#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Quand les « Working holidays » forment la jeunesse…

| Publié le 23 février 2020 • Mis à jour le 24 février 2020 à 16h49
         

En vogue au sein de la jeunesse, les working holidays ou vacances-travail offrent à des jeunes de tout profil et de tous horizons la possibilité de partir explorer le vaste monde en résolvant l’équation « voyage lointain-budget certain » par l’alternance de moments travaillés et de plages de découvertes. Ainsi, via des PVT (Programme Vacances Travail) ou des VVT (Visa Vacances Travail), de nombreux « millennials » inventent d’autres chemins de vie où la course vers la réussite à tout prix cède le pas à l’aventure, au développement personnel, et à l’ouverture à d’autres possible.

L’Australie but du congé Sabbatique pour Shane

Partir loin pour mieux s’ancrer en soi-même

Il est des lignes qu’il faut savoir briser, des voyages qu’il faut oser entreprendre. Nombre de jeunes l’ont bien compris, qui n’hésitent plus à consacrer quelques mois voire quelques années à découvrir d’autres horizons avant de reprendre des vies plus réglées. Si les étudiants pressés d’entrer dans la vie active voire de faire carrière sont toujours légions, nombre de millennials ont aujourd’hui envie de profiter de ces moments d’entre-deux pour enchainer les expériences de voyages et les rencontres à l’autre bout du monde avec de nombreux sites d’informations qui se montent en lien tel ce blog. On le sait, les voyages forment la jeunesse, ouvrent aux autres, et permettent aussi de mieux se connaitre car confrontés à des situations inédites, loin de leur famille, les jeunes développent de nombreuses aptitudes et apprennent à s’adapter à tout type de situations. En outre, le monde a changé. La coupure avec les proches est bien moins douloureuse depuis que les réseaux sociaux permettent de se raconter presque quotidiennement. Paradoxe de notre société connectée, on n’a jamais autant de nouvelles de nos jeunes que lorsqu’ils sont à l’autre bout du monde, comme si la distance physique favorisait d’autres rapprochements… Restait à résoudre ce satané budget à boucler, et c’est là que les working holidays s’avèrent une solution maline.

Des Vacances-Travail au visa pour l’aventure…

En France, pour obtenir un PVT (Programme Vacances-Travail), un VVT (Visa Vacances-Travail) ou un Working Holiday Visa (WHV), autant de permis actuellement disponibles pour une quinzaine de pays dans le monde (Canada, Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Mexique, Pérou, Uruguay, Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Hong-Kong, Japon, Russie, Taïwan), il faut d’ores et déjà avoir moins de trente ans (35 ans pour le Canada et l’Argentine), un passeport valide, une assurance, parfois un certificat médical, le PVT ne nécessitant aucun diplôme particulier. A l’exception de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, nombre de pays limitent le nombre de participants par des quotas précis fixés chaque année. En outre, le PVT ne peut généralement excéder douze mois non renouvelable, excepté pour l’Australie, où l’on peut rester une année supplémentaire. Enfin, certains pays demandent parfois des justifications de ressources voire l’acquittement de frais, comme lorsque l’on fait une demande de visa Working Holiday pour l’Australie dont le programme coûte 315 €. Reste ensuite à prendre rendez-vous auprès du Consulat du pays concerné à Paris pour y déposer un dossier de candidature avec les pièces demandées.

Musiques traditionnelles à Acobres © Ministère du Tourisme de Salta

Ces destinations prisées des jeunes travailleurs aventuriers

Chaque année, ils sont ainsi des milliers à partir avec leur VTC en poche, heureux de pouvoir vivre ces expériences mêlées de travail et loisir à l’autre bout du monde, autant d’opportunités d’affiner leurs connaissances des langues et cultures étrangères mais aussi de se frotter au monde du travail dans des univers décalés. Parmi les destinations en vogue, l’Australie a la côte avec son programme vacances-travail (Working Holiday Maker), très flexible, qui permet d’avoir un travail à temps plein, à temps partiel, bénévole voire de ne pas travailler du tout. Autre destination populaire, le Canada a la particularité d’être proposé aux jeunes jusqu’à 35 ans pour une durée de 24 mois maximum. Enfin, la Nouvelle-Zélande, le Japon mais aussi la Corée du Sud, le Chili et l’Argentine font parties des destinations plébiscitées, à l’image d’Erwan, 22 ans, qui entame sa 2e année de césure au cœur du monde andin. « Une expérience incroyable, tant sur le plan culturel que personnel. Je me suis épanoui et j’ai beaucoup appris sur l’Argentine et le Chili mais surtout, ce à quoi je ne m’attendais pas du tout, j’ai appris une foultitude de choses sur la France. Et à chaque fois, au moment du départ, la décision la plus dure à prendre, celle qui déchire le cœur : le moment où il faut prendre le billet retour, quand tous les souvenirs se mélangent (les bons comme les excellents). Ce moment où l’on a peur de ne jamais revenir là où notre vie à pris un sens et où on angoisse de retourner dans le piège de la vie de bureau… »

Une tendance aux working holidays qui n’est pas prête de se tarir, en témoigne également l’ouvrage récent d’Olivier Roland « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études. Comment devenir libre, vivre à fond et réussir en dehors du système » (éditions Alisio), dont le succès parmi les jeunes montrent qu’aujourd’hui, beaucoup aspirent à autres choses qu’à une carrière rectiligne sans contre-plongée dans le vaste monde…

Erwan. Folsom lake state, Sacramento, californie @DR

Quand les « Working holidays » forment la jeunesse… | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Les partenaires du livre des 10 ans A l'occasion de la sortie de l'ouvrage DIX ANS DE TOURISME DURABLE, nous les remercions de nous accompagner dans la diffusion. Ils sont 10 réseaux, merci de les relayer largement....

Tous en lice pour la septième édition de la Bourse AVI International ! Et c’est parti pour la septième édition de la Bourse Avi International & Culture-Aventure ! Les porteurs de projets ont jusqu’au 2 mai minuit...

Quand les « Working holidays » forment la jeunesse… En vogue au sein de la jeunesse, les working holidays ou vacances-travail offrent à des jeunes de tout profil et de tous horizons la possibilité de partir explorer...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda