#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Une oeuvre jardinée nommée + 2° = 43 cm

| Publié le 13 août 2020 • Mis à jour le 14 août 2020 à 7h44
         

Alors que le festival international de jardins est sur le point de s’ouvrir aux hortillonnages d’Amiens, une parcelle interpelle par son nom énigmatique. Réalisée par l’Atelier EEM, + 2°= 43 cm souhaite interroger le public sur le réchauffement climatique. 43 cm, c’est la hauteur moyenne de la montée des eaux si nous atteignons les +2° (estimations du GIEC) mais c’est aussi, au cœur des hortillonnages,  la hauteur moyenne des berges, des franges délicates qu’il faut savoir entretenir, autant d’écosystèmes fragiles que les architectes paysagistes ont du prendre en compte pour séduire le jury du festival…

Marc Blume au au coeur des hortillonnages@GClastres

Côté cour avec l’Atelier EEM

L’équipe de l’Atelier EEM a donc proposé un projet engagé qui sera présenté au prochain festival international des jardins organisé par l’association Art & Jardins Hauts de France. Marc Blume, artiste sculpteur et paysagiste allemand : « Nous avions déjà travaillé avec l’association sur un jardin de la paix[i] dans la clairière de Rethondes au cœur de la forêt de Compiègne. Cette fois, quatre jardins ont été retenus sur une cinquantaine de candidatures dont notre projet. Nous nous occupons de l’ensemble, de la conception à la réalisation. » Aux côtés de Marc, Francesca Liggieri, architecte-paysagiste italienne et fondatrice associée chez EEM et Estelle Nicod (également co-fondatrice de EEM), designer et architecte suisse ont toutes deux œuvré à l’aventure de 2°=43 cm. Estelle Nicod : « L’idée de base du projet est de parler de la notion de limite aux travers des berges qui regroupent deux biotopes distinct, nous avons voulu transformer cette limite qui peut être vue comme une frontière à ne pas dépasser en zones d’échanges…. »  Les trois paysagistes ont donc travaillé sur quatre plateaux paysagers correspondant chacun à des typologies de plantes bien particulières (aquatiques, hélophytes, la cariçaie et des plantes de lattitude un peu différentes) pour une véritable expérience de transition écologique. Francesca Liggieri : « Nous prévoyons quatre plateaux en-dessous et au-dessus de l’eau pour explorer cette montée et ces nouveaux territoires avec tout un travail sur la limite, la bordure qui, quand elle sépare deux milieux, devient lisière. ».

Au coeur du chantier-jardin avec Francesca Liggieri@MarcBlume

Côté jardin…

Après une visite sur site pour déterminer la parcelle à travailler, l’ensemble de l’équipe a passé deux semaines sur place courant juin pour aménager le petit ilot de 150 m2 identifié au cœur de l’étang de Clermont. Marc : « Le confinement ne nous a pas toujours facilité les choses. Nous avions besoin de 25 mètres cube de vase qui n’ont pas pu être livré mais heureusement, Francis Parmentier (maraîcher amiénois complice du festival depuis le départ) a proposé de remplacer la vase par de la paille. » L’équipe de l’Atelier EEM a également du s’adapter aux différents publics qui fréquentent les hortillonnages, les propriétaires privés qui viennent pêcher sur leur parcelle et apprécient leur tranquillité, les résidents qui pratiquent paddle, canoë, barques mais aussi, les chasseurs embusqués dans leurs cabanes. Marc : « Au début, pour délimiter les espaces entre nos différents milieux, nous avions imaginé un inox miroir mais cela brille trop, cela éloigne les canards. » Estelle : « Nous avions choisi l’inox parce que nous recherchions une matière d’aspect tranchant exprimant clairement une limite, et nous voulions ainsi amener le regard du visiteur sur cette zone très fragile. L’inox tel un bijoux, un élément précieux dont il faut en prendre soin…. » L’équipe a finalement opté pour un inox plus mat, qu’elle a percé pour laisser passer les insectes et autres amphibiens, permettant ainsi les échanges entre les différentes zones de plantes, et marquant là une autre réflexion issue de la limite, pas toujours étanche… « Si cette limite se laisse percer, elle deviendra une zone de transition et s’appellera écotone. »

En canoë au coeur des hortillonnages@PhilippePataudCélérier

Des plantes et des œuvres qui interrogent sur l’après…

Le travail a ainsi avancé au rythme d’un lieu incarné et de ses contraintes. Puis Marc, Francesca et Estelle sont revenus fin juin pour achever les plantations, quelques 1 000 plantes à mettre en terre entre plantes aquatiques au niveau de l’eau, plantes des marais soutenues par la paille au 2e niveau, des plantes des berges pour aider à les stabiliser avec enfin, en haut, sur l’ile, des grandes fougères, des acanthes et autant de plantes pour créer une ambiance tropicale « renaissance végétale » propice à nous projeter dans un monde à + 2°. Marc Blume : « Outre l’expérience de transition écologique que nous proposons, nous souhaitons aussi questionner le futur. Comment l’anticiper ? Faudra-t-il prévoir des digues ? Comment entretenir les berges à l’heure du réchauffement climatique ? Cette montée des eaux va forcément redéfinir la limite entre terre et eau. » Enfin, au cœur de l’ilot aménagé par l’Atelier EEM sera intégrée l’œuvre Ouvrage de la sculptrice Rachel Labastie, une création composée de torchis, de bois et d’osier qui viendra interroger la fragilité du jardin mais aussi la force et la beauté des éléments naturels, un autre regard pour nous amener à réfléchir sur l’éphémère mais aussi, une volonté du festival de mêler art et nature,  paysage et patrimoine. Marc : « On a visité le site et on a décidé ensemble du lieu et de l’œuvre au milieu de notre île. Il y a une communication entre les deux. »

Le 14 juillet prochain, le public pourra à son tour découvrir la totalité de l’installation, quand 2°=43 cm et Ouvrage ne feront plus qu’une entité pour interroger, ensemble, nos destinées futures. A vos barques, prêt, voguez !

Livraison de mulch sur le chantier de EEM@GClastres

————– Pour aller plus loin —————————-

Comment découvrir le Festival ?

• À pied > accédez par le chemin de halage à l’île aux Fagots puis rejoignez l’île Robinson et passez par l’étang de Rivery. Entrée libre et gratuite

• En barque > louez une barque électrique à Camon au Port à fumier, 35 rue Roger Allou, pour un parcours d’îlots en îlots de 2h30. Parcours payant

Le tarif de location d’une barque électrique se décline en fonction du nombre de personnes, de 1 à 6 max. par barque : 19 € > 1-2 pers. • 24 € > 3-4 pers. • 29 € > 5-6 pers. • gratuit – 3 ans + redevance ASCO pour la protection et la préservation des Hortillonnages : 1 € pour les 11 ans et + • 0,50 € pour les 3-10 ans

Pour toutes précisions sur les réservations, merci de contacter le +33 (0)6 78 53 55 92.

11e édition • du 14 juillet au 18 octobre 2020

www.artetjardins-hdf.com

En savoir plus sur l’Atelier EEM : https://www.atelier-eem.org/


[i] Le Jardin pour la paix de l’Atelier EEM– Le Troisième Train – auquel à également contribué l’architecte et sculpteur Gilles Brusset –  est nommé avec cinq autres lauréats pour un prestigieux prix d’architecture. A suivre…

Work In Progress…@MarcBlume


Une oeuvre jardinée nommée + 2° = 43 cm | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Le Café Jardin d'Orange : un lieu qui révolutionne l'associatif! Proposer un lieu ouvert à tous, où l'on apprend, ou l'on bosse dans une osmose sociétale, vive le café Jardin...

Concours Green Stars AccorHotels : le potager urbain Le groupe Accor lance un concours visant à récompenser ses établissements les plus vertueux en terme de restauration, catégorie potager urbain....

Des idées avec Naturabox pour la Fête des mères ! Fin mai, c’est la saison des mamans ! Une fête bien ancrée dans l’hexagone avec plus de deux tiers des Français qui ont bien l’intention de la souhaiter et près...

Mountain Days 2015, une campagne de nettoyage montagnarde encourageante Fin septembre se sont déroulés les Mountain Days : actions permettant un nettoyage de la montagne : bilan et perspective...

Quatre questions à Cathy Bou Le jour où nous avons rencontré Cathy Bou, la presse ne donnait malheureusement pas de très bonnes nouvelles quant à la santé de Thomas Cook France, nous avons eu envie d’en savoir un...

Le Salar de Uyuni - Tourisme en Bolivie Du Lac Titicaca en passant par la capitale La Paz, découvrir la Bolivie c'est partir à la rencontre d'un patrimoine ethnologique sud-américain...

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda