#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

L’Inde à pied : A la rencontre des populations locales

| 22 novembre 2014 • Mis à jour le 22.11.2014 à 8h40
Thèmatique :  Monde   Portrait   Routes du Monde 
         

Alexandre Rousselle est un ancien cadre dirigeant qui a décidé, il y a 3 ans maintenant, de changer radicalement de vie et de consacrer son temps au voyage et à la photographie. Son dernier projet, intitulé Bharata (signifiant Inde en sanskrit), consiste à traverser l’Inde à pied du nord au sud. Cette aventure de plus de 4.000 km, qui devrait durer jusqu’en octobre 2015, lui permet de prendre le temps de rencontrer les populations locales, parfois très isolées.

Récits et anecdotes autour de quelques photos

« Cet été, alors que je traversais en solitaire le Ladakh, la région la plus au nord de l’Inde, avec une altitude moyenne supérieure à 3.000 m, j’ai plusieurs fois trouvé refuge dans des villages de quelques dizaines d’habitants, vivants en total autonomie grâce à leurs petites parcelles de terre et à quelques animaux (chèvres, yacks).

Chez l’habitant dans le petit village de Brog Yogma, perdu à 4.000 m d’altitude.

Chez l’habitant dans le petit village de Brog Yogma, perdu à 4.000 m d’altitude.

Les gens sont toujours surpris de me voir débarquer, seul, dans des zones aussi isolées. Mais les liens se créent rapidement. Je suis toujours très bien accueilli. Les femmes adorent me faire découvrir leurs spécialités culinaires, et les hommes leur alcool local. Je deviens très vite l’attraction du village. Les voisins viennent me voir, et les enfants m’emmènent faire la tournée de leurs copains. On se sent très vite adopté. On devient un peu le grand frère… ».

Accueilli par les habitants d’Ipti, village d’une dizaine de maisons.

Accueilli par les habitants d’Ipti, village d’une dizaine de maisons.

« Je me souviens de ce jour où je ne trouvais pas le chemin permettant de franchir un col situé à 4.800 m. Les pentes étaient très raides, et le sol vraiment instable. Il me restait une heure avant que la nuit ne tombe. Ne voulant pas prendre trop de risques, j’ai pris la décision de redescendre vers un village que j’avais repéré quelques heures plus tôt depuis un autre col. Les habitants se sont réunis afin de trouver une solution pour m’héberger. J’ai été copieusement nourri, et un matelas ainsi que des couvertures ont été mis à ma disposition. Le lendemain matin, après le petit-déjeuner, j’ai fait un bout de chemin avec les femmes qui redescendaient dans la vallée, mon sac à dos porté par un âne ».

Petit garçon et sa tante (handicapée) dans le village d’Ipti.

Petit garçon et sa tante (handicapée) dans le village d’Ipti.

« Les indiens adorent la photographie. Je suis très régulièrement abordé par des enfants et/ou des ados qui me demandent de les prendre en photo. Le moment où je leur montre le résultat sur l’écran de mon appareil donne souvent lieu à de franches parties de rigolade ».

Jeunes posant devant le Temple d’Or à Amritsar.

Jeunes posant devant le Temple d’Or à Amritsar.

Jeunes vendeurs de vêtements vivants dans un bidonville à Mandi

Jeunes vendeurs de vêtements vivants dans un bidonville à Mandi

« Mon aventure est loin d’être terminée. Il me reste encore plus de 3.000 km à parcourir en marchant. Mais je peux déjà dire que les indiens sont incroyables ! Ils ont un sens de l’hospitalité et un respect du voyageur, qu’on ne voit jamais dans les pays occidentaux. Je serais curieux de voir comment un indien, portant des vêtements poussiéreux, arborant une barbe non taillée de 5 mois avec un gros sac sur le dos, serait accueilli s’il débarquait dans un petit village français… ».

Poursuivre les aventures d’Alexandre :
Blog : http://www.meliade.com
Facebook : https://www.facebook.com/alexrousselle

 

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER :
Portraits de voyageurs


L’Inde à pied : A la rencontre des populations locales | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Romain Vallon

FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Jeu de piste au Jardin des Plantes de Nantes A Nantes, le Jardin des Plantes accueille 2 à 5 000 visiteurs par jour, soit 1 million 400  000 visiteurs à  l’année. Pour diversifier son offre et casser l’image traditionnelle...

La diagonale du vide ! La diagonale du vide, c’est une ligne imaginaire qui traverse la France des Ardennes au Pays Basque, une ligne pas toujours rectiligne qui passe par la Nièvre, l’Indre, le Cantal, la Creuse,...

Introspection aux Lençois maranhenses : Carnet #2 “Não, você se vai perder se for sozinho, é perigoso". Brésil, état du Maranhão. "Non, vous allez vous perdre tout seul, c'est dangereux" : voilà ce qu'on m'a répondu...

Faire connaissance avec les journalistes de Voyageons-Autrement.com Vous lisez régulièrement leurs articles, leurs analyses, leurs reportages... mais finalement, vous ne savez pas vraiment qui se cache derrière...

Un Tour du Monde du Tourisme Durable : l'Amérique Latine Pour cette année 2017 déclarée année internationale du tourisme durable par les Nations Unies, nous vous avons lancé un beau défi : nous faire faire le tour...

Randonnée dans le Val d’Arly : suivez le guide ! Une journée de randonnée avec un accompagnateur de montagne dans le VAl d'Arly...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Portraits de voyageurs

La feuille de chou du tourisme durable
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda