logo et baseline voyageons-autrement

DirecTravel interroge le modèle de l’industrie du voyage à la française

| 14 septembre 2016 • Mis à jour le 14.09.2016 à 11h53
Thèmatique :  Acteur privé   Initiative privée 
         

Les hôteliers ont Airbnb, les taxis Uber, les professionnels du tourisme ont depuis quelques années le voyage en direct qui vient peu à peu titiller leur modèle. A la fin du mois, DirecTravel, nouveau salon dédié à ces formes de mise en relation entre clients et réceptifs locaux jette un nouveau pavé dans la mare. Aux arguments des pros dénonçant la concurrence déloyale de réceptifs non immatriculés en France venant capter une partie de leur clientèle, Christophe Sentuc, organisateur du salon, a opposé le besoin de mettre en lumière ces nouvelles pratiques sans intermédiaires qui permettent de valoriser l’expertise des agences locales et leur offrent ainsi les moyens de se développer in situ. De quoi s’interroger longuement sur l’équité dans l’industrie du voyage, quand l’élève rattrape le maître…

Touirsme local

Partage d’un repas au sud Maroc@G.Clastres

L’envie de faire part belle aux experts et réceptifs locaux

Efficace, connecté et branché, DirecTravel est en résonnance avec le monde tel qu’il se dessine un peu partout. Son principe est simple, mettre en relation des futurs voyageurs avec des réceptifs et experts locaux du monde entier. A cette fin, le 30 septembre prochain de 16h à 21h puis les 1ers et 2 octobre de 10h à 19h, la Cité de la Mode et du Design accueillera une cinquantaine d’exposants et espère attirer plusieurs milliers de visiteurs. Le principe : donner aux voyageurs les clés pour construire leur propre voyage grâce à des correspondants locaux présents sur place ou en partenariat avec une plate-forme virtuelle, TripConnexion, qui assurera la mise en relation avec des experts et acteurs de l’e-tourisme du monde entier (sans aucune commission). L’organisateur de ce premier rendez-vous du voyage-en-direct, Christophe Sentuc, a été pendant 25 ans à la tête de Terre Voyages/Fleuves du Monde, une agence basée à Paris défricheuse de nouvelles destinations. Son objectif aujourd’hui, promouvoir les structures locales et donner la part belle au territoire pour que les futurs clients passent de plus en plus en direct avec des réceptifs sélectionnés pour leur professionnalisme. Christophe Sentuc : «Beaucoup d’acteurs locaux sont aujourd’hui en mesure de répondre au mieux aux demandes du voyage sur mesure et sont les seuls à le maitriser de A à Z. Il est important d’accompagner ce phénomène et de faire connaitre ce savoir-faire. »

Voyage local

Au coeur de La Havane@G.Clastres

Un salon poil à gratter pour une profession divisée

DirecTravel

Christophe Sentuc@DR

Toutefois, dès l’annonce de ce nouveau rendez-vous, en février dernier, la polémique a fait rage, de nombreux  professionnels s’inquiétant de voir des agences réceptives non immatriculées en France vendre leurs prestations sur des salons auprès du grand public. Certes, si le code du tourisme interdit aux exposants étrangers de réaliser des ventes en direct sur le territoire français, elle ne leur interdit cependant pas de faire de la promotion, et ce sera en l’occurrence le cas, rappelé par Christophe Sentuc : « les exposants de DirecTravel ne signeront en aucun cas des contrats de ventes lors de l’événement. Cela leur sera rappelé dans les conditions de participation. Ils seront là pour rencontrer des prospects particuliers et professionnels, ainsi que des internautes, afin de promouvoir leurs compétences dans le cadre de leur conformité professionnelle liée au pays de leur activité et dûment vérifié lors de leur inscription. En outre, il ne faut pas se voiler la face, les clients achètent déjà largement des prestations sur internet. Notre place est d’alerter le consommateur sur différentes choses dont il doit prendre conscience, par exemple qu’une structure locale n’a pas de garantie en terme de fond déposé, pas de licence de type Atout France et qu’il faut donc penser à s’assurer de son côté. Les voyagistes français, du fait de leur expertise ont encore largement leur place sur ce marché. »

Logo direct T.

Un premier rendez-vous test ?

Est-ce l’effet de la polémique, d’un attentisme ou d’une certaine défiance, alors qu’une centaine de participants étaient attendus et que les agences de voyage françaises ont également été invitées à participer pour rencontrer les réceptifs, à ce jour, seuls 57 exposants sont annoncés et des acteurs majeurs du voyage en direct tels Evaneos ont renoncé au dernier moment à participer au salon. Directeur général de TraceDirecte qui opère depuis 2012, Olivier Catrou précise quant à lui : « Je n’étais pas disponible le week-end du 1er et 2 octobre et je n’ai pas vu non plus vu d’opportunités immédiates dans notre participation au salon. En revanche, j’irai y faire un tour le vendredi afin d’en prendre la mesure. »

D’autres ont répondu présents, notamment de nombreux acteurs engagés pour le tourisme durable, souvent partenaires de notre portail. Essentiel Botswana, spécialiste du Botswana et de safaris soignés et de qualité, sera là pour expliquer  tout le travail qu’elle réalise pour expliquer combien ses safaris contribuent efficacement au développement économique du pays et à la préservation de sa biodiversité. De même, les éditions Viatao, qui proposent aux voyageurs des solutions concrètes et originales pour voyager autrement, auront un stand sur le salon. En revanche, les organisations professionnelles – SNAV, CEDIV – et les réseaux constitués du tourisme durable n’ont pas souhaité participer… Christophe Sentuc : « Nous aurions également souhaité que des réseaux tels ATR soient là, malheureusement, ils n’ont pas répondu présents. C’est dommage car les acteurs du tourisme durable ont un rôle à jouer dans cette mise en avant des partenaires locaux. »

Salon DirectTravel

L’homme pirogue@DR.

L’équité, un terrible balancier pas facile à paramétrer

D’ores et déjà, au-delà même de l’évènement à venir, ce premier rendez-vous des acteurs du voyage en direct a donc le mérite de nous interroger en profondeur sur l’industrie du tourisme telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui en France et sur cette sacro-sainte équité qui n’a pas toujours le même poids ou le même relief selon que l’on regarde du nord vers le sud, et vice versa… Certes, il n’est pas question ici de soutenir la concurrence déloyale et de nier les arguments des agences de voyage française dûment immatriculées, avec le lot de taxes que cela suppose, en reconnaissant aussi les emplois créés et les bénéfices pour l’économie de notre pays… mais il est tout aussi bon de s’interroger sur le fonds, et de se réjouir que certaines destinations alors mises en tourisme avec un taux de fuite moyen de 70% des capitaux générés par l’activité touristique, soit aujourd’hui capable de s’organiser et de faire de cette industrie un levier de développement local pour leur territoire. Une fois de plus, l’idée n’est pas de jeter le bébé avec l’eau du bain, nombre de voyagistes français font un travail remarquable depuis des années et ont contribué à faire connaitre et à soutenir des destinations, toutefois, le monde change, et on peut se réjouir que certains acteurs locaux soient aujourd’hui en mesure de prendre la main. L’équité est certes d’avoir les mêmes règles du jeu lorsque le terrain est commun, mais l’équité n’est-elle pas aussi de donner plus de visibilité à ces acteurs de l’ombre que sont les réceptifs ? Accepter que des experts et réceptifs locaux soient enfin totalement reconnus comme des professionnels à part entière, ne plus les cacher au grand public, pas si dupe, est peut être un premier pas concret et sincère pour que des pays du sud profite enfin  plus amplement des revenus du tourisme. Le monde change. Et avec un peu d’imagination et de souplesse, il y aura toujours de la place pour tous, ici ou là bas !!

——————–

Les 30 septembre, 1 et 2 octobre 2016

Cité de la Mode et du Design 34, Quai d’Austerlitz – Paris 13ème

Horaires : 16h00 – 21h00 le vendredi

10h00 – 19h00 les samedi et dimanche

Entrée libre.

http://directravel.org/


DirecTravel interroge le modèle de l’industrie du voyage à la française | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

DirecTravel #2017- le Rendez-vous des artisans du voyage en direct Vous cherchez un spécialiste pour concevoir votre prochain itinéraire de vacances ? Vous êtes en quête de nouvelles idées de découverte, de tourisme...

Lancement de Voyages-en-direct.com Fort du constat d’un monde qui change entrainant de nouvelles façons d’envisager le voyage, un nouveau site internet vient de voir le jour – Voyages-en-direct.com – qui va permettre...

DirecTravel interroge le modèle de l’industrie du voyage à la française Les hôteliers ont Airbnb, les taxis Uber, les professionnels du tourisme ont depuis quelques années le voyage en direct qui vient peu à...

Les acteurs du voyage d'aventure Voyage d'aventure : Les voyagistes spécialistes de l'aventure : trekking, randonnée,...

Quelques astuces pour rendre son voyage au Sri Lanka plus responsable Vous songez à vos prochaines vacances au soleil ? Vous avez envie de nature, de dépaysement, de rencontres authentiques et pourquoi pas d’un agréable...

Routard en Argentine - Voyage responsable en Argentine L'Argentine, située dans l'hémisphère sud, présente des saisons inversées aux nôtres. Il fait donc très frais dans le nord de juin à septembre, et de plus en...

Tous à Clermont pour la troisième édition des Universités du Tourisme Durable !

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda