logo et baseline voyageons-autrement
La Campagne à bras ouverts en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Qui dit tourisme responsable italien, dit AITR !

| 13 septembre 2013 • Mis à jour le 10.02.2014 à 6h21
Thèmatique :  Acteur associatif   Guides   Initiative nationale   Portrait   Territoire 
         

Voyageons-Autrement rencontrera au fil des mois les membres experts du réseau européen de tourisme responsable EARTH (European Alliance for Responsible Tourism and Hospitality). Ils nous présenteront leurs expériences et leurs réalités vues de 7 pays européens (Autriche, Allemagne, Belgique, Italie, France, Irlande et Espagne).

Carnia - Val Lumiei - Sauris_2

Carnia, Val Lumiei, Sauris (auteur: Borghi Autentici d’Italia)

 Première destination : « Italia » !

L’Italie, un pays précurseur en matière de tourisme responsable, un pays qui sait donner au visiteur attentif et ouvert – un pays toujours et encore époustouflant ! L’Italie ou « la botte de l’Europe » où des initiatives de tourisme responsable naissent bien souvent partant de la seule volonté et motivation des personnes, qui savent avancer et aller de l’avant. De nombreuses organisations en sont l’illustration telles que Borghi Autentici d’Italia, réseau national de villages authentiques qui se tournent vers un tourisme communautaire, responsable; ICEI, ONG de coopération internationale; des organisateurs de voyages responsables tels que Viaggi del Sogno, Planet Viaggi Responsabili, Equotube ou encore l’historique coopérative Legacoop Turismo. L’Association Italienne du Tourisme Responsable (AITR) est l’un des plus grands réseaux de tourisme responsable en Europe et dans le monde. VA a rencontré et interviewé son président Maurizio Davolio, également président de EARTH.

Maurizio Davolio

Maurizio Davolio, président de AITR

VA / Maurizio, d’où est partie cette vocation qui vous a amené à dédier votre activité professionnelle (et bien plus) au tourisme responsable ?

Voilà plus de trente ans de travail dans le monde des coopératives de tourisme ! Les coopératives ont des valeurs très proches de celles d’un tourisme responsable comme la place centrale de l’humain, la relation profonde avec le pays dans lequel ils opèrent, la démocratie participative, la solidarité, l’attention portée aux questions sociales, le soutien aux catégories de personnes défavorisées.

Pour cela, j’ai essayé de porter le monde des coopératives vers le tourisme responsable et j’ai participé ainsi à la formation de AITR dans la seconde moitié des années 90.

Je suis également fondateur en Italie de ECPAT, End Child Prostitution Pornography and Trafficking qui  est maintenant un membre de AITR et fait partie du conseil d’administration. AITR est née en 1998 et j’en suis devenu le président en 2004.

VA / Votre structure AITR est emblématique du tourisme responsable en Italie. Pourriez-vous nous la présentez brièvement.

AITR est une association, type loi 1901 en France, qui rassemble différentes organisations au niveau italien. Les membres sont des ONG, des petits voyagistes, des associations culturelles, des coopératives, des éditeurs, des hôtels et campings responsables, des associations de lutte anti-mafia…. Lors de sa création, les membres fondateurs étaient 11. Nous sommes maintenant environ une centaine ! Une belle avancée en 15 ans !

AITR travaille à diffuser les idées de tourisme responsable et s’adresse aux voyageurs, aux écoles et les universités, aux organismes publics ainsi qu’au tourisme conventionnel. AITR coordonne et défend les organisateurs de voyages membres de l’AITR mais tente aussi de se mettre en relation avec les voyagistes du tourisme conventionnel. C’est une différence par rapport à des organisations similaires opérant dans d’autres pays qui n’entretiennent pas de relation avec l’industrie conventionnelle du tourisme qui les qualifient parfois comme « irrécupérables »….

DSC_0044(1)

Femmes péruviennes durant un voyage responsable (source: AITR)

VA / Quelle sont les problématiques, les particularités qui qualifient la situation du tourisme responsable en Italie? 

En Italie, AITR est l’organisation qui chapeaute  le secteur du tourisme responsable italien. Comme évoqué, AITR a développé au fil des années un grand nombre d’activités : la représentation, la diffusion des idées de tourisme responsable, le dialogue avec l’industrie du tourisme conventionnel, le dialogue avec les institutions publiques, la formation, les relations avec les universités, les campagnes de sensibilisation destinées aux voyageurs, la recherche, l’édition, les relations internationales.

Cependant, notre association n’a pas encore réussi à résoudre certains problèmes importants : la certification des acteurs italiens du tourisme responsable, la création d’un outil efficace pour la collecte de données et la mise en place d’études du secteur et une présence adéquate dans le débat national sur les politiques touristiques.

De plus, AITR a basé ses activités sur les contributions des membres qui, en plus de payer une cotisation annuelle, sont engagés dans certaines activités de l’association. Mais même avec cela AITR ne dispose pas encore d’une structure solide.

Ainsi, AITR jouit d’une assez bonne réputation, et est connue dans l’industrie du tourisme, mais pas encore suffisamment auprès du grand public pour lequel le tourisme responsable n’est pas perçu toujours de la juste manière.

LOGO_TURISMO_RESPONSABILE

logo d’AITR

VA / Une initiative innovante, un projet emblématique du TR?

Nous avons plusieurs expériences innovantes: le tourisme communautaire, le tourisme avec les migrants, le tourisme basé sur les biens confisqués à la mafia, le tourisme avec les pêcheurs, les coopératives incluant  les personnes handicapées dans la gestion des services touristiques

Par exemple, le tourisme communautaire est né et s’est développé dans les pays du Sud, mais nous avons vu qu’il peut s’appliquer en Italie, en particulier dans l’intérieur du pays, affecté par les problèmes de l’émigration et du vieillissement de la population. Tous les habitants sont impliqués et développent des activités, non seulement les hôteliers et restaurateurs, mais aussi les commerçants, les agriculteurs, les artisans, les associations culturelles, la paroisse, même les chasseurs; tous collaborent et reçoivent le bénéfice de l’activité touristique !

Je peux vous conseiller de consulter notre site pour en apprendre davantage car nous sommes fiers de ces expériences et cela pourrait être reproduit dans d’autres endroits.

VA / Comment vous sentez-vous en pensant à l’avenir du tourisme responsable ? Quelle est votre vision du futur ?

Nous devrons défendre l’idée véritable et les principes du tourisme responsable que tente parfois de s’approprier des personnes qui vont le considèrer comme une opportunité de marché avant tout. Cela fomente l’effet Greenwashing et porte préjudices aux acteurs engagés. Nous devons défendre l’idée que le tourisme responsable n’est pas, comme certains le croient, fatigant, inconfortable ou dangereux, mais au contraire, qu’il est plus riche en contenu, en divertissement, joyeux… Nous espérons que nous rentrons heureux et ‘un peu’ changés de nos voyages passés.

Nous allons également renforcer notre réseau européen EARTH AISBL et dialoguer avec les institutions européennes, qui sont de plus en plus sensibles aux questions liées au tourisme durable et responsable.

VA / Merci Maurizio, à très bientôt

Plus d’info: www.aitr.org


Qui dit tourisme responsable italien, dit AITR ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Marie Secrétant

Je travaille actuellement comme coordinatrice du réseau européen European Alliance for Responsible Tourism and Hospitality à Bruxelles. Je suis engagée pour un tourisme respectueux des communautés d’accueil et des territoires qui incluent l’enrichissement culturel, économique, environnemental et social autant pour la population réceptrice que pour le visiteur. La durabilité, la responsabilité et la solidarité sont pour moi trois valeurs clés qui doivent être intégrées dans le tourisme.
Je suis une voyageuse sans fin et le mouvement, la vie, la différence sont des moteurs de motivation.
J’ai habité dans plusieurs pays tels que l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre, le Mexique, le Vietnam et maintenant la Belgique et j’en ai partiellement découvert tant d’autres en tant que voyageuse, qui je l’espère fut le plus responsable possible.


Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Réalités européennes du tourisme responsable, le débat européen est lancé par EARTH! Le réseau européen de tourisme responsable EARTH (European Alliance for Responsible Tourism and Hospitality) organise une...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Le réseau européen de tourisme responsable EARTH

La Campagne à bras ouverts en Provence-Alpes-Côte d'Azur
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda