#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Icare – Le tourisme responsable est-il forcément plus cher ?

| 2 novembre 2011 • Mis à jour le 08.11.2011 à 9h47
         

Le tourisme responsable est-il forcément plus cher ? Voilà un vrai débat, qui a régulièrement affleuré lors des échanges et rencontres pro d’ICARE qui se sont tenues à Brive au mois d’octobre.

Rencontres Pro. Icare 2011

Le durable est-il toujours plus cher ?

Corinne Lespinasse-Taraba d’Atout France, lors de sa présentation aux professionnels de la région Limousin, observe que dans la conscience du grand public, le tourisme durable est forcément plus cher. D’après les études d’Atout France, 40 % des clients se disent prêt à payer jusqu’à 20 % plus cher plus pour une démarche durable (les chiffres clés de l’étude). Cette clientèle sensible, à forte valeur ajoutée, est la même que celle prête à payer plus cher pour manger bio.

Dans les faits, ce n’est pas évident.


Stéphane Delautrette (ADEME),
souligne les économies qui peuvent être faites en réduisant la consommation d’électricité ou d’eau dans les hôtels. Ainsi, l’Ecolabel européen exige que les 2 étoiles passent de 335 litres/nuitée à 201litres/nuitée. Il existe de même des normes précises à respecter en matière d’électricité, de déchets, etc.  Respecter ces normes revient donc à économiser sur certains coûts pour les structures d’hébergements.

Dans la salle, un hôtelier du Limousin confirme :

« Nous sommes actuellement en train de faire les démarches pour obtenir l’écolabel européen. Pour cela, nous avons été subventionnés à 80%, ce qui représente un investissement non négligeable.

Le regard de Reza

Le regard de Reza

Je ne vois pas pourquoi on augmenterait nos prix alors qu’on a été aidé, sans compter que l’on va vite voir les effets des économies d’eau et d’électricité sur nos dépenses.

Le tourisme durable plus cher, une fausse idée reçue ? C’est vert, donc c’est plus cher… Évidemment, il faut rester prudent. Ce qui est valable pour certains hébergeurs ne l’est pas forcément pour le secteur de la restauration où les charges sont parfois plus importantes. Mais le vert, le responsable, le durable, tend de plus en plus à prouver qu’il n’est pas forcément plus cher, et qu’il peut même parfois être très rentable.


Icare – Le tourisme responsable est-il forcément plus cher ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :

Icare : Les Rencontres Pro

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda