#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

A bicyclette sur la route du vent solaire !

| Publié le 14 mars 2023
Thèmatique :  Itinérance   Vélotourisme 
             

Il existe des routes solaires, des vents solaires, mais aussi une route du vent solaire qui traverse la pointe sud de la Bretagne, de la Cornouaille au pays bigouden, de la pointe du Raz à Pont-Labbé, une route qu’il est possible de parcourir à vélo en toute autonomie en suivant la Véloroute 5 (V5) puis une portion de la V45. Cette dernière longe le littoral, file entre plages sableuses, côtes rocheuses et marais, épousant la courbe gracieuse de la baie d’Audierne, la deuxième plus grande baie d’Europe, un site naturel exceptionnel où il fait bon pédaler !

Bretagne
Cleden-Cap-Sizun, circuit VTT de la pointe du Van@E.Berthier

 Quelques jours en vélo en toute autonomie !

Particulièrement adaptée aux vélotouristes, cette escapade à bicyclette qui suit la véloroute n°5 est réalisable en trois journées (deux étapes donc). Sachant que vous pédalerez sur la route du vent solaire, il y aura probablement du vent et du soleil… prévoyez donc un équipement en conséquence (protections, eau, mais aussi jumelles et cartes) et quelques provisions pour les petits coups de fatigue. L’ensemble de l’itinéraire est sécurisé et bien balisé sur les soixante kilomètres qui vont de la pointe du Raz à Saint-Guénolé (Penmarc’h) avec tout au long de votre parcours, treize tables de lectures vous permettant de bénéficier d’informations culturelles sur les sites rencontrés. Pour vos nuitées à Penhors et Penmar’ch, vous trouverez de nombreux campings mais aussi des établissements labélisés Accueil Vélo. Enfin, si vous avez des sacoches solides et êtes équipés de matériel électrique à recharger, voici une idée maline qu’il peut être intéressant de tester : le kit solaire EcoFlow – https://fr.ecoflow.com/pages/solar-generators Ce dernier vous permet de recueillir et stocker l’énergie du soleil dans un petit générateur afin de profiter ensuite d’une source d’alimentation énergétique durable, économique et transportable !

De la Pointe-du-Raz à Penhors ! (38, 87 km)

Difficile de trouver point de départ plus sauvage ! A la pointe ouest du cap Sizun, la Pointe du Raz fait face à la mer d’Iroise et offre un panorama exceptionnel. Au premier plan, le phare de la Vieille et le feu de Tevennec rappellent aux marins de se garder des courants. Au large, le phare d’Ar-men (35 mètres !) et l’île de Sein. Sur place, la Maison du Site donne des informations sur le lieu et les sentiers environnants. Avant de rejoindre la Véloroute, juste à gauche avant le Grand Site, une petite pause s’impose pour découvrir « Chez Monsieur Papier », un café & boutique qui est aussi une papeterie ou l’on dessine été fabrique papiers et carte. Ensuite, c’est parti. Jusqu’à Plogoff, l’étape présente peu de difficultés , le dénivelé est léger et la Véloroute vous transporte au bout du monde au cœur d’une nature sauvage. En revanche, la traversée d’Audierne peut être parfois un peu compliquée en saison, du fait de la circulation dense mais cet adorable port de pêche situé au pied d’une colline boisé sur l’estuaire du Goyen vaut absolument le détour. Ceux qui souhaitent prendre le temps pourront même visiter son impressionnant musée maritime (Aquashow) où vingt bassins accueillent la faune aquatique bretonne (130 espèces !). Après Audierne, la véloroute s’éloigne légèrement de la côte sur les premiers kilomètres avant de s’en rapprocher à nouveau au niveau de la commune de Plouhinec où elle longe le site préhistorique de Menez Drégan, une ancienne grotte marine effondrée. Notez quelques côtes difficiles et un dénivelé plus important sur cette seconde partie. Vous arrivez alors à Pors Poulhan, en pays bigouden, ce petit port marquant la frontière entre pays Bigouden et Cap Sizun, matérialisée par la statue d’une bigoudène qui fait face à la mer. Sculptée sur le modèle d’une jeune habitante de Plozévet, elle est installée là depuis 1961. Poursuivez ensuite jusqu’à Plozévet, l’occasion de découvrir l’église gothique du village  et son porche du 15e. Tout près, un menhiragrémenté d’une sculpture de René Quillivic a été érigé en souvenir des morts de la guerre de 1914-1918.  L’étape se termine devant la grande plage de Penhors, prisée des surfeurs.

De Penhors à Penmarc’h ! (30 km)

Calme et nature à perte de vue garanties sur cette étape globalement vallonnée (attention ça grimpe !). Le parcours contourne la Réserve biologique de l’étang de Trunvel-Tréogat, station de baguages d’oiseaux migrateurs unique en France. Au cœur des roselières, faites un arrêt aux étangs ou sur la plage de Kerbinigiou. Cette zone humide, très prisée des ornithologues, vous offre un site d’observation exceptionnel. En son sein, l’étang de Trunvel est connu pour la migration des fauvettes des marais. Attention toutefois, arrivé à l’’étang, quelques passages difficiles avec des montées et descentes compliquées à aborder. Une fois à Tréguennec, vous trouverez informations et expositions sur ce marais haut lieu de biodiversité à la Maison de la baie d’Audierne. Quelques kilomètres plus loin, , le voyage prend une tournure plus maritime. En bordure de la baie, impossible de manquer le calvaire et la chapelle Notre-Dame-de-Tronoën qui se dressent dominant un paysage sauvage de dune. Le calvaire raconte l’Enfance et la Passion du Christ sculptés dans un granit dur. La chapelle, du 15e S. fait face au calvaire et présente un fin clocher ajouré encadré de tourelles. Elle est dédiée aux familles des marins disparus en mer. Vous arrivez ensuite au port de Saint-Guénolé, spécialisé dans la pêche à la sardine. Quelques coups de pédales plus loin et vous voilà à Penmarc’hle phare d’Eckmühl, haut de 65 mètres, offre une vue imprenable. La soirée peut commencer, alors, diner de poisson ou visite d’une conserverie traditionnelle bretonne ?

De Penmarc’h à Pont-Labbé ! (31 km)

Cette étape a la particularité de longer les côtes et de traverser plusieurs ports de pêche. Le premier, Le Guilvinec s’agite en fin d’après-midi, au moment de l’arrivage des bateaux. La terrasse panoramique du centre de découverte Haliotika (Cité de la pêche) est un bon endroit pour observer cette impressionnante activité. L’originalité : le cimetière de bateaux, une trentaine de carcasses de pinasses construites fin des années 1920 et de petits chalutiers en bois, construits après 1935 sont encore visibles dans la vase. Plus loin, la véloroute traverse le port de Lesconil. Dans ce charmant petit port, au détour de la Croix des amoureux, on emprunte le GR34 pour rejoindre le rocher du Goudul et admirer le phare de Men ar Groas. On rejoint ensuite Loctudy, où l’on pêche la « demoiselle de Loctudy » (langoustine pour les novices) et où l’on admire le Menhir de Pen Laouic mais aussi et surtout le panorama sur l’Île Tudy et l’Île Chevalier. Entre Loctudy et l’Île Tudy on aperçoit la Tourelle des Perdrix, symbole de la ville. Cette balise signale une roche dangereuse située à l’entrée du port. Avant de rejoindre Pont-Labbé, on peut faire une dernière escapade au manoir de Kerazan histoire d’appréhender l’architecture bigoudène. Situé dans un grand parc planté de hautes futaies, il se compose d’un corps de logis reconstruit au 18e s. et d’une aile en retour d’équerre du 16e s. Les salles, abondamment décorées et richement meublées, témoignent du cadre luxueux qu’avaient voulu créer les Astor. Vous arrivez ensuite à Pont-l’Abbé, capitale du Pays Bigouden. Son château abrite la mairie et un musée qui présente la société traditionnelle de ce pays. La ville est particulièrement animée le jeudi, jour de marché. Et pour les plus curieux, un bac (payant) permet de faire la traversée jusqu’à l’Ile-Tudy.

———– Aller plus loin ————–

Le petit conseil ++ : Si vous avez besoin de sacoches « Made in Bretagne » pour vos bicyclettes, le Rouquin qui roule vous en propose tout format et éco-cousues. Et c’est ici !!!

Beajiñ a blij din – Breizh


A bicyclette sur la route du vent solaire ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Radio France, Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

   

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste