#TourismeDurable

Venise, triste victime du tourisme de masse ?

| Publié le 21 juin 2017 • Mis à jour le 21 juin 2017 à 8h43
Thèmatique :  Portrait   Routes du Monde   Tourisme de masse 
         

Vous en avez probablement déjà entendu parler, que vous vous intéressiez ou non au sujet : Venise, cité mythique s’il en est, est aujourd’hui plus que jamais menacée de disparaître… Fragile, peu peuplée, la ville souffre terriblement de sa réputation (méritée) et est devenue l’une des victimes les plus criantes de ce que peut engendrer le tourisme de masse. Peut-on encore sauver la Cité des Doges ?

La place Saint Marc, en juillet… à 6h du matin !

 

Le tourisme à Venise : une arme de destruction massive

Nom : Venezia. Pays : Italie. Nombre d’habitants : à peine 60.000 intra-muros. Nombre de touristes par an : plus de 25 millions… Si les inondations périodiques de la ville font partie de son charme, qu’en serait-il si cela avait lieu à longueur de temps ? Et que tout finisse réellement sous les eaux ? Le changement climatique (montée des eaux) et la construction de la ville (sur pilotis !) sont sans doute les principaux facteurs de l’affaissement général de Venise, mais il semble aujourd’hui évident que l’afflux massif de touristes joue terriblement en sa défaveur.

Pour qui s’est rendu sur place, il est effarant de voir à quel point les gens se « massent » tous aux mêmes endroits, se bousculent dans les rues ou sur les vaporettos (taxis-bateaux). Personnellement, j’ai eu l’occasion de me rendre à Venise en 2010 – ce n’était pas mon idée, mais je ne regrette pas d’y être allée. Sur place, la beauté de la ville s’efface souvent sous la fourmilière de visiteurs, tous armés de leurs appareils ou téléphones, et il faut se lever très tôt, ou aller vagabonder loin des sentiers battus pour profiter pleinement de Venise. Cette dernière option peut sembler évidente, et pourtant nous étions parfois les seuls à y penser ! L’une des raisons à cela ? Nombre de touristes visitant Venise ne sont là que pour quelques heures… Débarqués des bateaux de croisière qui envahissent la lagune chaque jour, ils courent presque pour essayer de voir en trois heures ce qui mérite des jours de visite…

De nombreuses rues vénitiennes sont dépourvues de touristes, si l’on sait fouiner…

Résultat ? Tout ce beau monde s’entasse sur la Place Saint-Marc ou à proximité du Pont des Soupirs, créant de véritables embouteillages humains, payant son café 5€ et ne pouvant s’asseoir nulle part – la municipalité a décidé de supprimer les bancs publics pour éviter au maximum que les gens ne « s’installent »…

Pour respirer un peu et rencontrer les vrais Vénitiens, loin des boutiques de masques, il faut donc marcher, parfois très peu, et alors Venise se révèle véritablement magnifique. Sans compter les îles à proximité, comme Burano (moins touristique et fréquentée que Murano !), qui regorgent de petites maisons de toutes les couleurs et de ruelles charmantes.

Mais en visitant Venise, n’ai-je pas participé à sa perte ?…

Venise, Patrimoine mondial de l’humanité… pour combien de temps ?

L’une des plus grandes menaces actuelles de la ville vient de l’afflux des bateaux de croisière, ces « monstres des mers », immeubles flottants qui ne se soucient guère des remous qu’ils suscitent en entrant chaque jour dans la lagune et qui amènent avec eux plusieurs milliers de passagers – le maire, Luigi Brugnaro, ne peut visiblement rien faire contre ce fléau, car tout cela relève de l’autorité du port, qui ne souhaite pas se passer de la manne financière offerte par ce constant et accablant chassé-croisé…

Les bateaux de croisière sont devenues partie intégrante du décor.

L’Unesco elle-même a tenté d’intervenir : l’Organisation a en effet menacé Venise, il y a quelques années, d’entrer dans la catégorie des « sites du Patrimoine mondial en péril », généralement réservée aux sites ravagés par la guerre, tels Alep ou Palmyre… L’Organisations des Nations Unies souhaitait faire réagir les autorités face aux fléaux cités précédemment : « des promesses, mais rien de concret », voilà ce que décrétait les responsables de l’Unesco devant les engagements pris mais non réalisés. Depuis, les choses semblent en être au statu quo : le maire a semble-t-il réussi à convaincre l’Unesco que les choses allaient s’améliorer… info ou intox, relâchement de la part des responsables du Patrimoine mondial de l’humanité ? L’avenir nous le dira.

En attendant, on ne vous conseillera pas de ne pas vous rendre à Venise car, bien sûr, la ville vaut tous les détours, mais tant qu’à faire… autant, peut-être, aller jouer les touristes ailleurs ?


Venise, triste victime du tourisme de masse ? | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Mélusine Lau

Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Une réponse à Venise, triste victime du tourisme de masse ?

  1. Isabelle Kahna a commenté:

    Donner à Venise une autre chance via un tourisme collaboratif et participatif. C’est le parti que s’est lancée Les Ailes de Venise en créant un lien dans la lignée du tourisme durable et soutenable entre le voyageur et les Vénitiens. Faire en sorte qu’en participant à des projets d’associations locales vénitiennes, le tourisme deviennent non plus destructeur du futur de la ville mais constructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

VivoVenetia : pour vivre la Vénétie autrement Découvrir, parcourir, apprécier Venise & la Vénétie loin des clichés de Venise et son tourisme de masse....

'Overtourism' ou le grand défi des années à venir Le "sur-tourisme" menace d'affaiblir de grandes villes comme Venise ou Barcelone, opposant souvent visiteurs et habitants...

Le Vietnam en famille et en profondeur TTB Travel est une agence de voyage familiale résolument tournée vers le tourisme responsable. Depuis 20 ans, l’amour de son pays l’a amené à constamment innover pour proposer...

Last but not least... Il y aurait donc à l’œuvre dans notre pays, en pleine tourmente, un syndrome Churchill : the right (Wo)men at the right place ?...

Fairbnb, alternative éthique à Airbnb ! Las des mastodontes du tourisme en ligne qui cannibalisent le marché avant de rapatrier leurs trésors à la « maison », de nouvelles initiatives apparaissent ça et là pour...

Lutte contre le tourisme de masse : le temps des mesures Le Sénat vient en effet d’adopter à l’unanimité des mesures pour lutter contre la sur-fréquentation de sites protégés tels que la dune du Pilat, le Mont-Saint-Michel...

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda