#TourismeDurable
Aventure Écotourisme Québec

Transversalis : tourisme pyrénéen et développement durable

| 29 avril 2013 • Mis à jour le 16.06.2013 à 7h04
         

Le projet Transversalis est un “Programme Européen de Coopération Territoriale France Espagne Andorre” dit POCTEFA. Un nouveau cadre accordé au financement européen sur cette zone inter-régionale pour la période 2007-2013.logo POCTEFA
Ce programme coopératif rassemble un grand nombre d’universités pyrénéennes, et est piloté par le Pole Régional de l’enseignement supérieur de Toulouse.
Transversalis répond à 7 missions distinctes, dont la troisième, piloté par l’Institut Supérieur du Tourisme de l’Hôtellerie et de l’Alimentation (ISTHIA) se concentre sur le tourisme et le développement durable.

LogoTransversalisUne présentation de l’ensemble des outils aura lieu le 25 juin prochain dans le cadre d’un séminaire qui se tiendra à Foix.

Une réflexion d’un collectif d’acteurs clés du secteur de la formation, du tourisme et des Pyrénées…

L’action n°3 de Transversalis “Tourisme, développement durable et territoire pyrénéen” est issue d’une réflexion préalable collaborative entre Pierre Torrente, Directeur adjoint de l’ISTHIA, Michel Rouffet, Directeur de la DEATM (délégation montagne d’Atout France) ainsi qu’un certain nombre de partenaires.

Ils ont souvent fait le constat, et en particulier lors des rencontres du tourisme d’Arles en 2003, que la notion même de développement durable n’était pas abordée de la même façon des deux versant de la chaine. En même temps la question du changement climatique dans l’économie montagnarde restait très difficile à appréhender.
Enfin, si de nombreuses actions, voire politiques de développement durable ont vu le jour ces dernières années sur le massif, une question se pose quant à la capacité de leur mise en œuvre dans les gestes quotidiens effectués au travers des différents métiers du tourisme de montagne.

… Incorporée dans une dynamique plus globale de réponse à un appel à projet du POCTEFA à l’échelle de toutes les universités.

Cette réflexion pré-Transversalis autour de la prise en compte du développement durable, du changement climatique, de la formation des professionnels, de l’évolution des métiers et du cas du tourisme pyrénéen servira de socle en réponse à l’appel à projet du POCTEFA.

Fin 2010, l’ISTHIA entame sa contribution à cette troisième action de Transversalis autour de trois sous-actions distinctes :

  1. 1 Une phase de réflexion autour du tourisme pyrénéen et du changement climatique
  2. 2 Une phase d’observation des métiers du tourisme pyrénéen et du développement durable
  3. 3 Une phase de mise en place par la formation des gardiens de refuge de montagne

Ces 3 phases, initialement chronologique, se sont finalement superposées sur ces trois dernières années.

Uniter_Res à Foix © TER_RES

Uniter_Res à Foix © TER_RES

Tourisme pyrénéen et changement climatique

Cette phase de réflexion a débuté en 2011 par l’organisation à Foix du colloque Uniter_res, les premières universités en matière d’approche territoriale du développement, co-organisées avec l’association Territoires Responsables.

Il y fut question pendant trois jours d’une réflexion collaborative avec des acteurs clés du développement territorial des Pyrénées françaises, espagnoles mais aussi de provenance internationale avec des représentants du continent africain, d’Amérique du sud et de l’Asie soit environ 70 participants réunis pendant 3 jours.

Le travail réalisé pendant les Uniter_res s’est fait sous la forme de déplacements de terrain, de plénières et d’ateliers, autour du concept d’approche territoriale du développement, ainsi que la contribution du tourisme dans le développement d’un territoire et des logiques de développement durable, local ou plus largement responsable. Le cas du changement climatique au sein du développement local était aussi au cœur des réflexions.

A l’issue de ce colloque, un groupe de travail réduit a prolongé les travaux sur le sujet autour de l’exploitation de toutes les informations ressorties de ces trois jours dans une optique de modélisation d’un outil d’aide à la décision. L’idée ici, n’est pas de travailler sur le changement climatique mais bien d’aider les décideurs à intégrer cette nouvelle donnée incertaine dans leur choix.

L’ISTHIA est en charge de traduire toutes ces réflexions en un outil opérationnel. Un travail qui est conduit depuis un an et qui actuellement est en phase de bouclage.
Cela va se traduire par un outil opérationnel mis en ligne, automatisé et numérique, qui viendra, sous la forme d’un ensemble de questionnements en matière de projets touristiques, en apprécier la potentialité en matière de développement et de prise en compte de la notion du changement climatique.

Le développement territorial ne peut pas être véritablement modélisé, et l’outil sera mis en ligne dans sa forme standard. Il sera destiné aux territoires et utilisable dans le cadre d’une réflexion, d’une commande, d’un projet touristique ou d’une demande de financement public par exemple. Il permettra de mieux comprendre le projet dans une approche systémique et une perspective d’impact. Il suffira ensuite aux territoires de choisir des options dont les effets auront été identifiés et évalués.

plateau de Beille

Plateau de Beille – ©RAPHAEL COLOMBIE

Les métiers du tourisme pyrénéen et le développement durable

Cette seconde phase, dite d’observation, est menée par l’équipe encadrante de l’ISTHIA en association à des groupes d’étudiants dans le cadre d’ateliers pédagogiques des masters.

Son objectif est la mise en place d’un système d’observation permettant d’identifier les compétences clés des différents métiers en place sur la massif pyrénéen en matière de tourisme et de développement, afin d’être capable de venir en apprécier l’évolution.

Juliane Boistel de l’ISTHIA insiste sur l’importance de la prise en compte des métiers : “On dit que l’offre et la demande font le jeu, mais finalement ce sont les ressources humaines qui font que nous appliquons vraiment sur le territoire les logiques du développement durable. La différence se fait si ces logiques sont intégrées ou pas dans le quotidien des métiers concernés.”

Depuis deux ans, les étudiants travaillent en situation réelle, sur l’observation d’un terrain d’étude ou d’un métier précis. L’année dernière, leurs travaux concernaient les métiers présents en station de ski et la place du développement durable dans leur perception, connaissances et gestes quotidiens.
Ils ont notamment analysé le cas de la station de ski de Beille, par l’étude en matière de norme, puisqu’il s’agit d’une des premières stations nordiques a avoir mis en place la norme ISO 14 001. Cela s’est traduit par des rencontres avec l’ensemble des acteurs pour les questionner sur leur quotidien et leurs pratiques au travail afin d’analyser ce qui est ou n’est pas du développement durable.
Cette année, les étudiants ont travaillé sur le métier de gardien de refuge de montagne. Ils ont interrogé une vingtaine de gardiens et apporteront dans les jours à venir leurs conclusions.

Tout cela est ensuite traduit sur une plate-forme en ligne, actuellement en cours de création, sur laquelle sera placée l’outil d’aide à la création d’un côté (sous-actions 1) et les ressources collectées sur l’observation des métiers. Elles prendront la forme de fiches métiers donnant des éléments techniques ainsi que des éléments de réponse sur les bonnes pratiques en matière de développement durable.

Une formation des gardiens de refuge de montagne

La création de cette formation fait écho à la dynamique d’un collectif monté il y a quelques années afin de mettre en place un diplôme de gardien de refuge. A cette époque, le CETIA (ancien nom de l’ISTHIA) s’était proposé pour la mise en place d’une dynamique de création du diplôme et de structuration en organisation professionnelle.

Cette troisième phase de Transervalis est réalisée en partenariat avec l’université de Saragosse. Elle a entrainé la délocalisation du Diplome Universitaire de Gardien de refuge de l’Université de Toulouse 2 (qui est aujourd’hui un titre inscrit au RNCP en France) en Espagne. L’idée est d’arriver à installer un seul diplôme en Europe. Cette démarche pourrait voir le jour en Italie et en Suisse prochainement.
Ce partenariat transfrontalier a permis de former une vingtaine de gardiens de refuge espagnols à Jaca, dans les Pyrénées.

Une boite à outils d’aide à la décision à disposition des acteurs du territoire

Débute maintenant une nouvelle phase de pérennisation du système mis en place. Le souhait de l’ISTHIA est de proposer une boite à outils utile aux acteurs du développement territorial, aux professionnels et aux institutionnels.

Une présentation de l’ensemble des outils sera faite le 25 juin prochain, dans le cadre d’un séminaire qui se tiendra à Foix en Ariège, et dont l’objectif sera de consacrer un vrai temps d’échange avec les acteurs concernés par ce type de réflexion.
Si vous souhaitez y participer, n’hésitez pas à prendre contact avec l’ISTHIA :

 

union européenne

Le site de Transversalis : www.transversalis-pireneus.fr


Transversalis : tourisme pyrénéen et développement durable | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Sebastien Repeto
Fondateur de l'Agence Social Media My Destination, Sébastien est avant tout un passionné de voyage.
FacebookGoogleTwitter

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Stations de ski Hautes Pyrénées Les stations de ski, les tarifs des forfaits, les distances, le calcul du coût du voyage, tout ce qu'il faut savoir lorsque l'on veut skier engagé et durable...

Les Habitants - Nouveaux ambassadeurs du territoire l'habitant est un véritable ambassadeur chargé de vanter les mérites du territoire,...

Accueil paysan Franche-Comté > Haute-Saône Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Haute-Saône...

La Balaguère, agence certifiée Tourisme Responsable par ATR Certifiée Tourisme Responsable, en novembre 2009, La Balaguère mène des actions dans différents pays pour aider au développement local !...

La diagonale du vide ! La diagonale du vide, c’est une ligne imaginaire qui traverse la France des Ardennes au Pays Basque, une ligne pas toujours rectiligne qui passe par la Nièvre, l’Indre, le Cantal, la Creuse,...

35. Adaptation aux personnes handicapées Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment évaluer Adaptation aux personnes handicapées (SOCIAL) ?...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Une Montagne de solutions durables

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les derniers tweets
Les catalogues Voyagiste

Agenda