#TourismeDurable

Partie de pêche à pied en Normandie : la plage autrement

| Publié le 27 août 2021 • Mis à jour le 30 août 2021 à 10h24
Thèmatique :  Acteur associatif   Bons plans   Espaces protégés   Initiative régionale   Institutionnel 
         

A Luc-sur-Mer, à une vingtaine de kilomètres de Caen, chaussez vos vieilles baskets ou vos bottes en caoutchouc pour vous initier à la pêche à pied au coeur d’un estran de retenues d’eau, de petits rochers, d’algues, de sable et de vase… Pendant deux bonnes heures, à marée basse, Jean-Yves Jégourel, naturaliste passionné, vous emmène à la découverte d’un écosystème fascinant qui vous fera vivre la plage autrement. 

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Le groupe mené par Jean-Yves Jégourel, prêt à partir à la pêche © Elisabeth Blanchet

Le b.a.-ba de la pêche à pied

Dimanche 8 août, les éclaircies sont enfin au rendez-vous du ciel de la Côte de Nacre. La station balnéaire normande de Luc-sur-Mer se remplit petit à petit en cette fin d’après-midi. La mer sera basse vers 18h20. Il est 17h et devant l’office du tourisme, un groupe d’environ 25 personnes se forme autour de Jean-Yves Jégourel, coordinateur au CPIE (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement). Les deux prochaines heures de ce spécialiste de la pêche à pied seront consacrées à emmener le groupe découvrir cette expérience organisée par l’office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie. Les pêcheurs, pour la plupart novices, viennent d’un peu partout en France, d’Alsace, de Toulouse, de la Sarre et même d’Espagne. Ils sont en couple ou en famille. Les enfants sont nombreux et quelques-uns, comme Maëva et sa soeur Emma, avouent être un peu venues à reculons. « On va faire quoi pendant deux heures, on va faire que marcher ? », se plaignent-elles. Mais lorsque Jean-Yves commence à parler de la balade, le public est captivé.

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Découverte des dunes © Elisabeth Blanchet

« Il s’agit de découvrir la plage autrement, notamment son écosystème. Ne partez pas forcément avec l’idée que vous aurez de quoi vous faire un apéro ce soir », plaisante-t-il avant de parler des marées et du moment où il faut partir – une heure avant la basse mer – et revenir – environ une heure après – tout en faisant attention dès que la mer remonte à ne pas se faire encercler sur un banc de sable. « Aujourd’hui, le coefficient est de 77, ce qui est correct, les coefficients varient de 20 à 120, plus ils sont élevés, plus la mer se retire et plus la pêche peut être fructueuse », annonce Jean-Yves avant de distribuer un objet crucial : une règle illustrée qui permet de savoir si l’espèce pêchée n’est pas trop petite, auquel cas, elle devra être relâchée dans la nature

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Découverte de différents crustacés © Elisabeth Blanchet

Algues et crustacés

A propos d’espèces, Jean-Yves dresse aussi un petit inventaire, prospectus à l’appui, de ce que nos pêcheurs en herbe pourront trouver en chemin : des bouquets, des crevettes grises, des bigorneaux, des crabes verts, des étrilles, des couteaux… Il précise également que la pêche reste une activité libre mais, qu’outre le respect de la taille, il est nécessaire de connaître les interdictions éventuelles selon les lieux ainsi que les limites en terme de quantité de pêche. La question des algues vient inévitablement sur le tapis : « Y en a-t-il trop ? Sont-elles une nuisance ? ». Jean-Yves défait ces idées préconçues en rappelant qu’il y a quelques décennies, « on se baignait dans les algues sans gêne. Par contre, quand il y en a trop, on risque la putréfaction et là, c’est un problème ». 

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Terrain glissant © Elisabeth Blanchet

Premiers pas sur la plage : dunes et laisse de mer

Tandis que l’impatience se fait un tantinet sentir dans les rangs, Jean-Yves équipe les protagonistes de havenets et de sauts avant de les emmener tranquillement faire leurs premiers pas de pêcheurs sur la plage. Il s’arrête rapidement au coeur de petites dunes en haut de la plage et mentionne les herbes qui poussent dessus. « Leurs racines peuvent atteindre jusqu’à 4 mètres de profondeur. Elles permettent de fixer les dunes », révèle Jean-Yves en insistant sur l’importance de leur protection. Le ton est donné. La balade relève autant de la sensibilisation à l’écosystème qu’à l’apprentissage de la pêche à pied. 

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Jean-Yves vérifie la taille d’un bouquet © Elisabeth Blanchet

De la laisse de mer aux premières marres

Jean-Yves longe ensuite la laisse de mer, une sorte de bande de démarcation de ce que la mer laisse en montant puis en se retirant, une limite entre la terre et la mer, une sorte de litière marine qui se dégrade sur l’estran : « La laisse de mer indique jusqu’où l’eau est montée sur le sable. Un pêcheur à pied habitué va pouvoir y lire ce qu’il va pêcher ». Un peu plus bas, les premières marres et leurs micro-écosystèmes grouillant de bestioles attendent les pêcheurs en herbe. Entre deux flaques, Jean-Yves, armé d’une fourche, creuse le sable là où de petits monticules signalent la présence de vers. Bingo, il en dégotte un. Les enfants font un peu la grimace mais sont rassurés quand Jean-Yves leur précise qu’ils ne finiront pas dans leur assiette mais éventuellement comme appâts. Avant de laisser les membres du groupe faire leurs propres trouvailles, il rappelle à quel point il est important de respecter l’environnement : « Cela prend 3 secondes de soulever un caillou mais si vous ne le remettez pas exactement à la même place, cela prend 3 ans à l’écosystème pour se reformer ». Le message est clair. 

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
Les enfants courent montrer leur pêche à Jean-Yves © Elisabeth Blanchet

Quartier libre et émerveillement

Le groupe s’éparpille sur l’estran et se divise en sous-groupes et en pêcheurs solitaires. Chacun veut revenir avec sa petite trouvaille. Les cris d’étonnement et d’émerveillement fusent. Les enfants courent jusqu’à Jean-Yves, à leurs risques et périls sur les algues glissantes, pour montrer leurs trésors. Le naturaliste, qui raconte avoir fait de sa passion son métier, décrit avec patience et humour les espèces trouvées : « un crabe vert pas très en forme, un escargot « champion de gymnastique » grâce à son pied, une gibbule qu’on appelle aussi une vache des mers car c’est une brouteuse d’algues… ». Jean-Yves encourage aussi à utiliser la règle pour les bouquets et les crabes.

Partie de pêche à pied avec Jean-Yves Jégourel, organisée par l'office du tourisme Terres de Nacre et le CRT Normandie
La mer monte, les pêcheurs à pied profitent des derniers moments de pêche © Elisabeth Blanchet

Fin de partie 

Absorbés par leurs va-et-vient et par l’étendue des possibles, les protagonistes ne remarquent pas que la mer a commencé à remonter. Jean-Yves met en garde ceux qui se sont attaqués à la pêche à la crevette grise dans la mer à ne pas se faire encercler. « Ca peut aller vite, surtout lors de grandes marées ». Pourtant le groupe a du mal à se mettre sur le chemin du retour même s’il commence à faire frisquet et si le vent s’est levé. Jean-Yves ne presse pas le mouvement non plus, il répond à chaque question, encourage les conversations, il est dans son élément, comme un poisson dans l’eau. Maëva et Emma trainent la patte pour rentrer. Leurs parents sont tout aussi ravis de cette première expérience. Quant à un couple de retraités qui passe six mois de l’année à Luc-sur-Mer, ils se réjouissent d’avoir appris tant de choses sur un territoire qu’ils côtoient pourtant tous les jours.

Autour du groupe qui traine des pieds pour rentrer, la plage s’est petit à petit vidée. Il est presque 20 h et l’heure de l’apéro largement passée. De toute façon, Jean-Yves avait raison, les pêcheurs ont préféré remettre leurs trouvailles dans leur milieu naturel que de repartir avec leurs butins. 

Pour vous inscrire à une partie de pêche à pied et pour découvrir d’autres expériences normandes, c’est ici sur le site de Terres de nacre

Egalement disponible sur le site du CRT


Partie de pêche à pied en Normandie : la plage autrement | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Elisabeth Blanchet
Ancienne prof de maths, je me suis reconvertie dans le photo journalisme en 2003 à Londres où je vivais. J’ai travaillé pour différents magazines dont Time Out London et j’ai développé des projets à longs termes dont un sujet les préfabriqués d’après-guerre, une véritable obsession qui perdure, les Irish Travellers -nomades Irlandais- dans le monde, les orphelins de Ceausescu - je suis des jeunes qui ont grandi dans les orphelinats du dictateur depuis 25 ans -. Je voyage beaucoup et j’adore raconter des histoires en photo, avec des mots, en filmant, en enregistrant… Des histoires de lieux, de découvertes mais surtout de gens. Destinations de cœur : Royaume-Uni, Irlande, Laponie, Russie, Etats-Unis, Balkans, Irlande, Lewis & Harris Coup de cœur tourisme responsable : Caravan, le Tiny House Hotel de Portland, Oregon – Mon livre de voyage : L’Usage du Monde de Nicolas Bouvier – Le livre que je ne prends jamais en voyage : L’oeuvre complète de Proust à cause du poids – Une petite phrase qui parle à mon cœur de voyageur : « Home is where you park it »
FacebookTwitter

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda