#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Voyager responsable, c’est d’abord respecter la dignité des gens

| Publié le 26 juillet 2010 • Mis à jour le 3 août 2010 à 8h51
         

4 – Quelle est l’évolution de votre clientèle depuis quinze ans ?

– Notamment vis-à-vis des valeurs que VDM cherche à véhiculer ?
Jean-François Rial : L’évolution de la clientèle sur le tourisme responsable existe. C’est-à-dire que l’on a de plus en plus de gens qui nous posent des questions là-dessus et notamment cette fameuse question idiote soit : « proposez moi un voyage responsable ».
On leur explique que cela n’a pas de sens et on leur montre ce qu’ils peuvent choisir. Dans l’absolu, les clients voudraient qu’on leur donne des voyages qui leur garantissent que tout va bien mais ce n’est pas possible, ne serait-ce que parce que quand vous voyagez, vous prenez l’avion, vous émettez du CO2, y compris si vous en compensez 20% avec Voyageurs Du Monde (VDM). Il reste les 80%. Ce n’est jamais simple.

– Un voyage à 100% responsable cela n’existe pas bien sûr….
10 règles d'or du voyageur responsableJean-François Rial : Cela peut exister selon certains critères. A mon sens, voyager responsable c’est d’abord respecter la dignité des gens. Pour moi, c’est la base de la base. Et pourtant, on ne le trouve dans aucun label. Certains en parlent, certes, dans des associations, cela fait ensuite des débats d’expert…

Mais il ne faut pas se faire d’illusions. Si ceux qui voyagent posent de plus en plus de questions, le tourisme responsable reste encore marginal, ce n’est pas la principale préoccupation des gens. J’irai même plus loin car je pense que les gens en ont un peu soupé des leçons de moral et des prises de tête quotidiennes.

Donc, il faut que ce soit une évidence plutôt qu’un sujet. Elle est là, l’ambition à long terme : que la durabilité des choses que l’on fait sur le plan économique, quelles qu’elles soient, soient une évidence, c’est-à-dire que l’on ne consomme pas plus que ce que l’on regénère chaque année, dans tous les domaines. Aujourd’hui, au niveau de la clientèle, c’est certes un sujet plus important qu’il y a trois ou quatre ans mais il reste marginal.

VDM, un voyagiste pas comme les autres ?

– Mais est-ce que les gens qui achètent des voyages chez vous, sont conscients que vous n’êtes peut être pas un voyagiste comme les autres ?
Jean-François Rial : Entièrement. Ils le savent. Je pense qu’il y en a plein qui le savent avant qu’on le dise. Il y a quelques années, je ne voulais même pas communiquer là-dessus. J’ai changé d’avis. Mais je pense que ça transpire. Quand on fait une conférence sur les conséquences du réchauffement climatique et sur nos positions sur les financements innovants à l’aide au développement avec Sylvie Brunel, ce n’est pas anodin. On a quand même osé mettre en place une taxe obligatoire pour nos clients.

– Avez-vous été invité au premier Forum National du tourisme responsable à Chambéry ?Forum National du Tourisme Responsable
Jean-François Rial : J’ai été invité. Je n’y suis pas allé. Je vais être sincère, cela m’ennuie au plus haut point. C’est-à-dire que j’ai l’impression, quand je vais à ce genre de rencontres, d’entendre des discours entendus mille fois, des discours d’intolérance où rien n’avance finalement.
On stigmatise et on ne fait rien bouger et en plus avec des experts qui se querellent entre eux. Et ce sur des sujets barbants, parce que ça ne fait pas rêver les gens, faut quand même arrêter.

Mieux vaut faire passer les choses en les incluant à nos voyages, par exemple, les mangroves plantées par la fondation Voyageurs…


Voyager responsable, c’est d’abord respecter la dignité des gens | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Rédaction Voyageons-Autrement

Facebook

Partagez cet article

La meilleure façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est encore de partager cet article. Merci d'avance ;)

Découvrez nos abonnements

Les commentaires sont fermés.

Informations utiles pour voyager

Le Tourisme Social et Solidaire et le développement durable : des acteurs qui pensent global et agissent au local Il y a un an, dans le cadre de l’Année Internationale du Tourisme Durable, l’Union Nationale des...

Du voyage et des hommes Anthropologue prolifique et voyageur, Franck Michel réfléchit depuis près de 25 ans à notre condition de voyageur, mais aussi, au enjeux et défis que représente le tourisme dans le monde....

Accueil paysan Midi-Pyrénées > Lot Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Lot Midi-Pyrénées...

Comment devenir un écotouriste responsable en PACA ? orte d’un patrimoine naturel d’exception et d’une biodiversité rare, la région PACA a multiplié les pistes, idées et conseils pour responsabiliser ses futurs...

Ces étonnantes icônes du tourisme durable… Rien de mieux pour devenir l’emblème du tourisme durable que d’avoir le fisc à ses trousses, de prendre des jets privés, ou d’inonder la planète de chatons à nœuds roses…...

Paris Yves-Robert : 3e Auberge de Jeunesse la plus écologique au monde ! Hostelling International (HI) organise chaque année les Hostel Awards qui récompensent les meilleures Auberges de Jeunesse dans cinq catégories...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Jean-François Rial

voir la carte
La Feuille de Chou, l'aventure continue
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda