#TourismeDurable

Des voyages inspirants pour éclairer nos leaders !

| 26 février 2018 • Mis à jour le 27.02.2018 à 13h40
Thèmatique :  Acteur privé   Bons plans   Formations   Initiative privée   Innovation   Monde   Portrait   Tourisme de masse 
         

Parce que, partout dans le monde, le changement est déjà à l’œuvre, Florian Guillaume a eu une idée remarquable : emmener les décideurs français au contact de ces initiatives vertueuses et de leurs créateurs afin de multiplier les chances de voir ces « nouveaux récits » se transformer, chez nous aussi, en « utopies concrètes ». Rencontre…

Florian (à gauche) en repérage en Grèce accompagné de Boris Marcel

Voyageons Autrement : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous dire comment vous est venue l’idée de Tomorrow Expeditions ?

Florian Guillaume : Breton de Paimpol âgé de 29 ans, je me définirais comme un explorateur-entrepreneur. J’explore le monde dans le but de rencontrer ceux qui le réinventent à tous les niveaux : éducation, démocratie, agriculture, économie, etc. Il y a 3 ans, avec 2 amis, nous avons opéré un premier tour d’Europe des initiatives sociales dans le but de proposer de « nouveaux récits » et des lieux d’utopie concrète à nos concitoyens. Nous sommes revenus avec 2500 innovations de toutes sortes initiées par des associations, entreprises, collectivités…

Nous avons ensuite répliqué ce procédé en faisant voyager 4 Brésiliens à travers leur pays pour qu’ils y effectuent le même travail. Et créé l’association Tomorrow ! pour élargir cette pratique à 10 autres zones géographiques : Québec, Caraïbes, Afrique de l’Ouest, etc. Grâce à ce sourcing, nous sommes désormais en mesure d’organiser de courts mais intenses voyages initiatiques à destination des dirigeants d’entreprise et décideurs publics. Raison pour laquelle, nous reversons 5% de ce que nous gagnons avec leurs voyages à l’association afin de lui permettre de poursuivre son riche travail de moisson.

VA : Concrètement, comment ces expéditions fonctionnent elles et où allez-vous emmener vos premiers décideurs ?

FG : Ce seront, chaque fois, de courts circuits de 4 à 5 jours maximum (le temps de nos voyageurs étant compté), organisés chacun sur une thématique particulière. 10 premières expéditions sont ainsi programmées en 2018. La première aura lieu en Grèce sur le thème de l’emploi et de la résilience qu’apporte le changement associé à de nouveaux modèles de création de valeur. En mai, direction Rio et Sao Paulo pour découvrir l’économie circulaire et de nouvelles formes de gouvernance. Juin sera dédié à New York et au retail (la distribution), puis viendront Montréal pour l’agriculture et le couple Jérusalem Tel Aviv où nous étudierons les rapports entre intelligence humaine et artificielle.

VA : Qui sont ces décideurs que vous embarquez avec vous ?

Première expédition Tomorrow : la Grèce

FG : Pour faciliter les échanges, les groupes ne comporteront jamais plus d’une douzaine de personnes. Nous avons déjà reçu de nombreuses demandes de la part des dirigeants d’entreprise. Ils/elles sont Directeur/trices en charge de la RSE, du Développement Durable, de l’Innovation ou bien des élus, des décideurs publics. Le but est, en partageant avec eux nos découvertes, de créer un déclic et de les aider à apporter le changement dans les organisations sur lesquels ils agissent. Ainsi permettrons-nous à ces nouveaux récits que nous trouvons formidables de passer à une échelle de concrétisation plus vaste.

Pouvez-vous nous détailler la chronologie d’une expédition ?

FG : L’aventure commence par des rencontres individuelles effectuées avant le départ pour analyser ce que font, déjà, ces personnes au sein de leurs organisations, découvrir les enjeux qui sont les leur et voir comment nous pouvons les aider à avancer.

Ensuite, une fois sur place, on alterne visites de lieux innovants accompagnées d’experts et rencontres avec des pairs, des start-ups et des speakers spécialistes de la question. Mais aussi des ateliers pour mettre en pratique et ancrer ce qui a été découvert. Sans oublier un vrai programme pédagogique à travailler au retour. Lequel débouche sur une certification des compétences acquises. Notre but, à terme, étant de devenir un véritable organisme de formation.

VA : Pouvez-vous nous détailler un voyage que l’on s’y projette ?

FG : Prenons le premier, en Grèce, départ en mars. Nous y rencontrerons d’abord Stavos Benos, ancien ministre de la culture qui a fondé une ONG, Diazoma, laquelle rénove les monuments historiques délaissés par l’Etat (faute de moyen : théâtre antique, ruines, etc.) et recrée à partir de leur attractivité associée à de l’événementiel une activité économique locale. Une telle initiative pouvant d’évidence trouver un bel écho dans notre pays. Puis nous découvrirons comment Konstantina Zoehrer aide les entrepreneurs syriens réfugiés à ré-entreprendre et valoriser leur savoir-faire en Grèce. Au fil d’une petite randonnée de 2 heures, Fivos Tsaravopoulos, expert dans le tourisme, nous expliquera comment il revalorise, lui, le patrimoine de certaines zones délaissées en créant des chemins de randonnée. Une rencontre qui donnera lieu à un atelier mené par un coach lui-même expert dans le domaine. Citons encore la visite de l’Impact Hub, un réseau international de coworking spécialisé dans l’entreprenariat social du changement.

VA : Vous parlez également souvent d’« experts », qui sont-ils ?

FG : Experts et guides, oui, autant de personnes inspirantes rencontrées lors de nos voyages de repérage. Ils sont ainsi une centaine en tout à gtravers les pays que nous visiterons et sont chacun spécialiste ou acteur passionnément engagé dans l’un des secteurs qui nous occupent. Chaque voyage comprenant de toutes les façons 3 accompagnateurs dédiés intervenant tout du long : un membre de l’équipe (on est 5 ou 6 aujourd’hui en tenant compte des temps partiel), 1 expert thématique qui décrypte les rencontres, les synthétise et met le tout en perspective et un animateur-facilitateur.

VA : Le concept fait penser au magnifique Ticket for change, destiné pour sa part aux jeunes, futurs entrepreneurs de l’ESS…

FG : Ce sont des amis et des partenaires. Nous poussons dans la même direction. Simplement, nous avons élargi le concept au monde (eux pratiquant des tours de France) et nous adressons à des décideurs déjà installés. Cela dit, il faut absolument jeter un œil à leur merveilleuse initiative : « Vécu », un podcast à destination des jeunes donc dans lequel de grands entrepreneurs racontent leurs échecs et leur succès. C’est vraiment très instructif !

Balisage d’un chemin de randonnée destiné à faire revivre un lieu

VA : En quoi le développement durable est-il de la partie ?

FG : Toutes les initiatives que nous présentons viennent répondre aux fameux « Sustainable Development Goals » (SDG) listés par l’ONU. Nous ne présentons rien d’autre que des solutions liées au développement durable dont il n’est pas inutile peut-être de rappeler que cette liste représente (d’ici à 2030) un marché de quelque 2000 Mds$ ! On peut tout à fait aujourd’hui être responsable ET rentable. C’est ce que comprennent de plus en plus d’entreprises qui installent le développement durable au cœur même de leur business. Et, parfois donc, nous sollicitent pour trouver davantage d’inspiration.

VA : Vos voyages sont-ils éco-conçus ?

FG : Au sein de notre (encore) petite équipe, un poste entier, celui du logisticien, est dédié à l’éco-conception des voyages. Et ce n’est pas du marketing ou du green-washing : tout le monde dans notre modèle est énuméré au juste prix, d’un bout à l’autre. Même les explorateurs qui partent pour l’association et qui, souvent, pour pouvoir nous suivre, ont démissionné et n’ont plus de ressources. Il faut incarner le changement que l’on souhaite, comme disait Gandhi. Chacun de nos voyages est par ailleurs compensé au niveau du carbone à hauteur de 1€ en Europe et 5€ partout ailleurs. C’est 5 fois plus que la moyenne des quelques voyagistes qui aujourd’hui compensent.

VA : Comment vivez-vous ?

FG : Les voyages pour les décideurs sont payants et une petite partie, on l’a vu, est reversée à l’association chargée du sourcing des initiatives. Mais par ailleurs, comme je le disais, nous avons été nous-même surpris de voir à quel point les grandes entreprises étaient aujourd’hui entrées dans la phase d’action qui suit la prise de conscience ; prêtes à bouger, n’attendant qu’un peu d’aide, d’inspiration… Quelle bonne nouvelle ! Nous bénéficions ainsi par exemple du soutien en Europe d’une dizaine de fondations pour qui nous représentons une véritable inspiration. : L’Oréal, Air Liquide, Orange…

VA : what about Tomorrow, justement ?

FG : Il y a donc dix expéditions prévues en 2018. Le double en 2019 et l’ouverture de deux bureaux à l’étranger en 2020. Nous envisageons également d’ouvrir ce type d’expériences aux étudiants. Comme le font remarquablement déjà le National Géographic et le New York Times qui proposent de superbes programmes.

VA : Vers quels compléments d’information renvoyer les internautes ?…

FG : Pour une fois, les hommes sont allés plus vite que la technique. Notre site ne sera prêt qu’en avril-mai (2018). Mais nous sommes sur LinkedIn et on trouve également un certain nombre de choses sur un très bon site dédié à la RSE

Florian à Prague…

 


Des voyages inspirants pour éclairer nos leaders ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Costa Navarino et WWF Grèce unis pour une alimentation saine et responsable Du 20 au 23 juillet, Costa Navarino, destination éco-responsable au Sud-Ouest du Péloponnèse en Grèce, et l’ONG W.W.F Grèce s’associent...

Bilan de la 1ère JMTDR avec Nada Roudies, secrétaire générale du ministère du Tourisme marocain Nous sommes allés à la rencontre de Nada Roudies, Secrétaire Générale du ministère du tourisme pour dresser le...

Philippe François : l’homme qui voulait remettre l’homme au centre de… tout ! Pionnier d’un tourisme plus responsable, Philippe François a créé voici 20 ans un cabinet de conseils travaillant avec les petits...

Agriculture et culture(s) se mêlent avec plaisir en Provence Alpes Côte d'Azur Connaissez-vous le réseau Accueil Paysan? Celui-ci fête ses 30 ans en cette année mondiale du tourisme durable, comme un joli pied...

Charte éthique du voyageur : un outil pour sensibiliser les touristes D'un désaccord peut parfois naître une belle idée... C'est en tous cas ce qu'ont du se dire les membres d'Atalante lorsqu'en 1995, certains membres...

La labélisation - Deux questions à Jean-Pierre Lamic (VVE) Un mois après les Journées Mondiales du Tourisme Responsable qui ont porté sur le thème de la labélisation. Il nous semblait intéressant d'avoir l'avis...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda