#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

La Sardaigne à vélo: idée d’itinéraire (testé et approuvé!)

| 23 mai 2019 • Mis à jour le 03.09.2019 à 10h14
Thèmatique :  Monde   Routes du Monde   Vélotourisme 
         

La Sardaigne est une destination à la fois très nature, dépaysante et facilement accessible depuis le Sud de la France… et sans même avoir besoin de prendre l’avion, n’est-ce pas merveilleux? De retour de 10 jours à vélo à travers l’île (qui est quatre fois plus grande que sa voisine corse), nous vous partageons ci-dessous l’itinéraire  que nous avons tracé et suivi, ainsi que quelques infos utiles dénichées en chemin.

Patrick et Florie, à la fin du voyage, prêts à embarquer sur le ferry à Porto Torres.

Itinéraire: 10 jours à vélo en Sardaigne

Un grand merci à Jean-Luc de l’agence d’écotourisme Sardaigne en Liberté et à Monica de Cycle Europe pour leurs précieux conseils!

Nous avons choisi un itinéraire qui permet de découvrir à la fois les deux côtes et l’intérieur de l’île, dont une partie dans les montagnes (on aime bien quand ça monte ^^). Nous avons évité les parties les plus “construites” (comme la Costa Smeralda au nord-est et les alentours de Cagliari au sud), et privilégié les zones naturelles protégées (comme le Parc National du Gennargentu et du Golfe d’Orosei). La fonction “itinéraire à vélo” de Google Map de fonctionnait pas en Sardaigne. Pour un aperçu du dénivelé, téléchargez le fichier KML et importez-le dans votre application préférée. Voici le profil de l’itinéraire (en utilisant Bikemap):

Pour nous rendre en Sardaigne, nous avons pris le TER depuis Lyon, puis le ferry Toulon – Porto Torres. Nous avions regardé pour revenir depuis un autre port, comme par exemple Cagliari, mais ce n’était pas possible (ou alors il aurait fallu continuer le voyage vers la Sicile ou l’Italie). Avec Corsica Ferries, en voyageant en Mai, l’aller-retour nous a coûté 50€ chacun, avec les vélos et sans cabine, pour une nuit de traversée.

Nous avions prévu de commencer par descendre depuis Porto Torres le long de la côte ouest (Alghero, Bosa…) et de rentrer à la fin des 10 jours en train depuis Nuoro (avec un changement à Macomer). Cependant pour des raisons de météo, et aussi éviter le stress des derniers jours avec le train (si jamais il y avait un imprévu), nous avons finalement décidé de faire le voyage en sens inverse. Dès notre arrivée en ferry à Porto Torres, nous avons donc pris le train pour rejoindre Nuoro.

Bivouac et météo en Sardaigne

Bivouac sur la plage de Lotzorai en Sardaigne.

Nous avons trouvé très facile de bivouaquer en Sardaigne, que ce soit dans les montagnes, mais aussi sur la plage. Les habitations sont concentrées dans les villages, donc entre deux villages c’est très nature. En ce qui concerne la plage, nous étions à chaque fois seuls. Nous avons voyagé du 8 au 18 Mai, donc hors-saison, c’est peut-être une autre histoire durant l’été? De toutes façons, il vaut mieux voyager en Sardaigne au printemps ou à l’automne pour éviter les grosses chaleurs.

Concernant la météo, nous avons eu un temps clément: deux jours de grand soleil, un jour et demi de pluie, le reste alternant entre nuages et éclaircies. Une température agréable en journée (de 20 à 25 degrés). Nous sortions la polaire et le bonnet le soir venu, mais nous n’avons pas eu froid. Sans surprise, nous avons trouvé le vent en arrivant sur la côte ouest.

Train avec les vélos en Sardaigne

En Sardaigne, tous les trains ont des emplacements vélo.

Nous avons eu quelques difficultés à trouver les infos concernant les trains en Sardaigne… et lorsque nous avions finalement trouvé, quelques surprises au dernier moment, ha, ha, ça fait parti du voyage! Ce qu’il est bon à savoir:

  • Bonne nouvelle: tous les trains ont des emplacements vélo (crochets ou cales au sol), ils sont donc acceptés, mais vous devez acheter un billet pour chaque vélo, donc deux billets par personne.
  • Les trains sont gérés par deux compagnies ferroviaires différentes et elles ne semblent pas bien communiquer entre elles.  Il y a donc parfois deux gares différentes dans une même petite ville, et les contrôleurs de Trenitalia vont diront peut-être qu’il n’y a pas de train, par exemple entre Macomer et Nuoro, alors qu’en réalité si… c’est simplement qu’ils sont gérés par l’ARST.
  • Trenitalia gère la ligne principale (en bleu avec les points rouges sur la carte ci-dessous). Elle relie Cagliari à Sassari, Porto Torres, Golfo Aranci, Iglesias et Carbonia.
  • L’ARST (au site Internet pas du tout pratique…) gère les lignes secondaires: certaines sont régulières (en rouge avec les points jaunes), d’autres sont actives seulement durant l’été (en vert).
  • Il y a parfois des travaux sur la ligne, mais dans ce cas-là un bus de remplacement est mis en place. Ce fut le cas pour nous entre Porto Torres et Macomer, mais heureusement nos deux vélos tenaient dans la soute.

Bus avec les vélos en Sardaigne

Il est possible de mettre un vélo dans la soute du bus.

Les autobus relient toutes les villes, même les plus petites. On les appelle communément les “Pulman”. Pour demander où est l’arrêt de bus: “Dov’é la fermata del Pulman?”.  Les billets peuvent s’acheter directement dans le bus (préparez la monnaie), ou sinon dans des points de vente proches des arrêts  de bus, comme des bars, cafés ou stations essences. On peut mettre un vélo dans la soute, mais très difficilement deux. Du coup c’est un peu peu au bon vouloir du conducteur pour le 2ème. Lorsqu’il s’est mis à pleuvoir très fortement et que nous étions dans un petit village assez isolé, le conducteur a bien voulu faire une exception et monter notre 2ème vélo dans le bus, mais ça reste un geste exceptionnel, et quelques jours plus tard entre Alghero et Porto Torres, le conducteur n’a jamais voulu. Il n’y a que deux ou trois liaisons par jour en général, vérifiez bien les horaires pour ne pas vous rater!

Notre coup de cœur écotouristique: Ulassai

La petite ville d’Ulassai, accrochée sur la montagne en Sardaigne.

Ulassai est une magnifique petite ville accrochée dans la montagne, entourée de superbes falaises et de forêts, au top pour faire de l’escalade ou simplement randonner. Esther et Pietro nous y ont ouvert les portes de leur maison. Esther est d’ailleurs en train d’ouvrir un camping avec deux amis. Elle nous a aussi présenté à un autre groupe de jeunes co-fondateurs de Nannai Climbing Home, une super auberge de jeunesse & gite dans le centre ville. Ils développent des voies d’escalade sur les falaises environnantes et participent très activement au développement écotouristique d’Ulassai. Nous avons aussi été chaleureusement reçu dans un petit hôtel isolé au milieu de la forêt, à côté d’une colline avec un nuraghe (site archéologique), Hôtel-Restaurant & Camping Scala San Giorgio (Osini),  où nous avons appris à préparer des “culurgiones” (ravioles sardes) avec la maman de Roberto, gérant de l’hôtel. Et nous nous sommes baladé depuis l’hôtel jusqu’à un superbe point de vue avec Lisa, guide passionnée et éducatrice environnementale, Sardinia e-motion. Beaucoup de sardes parlent très bien français, et tous nous ont reçu si généreusement!

Un chanteur italien, bien apprécié aussi des Sardes, à écouter durant votre voyage:

Récit photo du voyage

Durant le voyage j’ai partagé sur le compte Instagram de Voyageons-Autrement quelques bribes d’expériences. Revivez un peu du voyage à nos côtés sur mon blog: www.floriethielin.com

Vous connaissez la Sardaigne? Vous vous posez des questions pour un prochain voyage? Commentez ci-dessous pour enrichir ensemble cet article!


La Sardaigne à vélo: idée d’itinéraire (testé et approuvé!) | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Florie Thielin
Florie Thielin fait partie du collectif de voyageurs-rédacteurs-journalistes de Voyageons-Autrement. Elle accompagne aussi des professionnels du tourisme dans leur stratégie marketing et digitale. Originaire d'un petit village dans la vallée de la Loire, elle vit aujourd'hui à Lyon. Elle a aussi vécu en Russie, Allemagne, Nouvelle Zélande et Espagne. Mais sa plus grande aventure fut en Amérique Latine où elle a sillonné les routes de 16 pays, de Cancun au Cap Horn, pendant près de deux ans. Elle troquait alors ses compétences en marketing pour le gite et le couvert, tout en réalisant des interviews-vidéos sur le tourisme plus responsable avec ses amis d'Hopineo. Elle a aussi mis à jour le guide de voyage du Petit Futé Nicaragua-Honduras-Salvador.
FacebookTwitter

Découvrez nos abonnements

4 réponses à La Sardaigne à vélo: idée d’itinéraire (testé et approuvé!)

  1. David G a commenté:

    Super, ça a l’air de vous avoir bien plu! C’est une belle île avec des habitants fiers de leurs traditions! Un condensé de Méditerranée : montagnes et criques, bonne bouffe et relax la vie! Que demander de plus?

  2. Romain Vallon a commenté:

    Retour sans cabine ? je proteste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda