#TourismeDurable
bynativ est la communauté des agences locales pour votre voyage sur mesure

Bernard Ollivier : l’homme qui sauvait les jeunes en les faisant marcher…

En 1999, retraité déprimé et suicidaire, Bernard Ollivier se donne cent jours avant de passer à l’acte si son moral ne remonte pas. Et il se met à marcher… Cela marche si bien qu’il continue jusqu’en Chine, raconte ses aventures et, avec l’argent rapporté par ses best-sellers, fonde l’association Seuil qui sauve, en les faisant marcher, marcher, marcher, plus de jeunes délinquants qu’aucune autre méthode ! Rencontre avec un être humain exemplaire…

Voyageons Autrement : Pouvez-vous nous résumer ce qui s’est passé au moment de votre retraite et qui vous a amené à créer l’association Seuil ?

Bernard Ollivier : Lorsque j’ai pris ma retraite, j’étais en piteux état, très déprimé ; une vraie dépression qui m’avait conduit à faire une tentative de suicide. Quand j’ai eu repris mes esprits, je me suis dit que cette sortie manquée était pitoyable et j’ai décidé de fuir, de marcher jusqu’à Compostelle. Pour l’attrait historique de l’itinéraire qui m’inspirait beaucoup et non pas pour sa dimension spirituelle. Je me suis également posé un ultimatum : durant ce laps de temps, soit environ trois mois, cent jours, je devais trouver une raison de vivre ou bien, au retour, en finir pour de bon, sans me rater.

7569-10

VA : Et comme vous êtes encore là pour nous raconter la suite, j’imagine que quelque chose s’est, en effet, passé ?…

BO : On peut dire ça. Plus j’avançais, plus je me sentais bien et moins je me sentais vieux, fini. J’avançais tranquillement, effectuant environ 45 km par jour ; mais surtout, j’ai fait des rencontres merveilleuses qui m’ont rempli d’énergie. Et puis, sur la route, à une étape, j’ai un jour entendu parler de deux jeunes délinquants belges passés il y a peu à qui un juge (inspiré !) avait proposé de substituer leur peine d’enfermement par une longue marche à l’étranger. J’ai trouvé l’idée aussi étonnante que… pertinente, car si ça marchait pour moi, cela pouvait fort bien marcher pour d’autres. Ce qui fait qu’à mon arrivée à Saint-Jacques, j’ai pris deux décisions. Un : j’allais aider les jeunes et, deux : je continuerai de marcher.

VA : C’est là que vous avez décidé de vous « attaquer » à la Route de la Soie ?

BO : Exactement. Je me demandais quel serait le chemin le plus fou à emprunter et rejoindre Xian, en Chine, à pied depuis Istanbul m’a paru convenir (12.000 km). Je suis parti aussitôt, en décidant de découper le voyage en trois étapes : une chaque année. Dans le laps de temps restant, je rédigerais le récit de mon périple. Juste avant de partir, j’ai contacté trois éditeurs en leur expliquant ce que j’envisageais de faire, puis d’écrire. Deux m’ont répondu « Non » sans même avoir lu un mot de ce que je leur disais (leur réponse l’attestait), le directeur de Phebus, Jean-Pierre Sicre a paru intéressé et m’a appelé. On a pas mal discuté au téléphone et trois jours après, je recevais mon contrat, plus un chèque d’avance. Juste avant que je ne parte, il m’a quand même demandé, un peu anxieux : « Mais… vous avez déjà écrit des livres ? » « Non », j’ai répondu. Il n’avait jamais fonctionné comme cela. Moi non plus. Pourtant cela a très bien marché pour tout le monde.

VA : Et votre récit, son tome 1 déjà, « La longue marche : Traverser l’Anatolie », a connu un succès remarquable.

BO : Absolument inattendu. L’ouvrage a, de plus, très vite été traduit en plusieurs langues. Pourtant, les choses n’avaient pas commencé de la meilleure façon : terrassé par une amibiase alors que j’étais toujours en Turquie, il m’a fallu rentrer en ambulance. Mais j’avais entretemps connu un tel bonheur à marcher dans ces paysages que dès que j’ai été remis d’aplomb, j’ai repris la route à l’endroit exact où je m’étais évanoui quelques semaines plus tôt. Tout s’est ensuite parfaitement enchaîné et j’ai publié les tomes 2 et 3 de la longue marche : « Vers Samarcande » et « Le vent des steppes » en 2001 et 2003. Il s’est aujourd’hui vendu plus de 450.000 exemplaires en tout et avec une partie des droits d’auteur, j’ai fondé l’association Seuil.

BO+godasses

VA : Quel en est le principe ?

BO : Aux jeunes délinquants » ayant épuisés toutes les ressources du système judiciaire, nous proposons un « contrat », simple et brutal : 2000 km à pied, sac au dos, par tous les temps, dans un pays étranger (Espagne et Italie principalement) avec un accompagnateur. Ni musique, ni téléphone, ni internet durant 110 jours et une seule règle : c’est le jeune qui décide : « j’arrête » ou « je continue »… Or, on s’est rendu compte rapidement que la plupart allaient jusqu’au bout et, après plus de 10 années de pratique, on peut affirmer que le taux de résilience obtenu par cette méthode est absolument inespéré : 70% des jeunes s’en sortent, un record. Pour quelles raisons ? Plusieurs, mais avant tout parce qu’ils trouvent en chemin ce qui leur faisait le plus défaut : l’estime de soi. Ce que l’un d’entre eux a fort bien résumé à sa façon : « Je suis parti blaireau ; je reviens héros ».

VA : Pourtant, les débuts de l’association n’ont pas été si faciles ?

BO : Extrêmement compliqués. Tout le monde avait peur de s’engager, surtout du côté des institutions ; on me prenait pour un fou ; lâchés sur les chemins, nos jeunes allaient forcément s’enfuir, piller, tuer même ! Il nous a fallu attendre douze ans avant de recevoir une habilitation définitive. Mais à présent qu’il est établi dans les faits que « la marche de rupture » fonctionne et donne les meilleurs résultats jamais enregistrés (70% s’en sortent là où, si on ne fait rien, 85% replongent ! le tout à un coût moindre), on ne cesse de nous encenser. De « fous », on est devenus « géniaux ». Pas d’amertume cela dit, lorsque vous innovez, il en va toujours ainsi. Bref, aujourd’hui, avec le soutien de la Communauté Européenne, nous allons implanter et développer l’association en Italie, en Belgique et en Allemagne.

Pont avant village

VA : Avez-vous cherché à remonter à la source ? A ces marcheurs belges dont vous aviez « entendu parler »?

BO : Bien sûr. C’est même la première chose que j’ai faite en rentrant de Saint-Jacques. Et les gens que j’ai contacté, en Belgique, donc, m’ont expliqué qu’ils s’étaient inspirés du challenge que certaines tribus amérindiennes proposaient à leurs jeunes au moment d’entrer dans l’âge adulte et de devenir guerrier : ils lâchaient le jeune dans la nature et celui-ci devait faire ses preuves en survivant par ses propres moyens. Eux, avaient eu l’intuition d’adapter le principe à la marche et essayé.

VA : En dehors de l’aspect psychologique très valorisant qu’il y a pour les jeunes à traverser cette « épreuve », comment expliquez-vous que la marche ait un tel effet sur le mental ?

BO : Relisez Rousseau ! Les vertus de la marche ne sont plus à démontrer. Et le point de départ en est tout simple : l’homme est, physiquement, construit pour marcher. Il n’est pas fait pour rouler en voiture, prendre le train ou rester assis devant un ordinateur, mais pour marcher, bouger… Notre constitution appelle l’exercice ; or, le progrès fait que nos corps nous servent de moins en moins et, en conséquence, dépérissent. Nous avec ! Dès que vous remettez le corps en route, il se produit comme un déclic magique. Parti complètement déprimé, au bout de trois semaines, je faisais des projets d’avenir ! C’est le premier miracle, mécanique. Ensuite, la marche au long cours vous offre une vraie rencontre avec vous-même, un luxe dont pratiquement plus personne ne dispose de nos jours. Quand vous marchez, seul, vous vous posez les vraies questions et mille solutions, inédites, apparaissent. Enfin, bonus inestimable : vous effectuez trois ou quatre vraies rencontres chaque jour. Du moment où j’ai commencé à fouler le sol d’Asie, je n’ai pas dormi à l’hôtel plus de quatre ou cinq fois en tout jusqu’à mon arrivée ! Des gens prodigieux (et tout ce qu’il y a « d’ordinaire » pourtant) m’ouvraient leur cœur et leur porte. J’avais fait l’effort d’apprendre un peu la langue des pays traversés et j’en ai été payé au centuple.

BO+moine

VA : Comment expliquez-vous le succès du livre ?

BO : Il y a sans doute diverses causes, comme toujours, mais la plus pertinente m’a été donné par un lecteur qui m’a dit : « On a vraiment l’impression de marcher à côté de vous ». Ce, parce que je n’ai pris aucun recul par rapport au récit, à ce que je vivais. J’ai essayé de le rendre de la manière la plus réaliste et sincère possible ; sans jamais me mettre en valeur ni taire un seul moment, une seule pensée. Je me suis dévoilé entièrement.

VA : Vous continuez de marcher ?

BO : Et d’écrire, oui. J’ai descendu la Loire en canoë et bien failli me noyer ! J’ai également parcouru avec ma compagne le tronçon de la Route de la Soie qui me manquait : entre Lyon (où vous trouviez à l’époque 100.000 métiers à tisser !) et Istanbul : Italie, Balkans, etc. Mais bon, à 78 ans, je commence à fatiguer un peu. Surtout que contrairement à ce que croient mes lecteurs (et même si je totalise bientôt 20.000 km au compteur), je ne suis pas un grand marcheur, du tout. J’ai les pieds plats !

VA : Vous avez également écrit un ouvrage intitulé : « La vie commence à 60 ans » (chez Libretto)…

BO : Oui parce que quand vous êtes enfant, les parents décident pour vous, puis il y a l’école, le boulot, la vie de famille, les enfants, les contraintes, etc. Jusqu’à ce que, d’un seul coup, à 60 ans : plus rien ! Et alors que les gens sont en pleine forme et le resteront encore en moyenne une bonne quinzaine d’années, alors qu’ils sont au top de l’expérience, de la culture, du temps libre et de l’argent disponible, au lieu de faire de ces 15 ans, 15 années de bonheur en formulant des projets et en les accomplissant, les gens ne font « rien » ; se mettent à vivoter et diminuent doucement. Tout cela parce qu’ils ne s’autorisent plus à rêver. C’est dommage… Mais pas fatal, donc.

9782081313088_MarcheEtInventeTaVie_Couv.indd

NB : autant que le récit d’un formidable périple, « La longue route » est l’œuvre d’un véritable écrivain-voyageur, doté d’un regard et d‘un style singuliers. Ce qui explique aussi son succès.

NB2 : Seuil recherche des accompagnateurs volontaires. Des filles et des garçons bien dans leur tête (mais aussi leurs mollets) qui auraient envie de tendre la main à un moins chanceux et inscrire cette forte expérience humaine à leur CV. C’est payé le SMIC, mais le gain intérieur est inestimable. Deux livres racontent cette magnifique aventure : « Marcher pour s’en sortir », chez Erès et « Marche et invente ta vie » (Arthaud) qui vient de sortir et fait le bilan.

 


Bernard Ollivier : l’homme qui sauvait les jeunes en les faisant marcher… | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Sur le chemin des Huguenots Moins connu que son compère le chemin de St-Jacques, le chemin des Huguenots traverse quelques uns de nos plus beaux départements, 380 kilomètres entre Drôme, Isère, Savoie puis Haute...

Le parc national de la Gaspésie, une véritable mer de montagnes Le parc national de la Gaspésie compte 140 km de sentiers de randonnée pédestre dont 110 km font partie du Sentier international des Appalaches....

Pour un réseau de la Grande Itinérance une toute première table ronde visant à rassembler un réseau de la Grande Itinérance s’est tenue dans la matinée du dimanche 9 novembre au Centre d’Accueil des Cévennes de...

Premières Universités d'Automne de la transition du tourisme  Les 29 et 30 novembre derniers, l’Université Toulouse Jean-Jaurès (ISTHIA) organisait à Foix, en partenariat avec Défisméd, les premières « Universités...

Festival Partir autrement - Le RDVZ du Tourisme Solidaire et Responsable. Festival « Partir autrement »ABM organise le 2eme rendez-vous du tourisme solidaire et responsable.Les 18 et 19 avril 2009 à l'Espace-Reuilly,...

Les Chemins de Compostelle fêtent leurs 20 ans d'inscription à l'UNESCO Des centaines de festivités commémoreront les 20 ans d'anniversaire de l'inscription des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France...

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda