#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Voyager végé, tome 1 : l’Italie

| 23 juin 2016 • Mis à jour le 24.06.2016 à 5h14
Thèmatique :  Conseils 
         

Suite à notre article sur l’actuel engouement pour le végéta*isme en France et dans le monde, allons voir, comme promis, comme celui-ci se vit à l’étranger – et comment, surtout, il est souvent bien plus développé et installé qu’en nos frontières. Premier round, l’Italie, ou le pays du speck et de la mozzarella… Contre toute attente, il est plutôt aisé de voyager végétarien, et même végane, en Italie : restaurants et supermarchés se sont souvent avérés bien plus à la page que chez nous ! C’est à Florence, ville aussi touristique que magnifique, que nous concentrerons ce petit tour d’horizon…

Anticiper pour mieux se régaler

En France, à moins d’habiter Paris, il est encore difficile, voire très difficile dans certaines villes, de pouvoir s’asseoir à la table d’un restaurant végétarien (ou simplement proposant un plat végétarien). La tendance a beau s’inscrire dans les médias, les actes peinent à suivre le mouvement, même si l’on sent que les choses bougent.

Florence, un bout d’Italie qui aime le végétal…

Les végés le savent bien : quand on voyage, même proche de chez soi, il est nécessaire de se préparer un minimum – Internet est alors notre meilleur ami ! S’informer sur les offres végés de la ville que l’on va visiter reste la base, autour de laquelle on peut ensuite plus ou moins improviser : il reste possible de s’alimenter végétarien ou végétalien dans n’importe quel supermarché… Quant aux petit-dejs dans les hôtels, même combat, on prévoit ! Si les végétariens peuvent encore se contenter de croissants et de tartines de beurres, nombre d’entre eux sont passés à plus nourrissant et équilibré – quant aux pauvres végétaliens, ils seront vite affamés : on emporte donc avec soi son muesli maison (avec ou sans gluten…), ses fruits secs, ses oléagineux et ses graines (les fameuses – mais savez-vous que c’est super bon ??), ses petites briques de laits végétaux… Et hop, on part pour la journée le ventre bien plein car, au passage, un croissant et un café, ça nourrit pas son homme – ni sa femme.

En Italie, pas de souci : chaque ville moyenne ou grande possède au moins un ou deux magasins bios, dans lequel il sera facile de faire son stock. Les produits qu’on y trouve sont très similaires aux nôtres, avec une offre tout aussi variée de produits végétaux, sans gluten / sans lactose, de tofu, de simili-carnés, etc.

Ok, mais si on veut aussi manger hors de son appart ou de l’hôtel ? On dégaine ses recherches Internet, on sort son plan sur lequel on a soigneusement mis des croix aux adresses des restaurants sélectionnés (100% végétalien, végétalien et végétarien, ou encore “veg-friendly”, comme on dit chez nos amis anglo-saxons), et en route pour la chasse… au végétal !

Au Mercato Centrale, les fruits et légumes ont une place de choix !

Des restaurants à la page, même les plus improbables…

Lasagnes véganes, bar à jus, pizzas végétariennes et sans gluten… Une balade dans Florence permet, aux détours de quelques rues seulement, de voir que cette ville si touristique a su s’adapter et se mettre à la page. Quelques recherches sur Internet avaient permis de dénicher une dizaine de restaurants véganes ou végétariens : sur place, il s’en cache au moins le triple ! S’il ne s’agit pas forcément de restos 100% végés, il fut déconcertant de voir qu’à chaque coin de rue, sur de nombreuses ardoises, on affichait des plats végés, des desserts véganes… même au sein de restaurants dit “traditionnels”. Dans une pizzeria par exemple, l’une des plus connues et les plus centrales de Florence, tous les plats végétariens sont indiqués à l’aide d’une petit feuille – et il y a du choix.

Même (agréable, vous l’aurez compris) surprise lors de la visite d’un village toscan, situé à 10km du centre de Florence. Sur place, deux cafés, une poste, une église, et un restaurant. A la carte de celui-ci, des plats signalés comme vegan, des plats végétariens… Encore impensable en France, non ?

A Settignano, petit village toscan, on trouve du végane dans le seul resto du coin…

La ville de Florence, elle, semble donc posséder une quinzaine de restaurants végéta*iens, et beaucoup d’autres y proposent des plats végétariens ou véganes. Les plats y sont souvent bons, l’offre est vaste, et les restaurateurs jouent également la carte du bio et/ou local. Il existe également des chaînes, comme Universo Vegano : présente à Rome, Milan, Turin ou encore Parme, elle propose des menus uniquement véganes. Si l’idée est bonne, il est toutefois un peu dommage qu’il ne s’agisse pas d’une cuisine maison, ni bio : pour avoir goûté des desserts, l’un d’entre eux était très bon, l’autre tout à fait insipide. Si cela reste un endroit très appréciable pour les véganes, le mieux reste de se faire un petit resto bien local, où les plats promettent davantage de finesse et d’amour !

Un stand 100% végé, dans un petit supermarché…

Les supermarchés, enfin, ne sont pas en reste : les chaînes nationales, qui proposent donc les mêmes produits à Florence que dans toute l’Italie, ont parfois même leur propre gamme de produits végés. Certaines supérettes (oui, supérettes, pas hypermarchés !) ont même des présentoirs spécialement pour les végés – Noël avant l’heure ! On y retrouve des marques distribuées en France, mais également beaucoup de produits introuvables chez nous, parmi lesquels du pesto végane, des brochettes de tofu, des sandwichs préparés 100% végés, etc.

Ce premier tome de notre petit voyage 100% végé aura donc permis d’abattre ce qui aurait pu être une première idée reçue : non, le mouvement végétarien et végane ne se limite pas qu’à quelques frontières, et s’exporte même très bien au sein de pays où la viande et le fromage sont rois. Vivement la suite !

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER :
Voyager végéta*ien



Voyager végé, tome 1 : l’Italie | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Mélusine Lau

Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Concilier luxe et écologie : le bel exemple du Grand Hôtel Cannes Situé sur la Croisette, au milieu de tous les autres établissements de l'un des plus célèbres boulevards au monde, le Grand Hôtel est pourtant unique...

Tao m'a dit, voyage à Paris : Pour manger sain et bon Tao m'a dit Voyage à Paris : manger sain et bon. Pour concilier gastronomie, santé et respect de la planète : des restos bios ou terroirs qui servent des produits...

Deux évadés, voyage en vidéos à travers les Amériques Cela fait maintenant un an que Laura et Pierre sont en vadrouille à travers les Amériques et nous font rêver à travers leurs articles et vidéos. C'est depuis...

Voyager végé, tome 2 : la Norvège Dans le cadre de notre petit guide du bon voyageur végéta*ien, voici l'épisode deux... Après l'Italie, direction la Norvège, ce si beau pays scandinave, aux forêts omniprésentes...

L'écotourisme, nouveau faire-valoir des grands groupes ? Peut-on "fabriquer" l'écotourisme? Ou n'y a-t-il pas un profond paradoxe entre l'esprit d'un tourisme naturel, écologique, simple, et celui d'entreprises...

Jardins en permaculture, canards Coureur Indien, vaches Highland… ainsi que les jardins en permaculture, canards Coureur Indien, vaches Highland … en Drôme Provençale entre Nyons (42km) et Die (52km)...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Voyager végéta*ien

Aventure Écotourisme Québec
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda