillaume Cromer | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

2 réponses à Les dernières actualités du tourisme durable avec Guillaume Cromer

  1. BERNARD-HERVE a commenté:

    Les institutionnels nationaux toujours un peu à à la traîne, mais les initiatives locales sont là et bien présentes. Mettons-les en avant…je pense que nous sommes en phase d’un changement de paradigme…c’est une transition…la demande est réelle. Je fais partie d’un projet de production voyage éco-responsable souhaitant mettre en avant les initiatives locales…et la Covid-19 a accéléré ce processus. Tirons-en le meilleur. Keep’ working. -)

  2. Tematis a commenté:

    Excellent article. J’aime beaucoup votre site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Vos plus belles expériences de voyage “autrement” en France Quelles furent vos plus belles expériences de voyage “autrement” ? Pour célébrer 2017 année internationale du tourisme durable, nous nous sommes lancés...

2017 : année internationale du tourisme durable – les acteurs français s’engagent ! En 2016, plus de 1,2 milliard de personnes ont voyagé à travers la planète à des fins de tourisme et 6 milliards d’autres...

Tourisme & Patrimoine Rural - Thématique de la 4ème Journée Mondiale du Tourisme Responsable Tourisme & Patrimoine Rural - Thématique de la 4ème Journée Mondiale du Tourisme Responsable...

Un tour du monde "autrement" à vos côtés sur Instagram Pour célébrer 2017 année internationale du tourisme durable, nous nous sommes lancés dans un véritable tour du monde à vos côtés sur Instagram. Tout au long...

Bilan de la Journée mondiale du Tourisme Responsable 2009 Mardi 2 juin 2009 - Paris - Bilan de la Journée Mondiale pour un tourisme Responsable 2009...

Journée mondiale du Tourisme Responsable 2009 2 juin 2009 - Journée Mondiale pour un tourisme Responsable 2009 - 3ème édition organisée par la coalition du tourisme responsable...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda