#TourismeDurable

Le voyage en train retrouve ENFIN ses lettres de noblesse

| Publié le 8 octobre 2021 • Mis à jour le 11 octobre 2021 à 17h38
         

Après des années de lignes supprimées, non rentables, trop éloignées, pas assez fréquentées, des confins des campagnes jusqu’au bout de la nuit, le train fait son grand retour sous la poussée croisée des associations, de la dérégulation ambiante mais aussi d’une urgence climatique qui bouscule les paramètres. Les Universités du Tourisme Durable au Havre n’ont pas manqué cette occasion de souligner ce grand retour avec, à l’occasion de l’Année européenne du Rail, une table ronde animée par Christelle Taillardat (Slow Tourism Lab) centrée sur le voyage en train réunissant Samuela Burzio (Railcoop), Nicolas Forien (Oui au Train de Nuit), Olivier Metge (SNCF) et Clément Simonneau (Les Oiseaux de passage).

La locomotive dessinée par Li Kunwu ©EstOuest371

Le train, cette solution rêvée d’un séjour bas carbone que l’on a boudé si longtemps…

A Voyageons-Autrement, on aime le train et on l’a souvent dit, écrit, clamé et bien évidemment pratiqué, ne serait-ce que pour venir au Havre depuis Paris, l’occasion d’essayer la nouvelle flotte de train mis en place par Hervé Morin qui permet de rejoindre la cité portuaire en 2 heures pour la modique somme de 15 €. Nous étions donc ravis d’assister à une table ronde volontariste, où l’on a largement rappelé les nombreux avantages du train : peu dépensier en carbone, favorisant la lenteur, l’observation, l’expérience voyageuse mais qui avait un temps « disparu des radars ». Administratrice de Railcoop, Samuela Burzio a témoigné en ce sens : « Je suis rendue compte que l’on avait perdu le réflexe du train, qu’il n’était plus dans les imaginaires culturels, et c’est aussi pour cela que j’ai fondé l’association OUAT (Once Upon A Train), qui vise à recréer de nouveaux récits de voyage. Quand l’avion nous amène d’un point A à un point B, le train fait partie intégrante du voyage (…). » Cette volonté de remettre le train au cœur des débats, elle anime aussi depuis 2015 le Collectif Oui au Train de Nuit, qui se bat pour le retour des trains couchettes. Nicolas Forien : « Quand le gouvernement a annoncé en 2015 la suppression de tous les trains de nuit, nous avons lancé une pétition et organisé de nombreuses manifestations en gare pour réhabiliter ce mode de transport. Notre première victoire a été le retour de la ligne Paris-Perpignan-Port Bou. »

Atelier Train UTD Le Havre ©DR

Retour vers le train de nuit !

Aujourd’hui, le retour vers le train de nuit s’opère de façon effective. Le 25 mai dernier, Jean Castex a inauguré le Paris-Nice qui relie la gare d’Austerlitz (20h52) à la Côte d’Azur (9h11) en une douzaine d’heures.  Le Paris-Tarbes et Paris-Lourdes sont prévus pour décembre. Et à l’échelle de l’Europe, le Paris-Vienne est opérationnel depuis le 27 septembre dernier. Nicolas Forien : « Le train de nuit va rendre possible et attractif en train de longues distances. Il y a cinq ans, on prêchait un peu dans le désert. On note aujourd’hui un vrai renversement de situation et une renaissance du train en Europe et en France. On aimerait à présent que ça s’inscrive dans une tendance de fond, une alternative pour voyager en France et en Europe. » Et les arguments en faveur du rail sont nombreux, à la fois vecteur de slow travel mais aussi adapté aux travailleurs qui souhaitent arriver tôt le matin sur site, avec des niveaux de confort variés et adaptés à tout type d’usagés, de l’étudiant à l’homme d’affaire. Certains de nos voisins européens l’ont d’ailleurs saisi depuis longtemps, avec quelques locomotives comme l’Autriche dont l’offre de train diurne et nocturne a fait ses preuves depuis de nombreuses années. Malheureusement, en France, on a suivi d’autres voies, favorisant un temps avion à bas coût et visées à courte vue. Olivier Medge (directeur des trains de nuit à la SNCF depuis juillet dernier) : « Je ne suis pas avocat de profession mais la position de Guillaume Pépy est à remettre dans un contexte d’alors, quand laDeutsche Bahn, la Renfe, tout le monde arrêtait ses trains de nuit. Il y avait une tendance à court terme vers les low cost et l’hôtel dégriffé. »

Train Sri Lanka
© Bénédicte Jaunatre

Encore du travail sur les rails !

Toutefois, si la feuille de route est encourageante, avec également une étude en cours pour relancer une vingtaine de nouvelles lignes à l’échelle européenne et une vraie volonté des pays de l’UE de développer l’offre train de nuit en résolvant le problème des billets combinés, il reste à présent bien du travail pour se remettre sur les rails et entrainer l’ensemble des voyageurs à reconsidérer un mode de transport à qui l’avion a taillé quelques belles croupières. Car, certes, le train est un magnifique levier pour désenclaver les territoires, rejoindre les villages et campagnes oubliées, vivre des expériences de voyage uniques, mais quid des clientèles qui ont pu se lasser de tarifs prohibitifs, de retards à répétitions, et d’un vieillissement du matériel qui va nécessiter de sacrés investissements pour rester dans la course. Olivier Medge : « On travaille avec les chemins de fer autrichiens qui ont conservé le Train de nuit mais il faut trouver l’équilibre économique sur des espaces très diversifiés avec une grande hétérogénéité des missions et d’attentes de la clientèle. » Représentant les Oiseaux de Passage, Clément Simonneau fait justement partie de ces collectifs qui visent à appuyer et relayer les offres de train de nuit auprès de ses clientèles mais qui soulève aussi les freins d’un établissement public qui peine à s’assouplir face à des demandes diversifiées : « On a fait beaucoup d’offres slow tourism avec du train, avant d’englober cette expérience dans un voyage total. Pour nous, le train est un support d’expériences, mais en pratique, on a du mal à réserver des billets pour nos groupes, il n’y a pas du tout les mêmes conditions qu’avec l’aérien ni la même flexibilité du prix qui évolue et nous empêche de nous projeter. »

En guise de conclusion

La table ronde qui s’est tenue aux UTD a donc clairement montré qu’un cap a été franchi sur l’offre train en France, avec une SNCF volontaristes, des initiatives nombreuses pour faire revivre des lignes oubliées (Railcoop), des associations qui veillent (Oui au Train de Nuit, OUAT). La prochaine étape va donc consister à lisser l’offre, la rendre plus évidente et plus accessible aux clientèles, parce que si le bilan écologique entre train et avion ne fait pas débat (un Paris-Vienne en train c’est 360 places à bord, donc 2 Airbus A320, et autant de carbone non émis), il reste l’argument du prix, du confort, et de la sécurité parfois. Qui connait par exemple l’existence des billets Léo Lagrange qui donnent à tout un chacun à une réduction de 50% pour une fois dans l’année sur un trajet train ? Enfin, se posent inévitablement les questions pendantes visant à favoriser toujours plus les territoires et l’intermodalité, l’accès des vélos au train, les navettes disponibles (ou pas) en gare pour le fameux dernier kilomètre, sans compter la volonté des régions d’attirer toujours plus les dessertes pour désenclaver leur territoire, avec parfois en question l’idée d’un partage du risque ferroviaire via des  investissements mutualisés. Autant de pistes que l’on espère bientôt effectives pour redonner vie à une France irriguée par le rail, permettant autant d’échappées vers l’ailleurs.

——————- Aller plus loin (ou plus près) ———————–

Merci aux Acteurs du Tourisme Durable (ATD) et à la région Normandie pour l’organisation des UTD du Havre.


Le voyage en train retrouve ENFIN ses lettres de noblesse | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Le voyage en train retrouve ENFIN ses lettres de noblesse

  1. Hervé ROCLE a commenté:

    La Suisse egalement valorise ses lignes mythiques à travers les Alpes et le trajet en train est partie intégrante de l’offre touristique packagée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

23. Toilette seche Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Toilette seche (EAU) ?...

Tourisme en Jordanie : menace ou opportunité pour le pays ? Invitée par le ministère du tourisme jordanien et l'association de tourisme d'aventure ATTA, j'ai pu passer 10 jours en Jordanie à la rencontre des acteurs...

Le Vélo dans le monde, maillon fort d’une chaîne sociale pour un développement durable ! Le vendredi 5 juin à l’occasion de Velo-City, une table ronde passionnante s’est tenue à la cité internationale des congrès...

Emilie Bourgouin, rencontre avec la main verte de Village Jourdain illage Jourdain, Village Jardin, la rue du Jardin, Liane de rue, autant de petites graines plantées par Emilie Bourgouin dans son quartier de cœur,...

Fiona Mille reprend les rênes de Mountain Wilderness France En 30 ans d'existence, Mountain Wilderness est devenu l'un des acteurs emblématiques du paysage associatif montagnard français...

Flockeo : s’informer, choisir, contribuer ! Nouvelle plate-forme dédiée au tourisme durable puisant ses données dans les prises de vue satellite, Flockeo informe le voyageur sur la destination de son choix et...

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda