#TourismeDurable
10 ANS DE TOURISME DURABLE

Impression des Aït Bougmez

| 30 mai 2012 • Mis à jour le 04.06.2012 à 16h10
         

Lovée au cœur du Haut Atlas, la vallée des Aït Bougmez est un royaume dans le royaume. Ici, les maîtres des lieux sont berbères. Montagnards ou nomades, ils vivent au pied du l’ighil M’Goun, deuxième sommet (4071 m) du Maroc. De temps à autre, un randonneur oublié semble suggérer qu’un autre monde existe. C’est possible après tout. Impressions voyageuses.

Vallée de Ait Bougmez

Le voyage est dans le voyage

Pour atteindre les Aït Bougmez depuis Casablanca, il faut compter sept heures de route. Dans l’ensemble, la majeur partie des voyageurs passe par Marrakech, trajet plus court et plus logique… mais en partant de Casa, vous aurez l’occasion de croiser l’étonnant plateau du phosphate, au cœur du Maroc, une terre sèche et délaissée et des villes fantômes où chaque immeuble – ensemble carré, strict, rose tirant sur brun –  semble avoir été cloné sur son voisin. Berchid, Khouribga, Souk Sebt, Afourer et Enfin, Azilal, porte d’entrée de l’Atlas. De là, ne reste plus qu’une heure et demie, jauge berbère, pour rejoindre la vallée enchantée. Aux oliviers s’ajoutent alors caroubiers, amandiers, tuyas. Passage d’un immense barrage. La route serpente, monte, escalade les montagnes sous le talon d’Ibrahim qui pousse le moteur. Et hop, nous voilà en apesanteur, 2 400 mètres et le bonheur des montagnes qui trônent et d’une vallée qui s’esquisse. Ouf…

Sur la route de l'Atlas

Ballade dans la vallée de Tabant

Depuis Touda, un bus local nous amène à Tabant, poumon des Aït Bougmez, connu pour son école de guide et son marché dominical qui rassemble toute la vallée.

Moulin à eau

En face de Tabant, le petit village d’Aït Imi, accroché à la montagne, compte encore sept moulins à eaux que se partagent les familles pour moudre orge, blé ou maïs. Moulins à eaux ou moulins à paroles… : on dit que les gens d’ici sont beaux parleurs car Aït signifie « les gens de… » et Imi « la bouche ». Beaux parleurs ou poètes les « Gens de la bouche » ? Mais que la montagne est belle avec ses villages de terre accrochés à ses flancs.

Traces de dinosaures

Il y a de l’eau dans la vallée de Tabant. Les champs sont verts et les moulins tournent. Il y a de l’eau mais il y a bien longtemps, il y eut aussi une mer et des dinosaures, sauriens que l’on rejoint à travers champs sur le site d’Ibaqliwine, histoire d’admirer des traces millénaires laissés par des tridactyles (bipèdes à trois doigts). Aujourd’hui, le site est aussi l’aire de battage des villageois.

Haut Atlas

A côté de Tabant, un immense grenier domine toute la vallée des Aït Bougmez. Construit à l’origine pour stocker les céréales, il abrite les ossements de Sidi Moussa, marabout enterré sur place célèbre dans toute la vallée pour ses miracles, notamment auprès des femmes stériles à qui il aurait « donné » de nombreux enfants. Quant au grenier, il offre une vue exceptionnelle sur l’ensemble de la vallée.

Vallée Aït Bowli

Rencontres avec les artisans de la vallée voisine

Dans la vallée voisine des Aït Bowli, on longe un torrent, des noyers, un groupe d’enfants qui s’en va rejoindre l’école et marchent déjà depuis plusieurs kilomètres. Certains ont cours le matin, d’autres l’après midi, rarement la journée entière. Le trajet est long pour rejoindre le tableau noir. Vie rude de la vallée. On croise des femmes portant 50 à 60 kilos de millets sur le dos. On passe un gîte, quelques maisons. On finit par rejoindre le village d’Igelouane pour retrouver Brahim…

Vallée Aït Bowli

Brahim a sept enfants et trois petits enfants. C’est l’un des derniers potiers du village. Difficile de résister quand les poteries de la plaine pénètrent en masse les Aït Bougmez. Pourtant, loin des tajines produits à la chaine ripolinés de vernis (souvent cancérigènes), Brahim n’utilise que des matériaux naturels. En une journée, il peut réaliser jusqu’à vingt plats, des cruches, autant d’objets utilitaires qu’il revend ensuite sur les marchés de la vallée. Parfois, les gens du village viennent acheter chez lui. Il complète ainsi ses revenus. La roue tourne.

Potier

A Igelouane, on croise aussi des femmes aux visages tatoués, des filles tisserandes vives et enjouées, des enfants joueurs, des champs d’orge prêt à s’offrir au fléau. Le temps d’un azoul (« bonjour »), d’un clin d’œil, et de rejoindre Houssine, tourneur sur bois. Houssine réalise des plats en bois de noyer qu’il badigeonne ensuite d’huile d’olive ou d’arachide pour les protéger. Après un passage de huit à dix jours dans un sac plastique, ces derniers sont prêts à être vendus. Houssine est connu dans la vallée. Il ne travaille que sur commande. On ne le verra pas sur les marchés. En revanche, on ira dormir chez son frère, moment inoubliable de chaleur et d’accueil.

Houssine Tourneur de bois

Petit instant volé sur le temps, les chemins buissonniers mènent parfois à de jolies rencontres. Au creux des champs, dominant la vallée, un groupe de femmes conversent le temps d’une pause. A nouveau, les tatouages forcent le regard, venant éclairer la beauté des visages, scander des liens tribaux et éloigner le mauvais sort.

Femmes berbères

Escapade chez les nomades

Au-dessus de Touda, à 2 500 mètres d’altitude, on rejoint la crête pour retrouver les nomades de l’Aït Atta. Sur le plateau, au milieu de chèvres, moutons et dromadaires, une famille vient d’arriver. Elle a posé sa tente, et restera  là jusqu’au mois d’octobre. A côté de l’abri en pierre de fortune, une tente en laine de camélidé permet de protéger les bêtes, quelques 400 têtes de bétail, bien précieux d’une famille entière.

Nomades de l'Aït Atta

Plus loin, le lac Izourar est à sec. La terre est craquelée, reflétant l’immensité d’un plateau entouré de montagne. Un cavalier passe, fier nomade qui s’arrête un temps, partage une pipe avec Ahmed, et repart. Ci-va la vie dans les Aït Bougmez, fière, tranquille, au-delà du temps et de l’ailleurs.

Lac Izourar

Haut Atlas

Terre craquelée

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER


Impression des Aït Bougmez | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

TDA s’ouvre à d’autres destinations Terres des Andes, c’est bien évidemment un engagement fort autour du Pérou et des Péruviens avec lesquels l’association travaille depuis des années. Toutefois, au fil des...

Vallée de l'Anergui - Voyage au cœur des montagnes de l'Atlas marocain La vallée de l'Anergui, une région de montagne habitée par des populations semi-nomades. Elle se trouve à 350kms au nord-est de Marrakech....

Aït Bougmez : Balade en pays berbère Bien connu des randonneurs, le Maroc est une destination trekking très appréciée. Le Haut Atlas, avec ses sommets à plus de 4 000m d'altitude, en est la pièce maîtresse et compte...

Retour sur la première édition des rencontres photographiques berbères C'est à Tabant que se trouvent le collège et le pensionnat de la vallée des Aït-Bougmez, dans le Haut Atlas marocain. Sur une initiative de...

Faire connaissance avec les journalistes de Voyageons-Autrement.com Vous lisez régulièrement leurs articles, leurs analyses, leurs reportages...  mais finalement, vous ne savez pas vraiment qui se cache derrière...

A la découverte de petits villages berbères aux confins de l’Atlas Nous avons eu la chance de rencontrer Junie qui assure un mandat de communications pour l’association Rencontres d’Aït Aïssa depuis 5 ans. L'ASBL...

Vous êtes dans le dossier

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda