#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

Jouer pour comprendre ses impacts environnementaux avec Carboniq

| Publié le 12 décembre 2021 • Mis à jour le 15 décembre 2021 à 8h50
Thèmatique :  Bons plans   Conseils   Innovation   Portrait 
         

Sensibiliser les publics face au dérèglement climatique n’est pas une mince affaire. Et si une pédagogie ludique à travers le jeu nous aidait à passer à l’acte ? Grâce à la belle famille des fresqueurs du climat, j’ai découvert un jeu de cartes sur nos postes d’impacts environnementaux : Carboniq. On adore et c’est testé et approuvé par mes colocs. J’ai rencontré son cofondateur, Guillaume Pakula.

Jeu Carboniq par Eclap et Celsius

La genèse du projet Carboniq

C’est l’histoire de deux ingénieurs-docteurs en physique, Guillaume Pakula (biophysique) et Clément Reynaud (nano physique) un peu désespérés face à la crise climatique et surtout face à la non prise en compte et au manque de considérations des citoyens (et gouvernements) d’agir. Comment vulgariser un discours scientifique complexe et technique, tout en générant et diffusant de la connaissance ? Comment faire en sorte que ces connaissances produites par des scientifiques puissent avoir un réel impact auprès du grand public ? Leur objectif : faire rayonner l’information sur l’urgence environnementale et accompagner le changement. Ces deux créatifs engagés ont développé un panel d’outils d’éducation à l’environnement : animation d’ateliers et de conférences, supports pédagogiques, … Le gros plus est qu’ils sont accessibles pour TOUS les publics, pas juste les aficionados du développement durable (et lecteurs de Voyageons Autrement !). C’est là qu’est né l’idée de créer un jeu ludique – Carboniq – qui nous permettrait de prendre conscience des impacts environnementaux de nos gestes du quotidien. 2 ans de maturation du projet et le lancement d’une campagne de crowdfunding qui a cartonné font que le jeu est disponible sur commande.

Fonctionnement du jeu

Le sujet des impacts environnementaux m’intéresse particulièrement, c’était d’ailleurs mon sujet de recherche de cette année, avec des constats de : qu’est-ce qui est le plus impactant dans mon quotidien ? Comment comparer mes impacts et agir en conséquence. Le jeu Carboniq le fait !!

Si je vous dis qu’est-ce qui est le plus émetteur en équivalent CO2 entre manger de la viande, voyager en avion, etc., pas facile d’y répondre !! (surtout quand on prend en compte l’analyse du cycle de vie d’un produit)

J’aime utiliser une variante des règles du jeu lors d’animation de sessions de professionnalisation. Vous disposez de cartes sur vos consommations du quotidien et vous devez les classer du plus ou moins impactant. Simple et efficace. Petit placement de produit lors des rencontres du Etourisme à Pau cette année.

15 min chrono ET#17 (Copyright : Maria Alberola)

Le but de jeu est de constituer son année carbone la moins émettrice possible. Savoir estimer ses impacts pour les minimiser en prenant garde des autres joueurs qui peuvent vous refiler des cadeaux carbonnés. Les cartes sont réparties par sujets : alimentation, énergie, numérique, consommation et transport (en plus de cartes joker) avec des cartes de base et des ponctuelles.

  • Phase 1 du jeu : composer son année carbone
  • Phase 2 : réduire et estimer son impact
  • Phase 3 : faire son bilan

Les règles sont très bien expliquées avec à chaque fois un focus thématique et des explications.

Le projet Celsius

Celsius, c’est le nom de l’agence de Guillaume et Cédric décrite comme un « studio pédagogique ». Apporter des solutions scientifiques pour favoriser la prise de conscience et le passage à l’action en faveur du climat, voilà l’ambition de Celsius. Guillaume et Cédric propose un accompagnement sur-mesure pour les organisations souhaitant engager le changement en faveur du climat.

  • Formation et conférence : ça commence par l’information et la sensibilisation ;
  • Bilan carbone et conseil stratégique : au plus près des réalités organisationnelles des entreprises pour du concret facilitant la mise en œuvre d’actions écoresponsables ;
  • Jeu et support pédagogique : car le ludique aide à faire passer le message et apprendre en s’amusant c’est toujours plus sympa qu’un discours descendant moralisateur.

Je vous invite à aller regarder leurs réalisations : des challenges d’entreprise, des formats participatifs et citoyens, ça donne envie de se bouger !

La boite d’édition Eclap

Nos deux ingénieurs ont eu du flair à collaborer avec la boite d’édition Eclap, que je connaissais pour son jeu « Moi c’est Madame ». Ce jeu d’entrainement à riposter contre le sexisme du quotidien, nous invite à laisser libre à notre créativité (exemple : dessiner une vulve) et à découvrir la culture féministe. Le monde du tourisme (notamment institutionnel) a sa part de misogynes (venant des hommes comme des femmes) et ces ripostes m’ont déjà servi pour montrer que j’avais de la répartie et que je pouvais mettre mes ovaires sur la table. Ce jeu bourré de stéréotypes nous fait prendre conscience comme une claque en pleine face qu’il reste encore du chemin à parcourir pour éviter certains propos et comportements déplacés.

Bravo donc avec ses créatrices Axelle Gay et Elsa Miské qui se sont inspirées de YESSS, le podcast des warriors.  

Jeu Moi C’est Madame par Eclap

Je trouve que c’est un joli cadeau à mettre sous le sapin 😉

Pour aller plus loin


Jouer pour comprendre ses impacts environnementaux avec Carboniq | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Caroline Le Roy
Bretonne et fière de l'être, j'ai toujours été sensible aux enjeux du développement durable tant dans mon bénévolat associatif que sur mon rapport à la nature. J'ai pu évoluer dans le réseau des parcs naturels régionaux où j'ai eu la chance d'accompagner des acteurs touristiques du changement. Ma sensibilité a rapidement évolué en engagement puis en militantisme. Mon défi professionnel est de développer un tourisme respectueux de la planète et des hommes grâce à l'accompagnement et le conseil aux professionnels sur les nouvelles tendances touristiques et sur les attentes des clientèles toujours plus exigeantes. Enfin je souhaite faire prendre conscience d'une conciliation possible entre transition environnementale et besoin client appliquée au tourisme et au quotidien. Je suis actuellement en préparation d'une thèse doctorale sur le vaste (mais non moins passionnant) sujet de la performance environnementale du tourisme.
FacebookTwitter

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Jouer pour comprendre ses impacts environnementaux avec Carboniq Comprendre les impacts de ses gestes du quotidien pour passer à l'action, grâce au jeu de cartes Carboniq...

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda