#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Les abeilles de la réconciliation

| Publié le 4 août 2014 • Mis à jour le 4 août 2014 à 15h51
Thèmatique :  Acteur associatif   Projet solidaire 
         

Décidément, le podium de cette édition 2014 de la Bourse AVI International atteste que Toulouse n’est pas uniquement la ville à la pointe de l’aéronautique, mais également des projets de solidarité ! En effet, dans la foulée de Marion Longo, lauréate grâce à son projet de film sur le peuple Hadzabe, des étudiantes de l’Ecole Vétérinaire de Toulouse se sont vues également récompensées pour leur belle initiative.

Rétablir la paix entre hommes et pachydermes

Intitulé « Des abeilles et des éléphants », le projet de ces quatre jeunes filles,  attirées depuis des années par la faune d’Afrique, consiste à trouver une solution aux conflits qui existent actuellement entre les hommes et les éléphants dans la Parc National de Kasanka, en Zambie. Le problème ? Dans ces contrées où l’agriculture est souvent la seule source de nourriture et de revenus pour les habitants, les éléphants, naturellement présents dans la réserve, tendent à venir abîmer voire détruire les cultures des locaux.

elephant kasanka 2

Les éléphants de Kasanka, un territoire qu’ils doivent partager avec les hommes…

Touchées par ce conflit entre l’homme et l’animal, les étudiantes ont souhaité pouvoir trouver une solution viable et pérenne à cette regrettable situation : inspirées par les études de la chercheuse britannique Lucy King, elles ont ainsi découvert que les éléphants sont réputés pour avoir peur des abeilles. « Nous souhaiterions construire des barrières de ruches autour des cultures, ou à l’entrée des villages, avec des matériaux de récupération présents sur place, permettant d’éloigner les éléphants« , expliquent-elles. « Cela créerait un cercle vertueux : les éléphants sont préservés, et peuvent devenir l’atout touristique du parc. Les abeilles trouvent logis et fabriquent du miel, que les paysans peuvent récolter et vendre aux touristes ».

Faire tomber les barrières et aller de l’avant

Cette belle initiative, qui défend aussi bien la solidarité humaine que les droits des animaux, risque toutefois de faire face à de nombreuses barrières dont les jeunes filles sont conscientes et qu’elles espèrent faire tomber. L’arrivée d’étudiantes françaises pour expliquer à des locaux comment ils doivent agir n’est jamais chose aisée, et il sera également difficile d’entreprendre ce projet de ruches qui se verra surtout récompensé sur le long terme, avec la vente de miel. Convaincre, expliquer, transmettre, le tout avec diplomatie et perspicacité, sont sans doute là les véritables défis qui attendent nos quatre futures vétérinaires.

KING-Community-with-beehive-fences

Les locaux s’unissent pour mettre en place les premières ruches.

Heureusement, leur récompense obtenue de la part d’AVI International apparaît comme un soutien de taille, et prouve que ce projet est crédible. De même, le partenariat créé avec l’association Baylène, fondée en 2001 par des étudiants vétérinaires toulousains et qui soutient notamment l’élevage durable et éthique dans les pays du Sud, est une marque de confiance comme d’espoir. « Ce projet n’est viable que s’il est pérenne, insistent les lauréates. Grâce à Baylène, à la future association que nous allons créer et à la bourse AVI, nous pourrons sensibiliser les futurs étudiants de l’école, qui auront ainsi la possibilité de continuer notre aventure à Kasanka. Une partie de la bourse sera donc reversée à la réserve, pour que les gestionnaires puissent soutenir les agriculteurs lors de notre absence, et une autre servira de base à la création de notre association, pour que les prochains étudiants qui partiront à Kasanka bénéficient d’une aide de départ. »

Bravo à ces quatre vétérinaires en herbe, et bon courage à elles pour la suite de cette aventure humaine et solidaire !

Si vous désirez suivre le déroulement de leur projet, rendez-vous sur http://desabeillesetdeselephants.over-blog.com/

ou sur https://www.facebook.com/desabeillesetdeselephants


Les abeilles de la réconciliation | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Mélusine Lau

Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le Cambodge au côté des Khmers... Agence de voyage francophone au Cambodge, Seripheap propose au voyageur de découvrir tous les visages du pays, culturels comme naturels....

Le jardin du dedans-dehors Alors que l’Iran est en guerre contre l’Irak qui l’a envahi au début des années 1980, Francesco Mezzalama est nommé ambassadeur d’Italie au cœur de sa capitale, Téhéran. Près de quarante...

Belette Rousse, le blog d'Adeline passionnée des animaux Jeune femme passionnée de voyages et d'animaux,  Adeline Leal est persuadée que le premier pas dans le changement c'est l'information, ce à quoi elle souhaite...

Les abeilles de la réconciliation trouver une solution aux conflits qui existent actuellement entre les hommes et les éléphants dans le Parc National de Kasanka, en Zambie....

Par amour du Népal... L'agence Thamserku, Bluesheep propose des voyages et expéditions au Népal qui, pour faire la part belle à la montagne, n’en oublient jamais les humains qui y vivent, ni tout le respect dû à...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Bourse AVI du Voyage Solidaire 2014

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda