#TourismeDurable
montagnes Style Hokusai

L’abbaye de Royaumont – un enchantement aux portes de Paris !

| Publié le 9 juin 2023
             

Ecouter vibrer la viole de gambe dans l’ancien réfectoire des moines, déambuler dans le Jardin des 9 carrés d’inspiration médiévale, se projeter en 1228 quand fut fondée cette abbaye cistercienne et remonter l’histoire avec un guide érudit, suivre un audio-naturaliste traquer le chant des oiseaux dans la forêt de Carnelle ou se laisser porter par un spectacle musical ou une sieste sonore, autant de moments délicieux qui ont ouvert une riche saison culturelle les 3 et 4 juin dernier lors du week-end « Les artistes au jardin ». Royaumont sera ainsi animé tout l’été, sous la férule de la Fondation éponyme qui prend soin de ce joyau de l’art gothique et organise des spectacles tous les dimanche. En point d’orgue, le Festival de musique et danse de Royaumont se tiendra du 9 septembre au 8 octobre pour le plus grand plaisir d’un public conquis. A moins d’une heure de Paris, cette abbaye totalement envoutante vous transporte dans un autre espace-temps, un voyage total qui mobilisera tous vos sens !

Cloître de Royaumont © G.Clastres

Il était une fois une abbaye…

Saint Louis n’a pas quinze ans quand il décide de bâtir une immense abbaye au nord de Paris. Nous sommes en 1228 et en sept ans à peine, l’ancienne église abbatiale (dont il ne reste que la tour) est achevée. Elle est consacrée en 1235. De taille monumentale (comparable à Notre-Dame), elle domine le bâtiment des moines et le cloître. A l’extrême gauche, ce qui était alors le bâtiment des latrines a été transformé en un magnifique café-restaurant avec également de nombreuses salles réservées aux artistes résidents. Monastère cistercien sous l’autorité de l’abbaye de Cîteaux, Royaumont va accueillir des moines jusqu’à la révolution. En 1792, le lieu est vendu au marquis de Travanet qui fait détruire l’église abbatiale et transforme les bâtiments conventuels en filature de coton (on peut encore admirer l’immense roue en bois sous le bâtiment des latrines), important une trentaine de machine d’Angleterre. L’usine est reprise par les frères van der Mersch qui l’exploite de 1815 à 1860.  

En 1864, l’abbaye est acquise par les Pères Oblats de Marie-Immaculée de Marseille, puis confiée en 1869 aux religieuses de la Sainte Famille de Bordeaux, qui ajouteront les deux étages au bâtiment conventuel et le transformeront en un pensionnat de jeunes filles. Elles assureront un impressionnant travail de restauration dans le style néogothique. En 1905, racheté par Jules Goüin, président de la Société de Construction des Batignolles, Royaumont devient un monument privé. Son nouveau propriétaire décide alors de l’ouvrir aux artistes et intellectuels nécessiteux, un projet qui sera pérennisé sous la forme d’une fondation – la Fondation de Royaumont – créée en 1964. Classé au monument historique depuis 1927, l’abbaye a donc déjà connu plusieurs vies : monastère cistercien, abbaye de cour, site industriel, noviciat, hôpital de guerre, résidence de campagne, elle est aujourd’hui un site culturel majeur entouré de jardins remarquables et niché dans un havre enchanteur, entre les forêts de Carnelle et de Chantilly.

Abbaye de Royaumont © G.Clastres

Un site vivant et animé !

Sous la férule de la Fondation de Royaumont, l’abbaye est aussi un lieu de vie fréquenté toute l’année. Ses jardins contemporains ou d’inspiration médiévale tissent un dialogue avec des artistes de tous les horizons venus y séjourner le temps d’une résidence. Concerts, visites guidées, découverte des jardins, opéras, promenades contées,…, une programmation adaptée à tous les âges et notamment aux familles, qui  n’hésitent pas à venir avec de jeunes enfants. Il faut dire qu’au-delà de l’abbaye, le lieu dispose d’un immense parc parcouru de canaux. Au sein du bâtiment principal, le jardin du cloître, recréé au XXsiècle par le paysagiste Achille Duchêne, a été restauré en 2010 avec force bordures de buis, ifs taillés et cyprès pointant… vers le ciel, ce qui était alors impossible au moyen-âge, où il n’était surtout pas question de défier le divin par une plante s’élevant vers l’au-delà ! Autre création, le Jardin des 9 carrés d’inspiration médiévale, un mélange de plantes et végétaux qui se subliment dans une symphonie de vert illuminant l’arrière-cour du bâtiment conventuel.

A l’autre extrémité du parc, le potager offre quant à lui une promenade plus pédagogique. Au printemps, les bosquets d’artichauds abondent, entourés de compositions végétales savamment entretenues rappelant que ce lieu fut aussi une commande remportée par deux paysagistes de renom, Astrid Verspieren et Philippe Simonnet, qui signèrent là leur version du « Potager Contemporain Allégorique. »  Contre le mur d’enceinte, deux serres et une « légumothèque » nous rappellent que Royaumont est aussi un lieu de transmission, idéal pour initier les plus jeunes aux mystères des plantes. Mais pas que…. la journée, d’étonnants volatiles se promènent en toute quiétude entre les différents espaces et au-delà ; parfois, un héron se fige, reste un long moment immobile, en contemplation. Enfin, à la tombée de la nuit, c’est au tour des ragondins de sortir se dégourdir les pattes avant de replonger dans les canaux. Les berges n’ont qu’à bien se tenir, tout ce petit monde vit et gigotte sous le chant des grenouilles !

Balade audio-naturaliste avec Marc Namblard©GClastres

Des spectacles tout l’été jusqu’au…. Festival de Royaumont !

Les 3 et 4 juin dernier, le week-end « Les artistes au jardin » ouvrait la saison culturelle et donnait notamment un avant-gout du Festival de Royaumont. Opéra Les Pontikis pour et par les enfants d’école Paul Eluard II d’Argenteuil (formidable !), programme chanté du Festival à venir avec la cheffe de chœur Iris Thion, découverte de la dernière chorégraphie de Tom Grand Mourcel et extraits des œuvres de la violoncellistes Marie Ythier faisaient partie des nombreuses « mises en bouche » proposées par la Fondation. Un week-end pour « tous les sens » aussi dédié à la nature avec l’écoute des chants d’oiseaux sous la houlette du passionnant audio-naturaliste Marc Namblard, et conclu par un formidable concert « Mozart chez Mauriac » délocalisé pour l’occasion à Vémars, dans le parc du château aujourd’hui mairie qui fut aussi la maison de l’écrivain.

Les animations culturelles se poursuivront tout l’été avec les dimanche de Royaumont, autant d’évènements autour de la musique, de la danse, de l’histoire, de l’architecture et de la nature. Avec, pour ceux qui souhaitent rester sur place, la possibilité de dormir (50 chambres lumineuses et sereines ouvertes sur le jardin du cloitre) et de se restaurer à la table de Royaumont, une exquise cuisine de saison concoctée par le chef Patrick Derisbourg. Enfin, à partir du 9 septembre, viendra le temps du Festival de Royaumont, une riche programmation de concerts et de créations chorégraphiques répartie sur cinq week-ends, mettant en lumière des œuvres d’aujourd’hui en regard avec des compositions plus classiques. L’occasion de revenir encore et encore, d’autant que tous les trains mènent à Royaumont, et la navette (gratuite) fait le reste !

Réfectoire des moines ©GClastres

———- En savoir plus ——

Horaires 

L’abbaye est ouverte 365 jours par an. 

Avril – octobre: 10h – 18h | Novembre – mars: 10h – 17h30 

(Interruption de la vente des billets en semaine de 12h45 à 13h45) 

Le bar-salon de thé est ouvert les week-ends et jours fériés à partir de 12h. 

Site internet : Royaumont, abbaye et fondation

Venir à Royaumont, 

à moins d’une heure de Paris 

En voiture, ou en train + navette  depuis la gare de Luzarches (départ de Paris – Gare du Nord, ligne H) > royaumont.com/acces 

Vous pouvez également rejoindre l’abbaye en train + vélo. 

Une boucle de deux heures à vélo est accessible depuis l’abbaye. 

> royaumont.com/acces#velo 

Gratuit ! Les navettes, tous les week-ends 

Assurant la liaison avec la gare de Luzarches (ligne H), les navettes permettent de rejoindre l’abbaye en 8 minutes, soit moins d’une heure de trajet depuis la Gare du Nord. 

Leurs horaires permettent de venir déjeuner, dormir, visiter et profiter de la programmation culturelle des dimanches ou du Festival. 

Le nombre de places étant limité, la réservation est recommandée. 

> royaumont.com/navettes 

Tarifs 

Les Dimanches à Royaumont 

Ces événements sont accessibles librement aux visiteurs munis d’un billet ou de l’entrée permanente réservée aux Amis de Royaumont, aux clients de l’hôtellerie et la table, et aux personnes bénéficiant de l’entrée gratuite.  Le nombre de places étant limité, il est recommandé de réserver. 

Marie Ythier – Bibliothèque de Royaumont © GClastres

Visite du monument et des jardins 

Plein tarif: 9 € (tarif web) / 10 € (sur place)

Tarif réduit*: 6,50 € (tarif web) / 7,50 € (sur place) 

Tarif famille ** : 26 € (tarif web) / 28 € (sur place) 

Tarifs réduits (sur présentation d’un justificatif) : enfants de 7 à 18 ans; étudiants de moins de 26 ans; familles nombreuses; demandeurs d’emploi; groupes à partir de 10 personnes; abonnés et visiteurs des lieux partenaires. 

Tarif famille : 2 adultes et leurs enfants 

Le pass Culture financé par le ministère de la Culture et les avantages culturels du pass Navigo financés par la région Ile-de-France sont pris en compte à l’accueil de l’abbaye. Entrée gratuite: enfants de moins de 7 ans; adhérents de l’Association des amis de Royaumont ; habitants de la Communauté de communes Carnelle-Pays de France. 

Visites guidées 

2 € – Gratuité pour les clients de l’hôtellerie et la Table, pour les personnes bénéficiant de l’entrée gratuite. La réservation est recommandée. 

Abbaye de Royaumont & Restaurant et Bar © G.Clastres

L’hôtellerie et la Table 

• Le choix du Chef – samedi soir & dimanche midi : 42,50 €. 

Menu enfant -12 ans : 12 € 

Inclus: repas, accès au monument et aux jardins, visite guidée et Dimanches à Roy- aumont

•Un week-end à l’abbaye – Seul : 199 € | Duo : 289 €. 

Inclus: champagne, dîner, chambre, petit-déjeuner, accès au monument et aux jardins et aux activités des dimanches, visite guidée.


L’abbaye de Royaumont – un enchantement aux portes de Paris ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

   

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

L’abbaye de Royaumont – un enchantement aux portes de Paris ! Ecouter vibrer la viole de gambe dans l’ancien réfectoire des moines, se promener dans le Jardin des 9 carrés d’inspiration médiévale, se projeter...

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste