logo et baseline voyageons-autrement
séjours et de loisirs dans le domaine du tourisme responsable et durable

Terre Constellée : partez découvrir la terre… et le ciel !

| 1 novembre 2017 • Mis à jour le 01.11.2017 à 11h02
Thèmatique :  Acteur privé   Bons plans   Espaces protégés   Formations   Portrait   Routes du Monde 
         

Passionnés de voyages, d’astronomie et de photographie nocturne, Jean-Baptiste et Philippe ont créé une agence leur permettant de partager leurs passions. Si Terre Constellée est, d’abord, un voyagiste vous emmenant découvrir des paysages, cultures et populations différentes ; une fois la nuit tombée, place à la découverte du ciel. Avec, selon votre appétit d’étoiles, un nombre d’animations nocturnes variable : un peu, beaucoup, énormément. Aperçus apéritifs sur un nouveau concept de voyage aussi généreux que prometteur qui s’adresse définitivement… à tous !  

Voyageons Autrement : Quand, comment et de quels désirs de partage est née Terre Constellée ?

Terre Constellée : Grand voyageur pour l’un, ayant été élevé en Afrique sous des ciels extraordinaires pour l’autre, nous partageons depuis plus de 20 ans une passion commune pour l’astrophotographie. A tel point que nous avons organisé il y a quelques années, d’abord au Chili en 2013, puis à Ténériffe en 2015, deux voyages dans ces lieux mythiques pour l’observation du ciel. Deux séjours en petits groupes mariant découverte du pays dans la journée et observation du ciel le soir (on avait emporté du matériel). Cela s’est avéré une telle réussite à tous points de vue qu’en 2016, profitant d’une opportunité professionnelle de reconversion, nous nous sommes dit : pourquoi ne pas faire de notre passion notre nouvelle activité ? Pourquoi ne pas partager cette magie avec le plus grand nombre ?… Alors on s’est lancés. Après plusieurs mois consacrés aux aspects administratifs, commerciaux et à la production de nos premiers voyages, c’est enfin parti avec un premier voyage de 4 jours et trois nuits dans l’Est du Portugal, une petite région labellisée « Dark Sky », qui préserve donc la qualité de son ciel en prohibant la pollution lumineuse.

VA : Quelles formes différentes prend l’astro-tourisme dans vos propositions de voyage ?

TC : Ce qu’il est essentiel de comprendre, c’est que nos propositions sont d’abord des voyages de découverte des pays abordés. La partie observation du ciel n’intervenant que le soir (et pas tous les soirs). A ce moment-là, commençant par l’observation à l’œil nu, nous abordons les grands classiques : les constellations et l’histoire des rapports de l’être humain avec le ciel, le système solaire, la lune les planètes, observables pour la plupart à l’œil nu. Puis nous faisons entrer en jeu les instruments pour nous élancer dans l’observation du ciel profond, hors du système solaire et de notre propre galaxie : autres galaxies, nébuleuses, vie des étoiles… Et, pour ceux que cela intéresse, ce qui est le cas de plus en plus de personne, nous expliquons comment réaliser des photos nocturnes, du ciel et de paysages. Un trépied, un appareil, et le ciel se révèle différent encore ; la sensibilité et le temps de pause des appareils faisant apparaître d’autres merveilles insoupçonnées, à commencer par… les couleurs ! Invisibles à l’œil nu.

Avec cela, naturellement, partout où c’est possible, nous visitons les observatoires. Professionnels comme le célèbre VLT (Very Large Telescope) du Chili, mais aussi des observatoires « amateurs » qui, pour beaucoup sont extrêmement performants et offrent l’avantage considérable de pouvoir être utilisés par les voyageurs, qui ont alors accès grâce à des outils puissants à une autre vision encore.

VA : Sous quels ciels emmenez-vous vos voyageurs et comment avez-vous choisi ces destinations ?

TC : Il y a trois critères principaux : une pollution lumineuse réduite (loin des villes,donc), une météo favorable à l’observation (ciel dégagé, pas de nuage) et, enfin, tout aussi essentiel : qu’il y ait plein de choses à découvrir dans la journée (on évite les îles désertes !), nos voyages étant tout aussi touristiques qu’astronomiques. Partant de là, vous retrouvez en tête de sélection des pays comme le Chili (avec plus de 340 jours de temps clair par an quand même !), la Namibie, l’Australie, le Kenya en saison sèche (d’avril à juillet). En Europe, vous avez donc le sud du Portugal, avec un temps clair garanti une bonne partie de l’année, les Canaries, autre paradis pour amateurs de nuits étoilées, puis viendront au fil du temps l’Europe Centrale, la Mongolie, Hawaï bien entendu, les USA et sans doute également les pays nordiques, l’attrait pour les aurores boréales étant de plus en plus répandu. Sans oublier nos week-ends de découverte en France…

VA : Vos propositions sont chacune étiquetée d’un, deux ou trois télescopes. Tout comme les voyagistes randonneurs vous avez gradué la part prise par l’astronomie dans vos voyages…

TC : On s’est vite rendu compte que le mot « astronomie » faisait peur à beaucoup avec sa connotation scientifique. Certains se sont dit : « oh la la, ça doit être compliqué, ce n’est pas pour moi ». Mais pas du tout, au contraire ! Le terme juste correspondant à ce que nous proposons étant sans doute : « découverte du ciel ». On ne fait rien d’autre que cela : on observe, on découvre, on apprend. Ensuite, bien sûr, on peut avoir plus ou moins d’appétit pour la chose, raison pour laquelle nous avons établi cette classification.

1 lunette signifie que l’on consacrera une seule soirée à la découverte du ciel. 2 lunettes que la moitié au moins des soirées du séjour comporteront une animation astronomique le soir (observation, visite d’un observatoire, photographie…). Les voyages 3 lunettes, enfin, s’adressent aux passionnés qui, pour certains, viennent avec leur propre matériel photographique. Et se retrouvent sous des ciels inconnus d’eux si beaux qu’ils veulent y passer la nuit entière. Et, en conséquence,  le lendemain, préfèrent récupérer que visiter les alentours !

Mais attention, pas de nuit blanche pour les voyages 1 et 2 lunettes (l’essentiel de notre production actuelle) ; on observe jusqu’à minuit, 1 heure du matin selon les envies de chacun, sachant que, dans tous les cas, on s’adapte. Non seulement, dans nos voyages, il n’y a pas que de l’astronomie, mais, de plus, rien n’est obligatoire naturellement. A Ténérife, nous étions 17 (ce qui est beaucoup, nos groupes actuels ne dépassant pas 12 personnes) : 9 astronomes amateurs et 8 néophytes. Et tout le monde a été ravi de son voyage.

VA : Il y a, sur votre site des photos superbes. Une autre passion partagée ?

TC : Ces photos sont l’expression de notre passion commune. Une passion qui gagne de plus en plus de gens, conscients aujourd’hui que l’on peut aussi faire de la photo la nuit. Photos fixes, photos animées, nous initions les gens et leur donnons tous nos trucs. Et croyez bien que dans des endroits comme la Namibie, l’Ouest américain ou le Kenya, vous obtenez des paysages nocturnes qui sont de véritables merveilles. De plus, ce partage autour de la photo crée des ambiances très sympathiques. Dès que le dialogue est noué, cela n’arrête plus, de jour comme de nuit, car vous avez souvent dans le groupe un as de la photo diurne, venu là pour découvrir la photo de nuit et qui, à son tour, vous enseigne plein de choses. Les photographes sont donc particulièrement visés par nos voyages et nous commençons même à regarder ce qu’il est possible de faire à partir d’un simple smartphone. Il y a vraiment de la place pour tous.

VA : Accompagnez-vous personnellement tous vos voyages ? Qui sinon ?

TC : Tous les grands voyages, oui. Tant que nous pourrons le faire. Au moins l’un d’entre nous. Mais il faudra bien aussi, à l’avenir, faire tourner l’agence et nous ne sommes que deux pour l’instant. En France, pour les week-ends découverte nous avons un réseau de passionnés qui font cela à merveille et dans les destinations proches (Croatie, Portugal…) que nous accompagnons encore, nous passerons tôt ou tard la main à un confrère, animateur astronomique local d’expérience, aussi passionné que nous, quand nous en trouverons un. A condition qu’il partage notre éthique du voyage (responsable) et notre souci de rendre chacun heureux. Car nous ne pourrons pas non plus être partout, d’autant que les périodes favorables sont souvent les mêmes d’un lieu à l’autre ou se chevauchent : impossible de se couper en deux !

VA : Pouvez-vous nous décrire une proposition de voyage qui vous semblent emblématique de votre offre et que vous appréciez particulièrement ?

TC : L’expérience proposée au Kenya est, à tous points de vue, assez exceptionnelle. Le safari animalier tout d’abord a été conçu par notre partenaire local, photographe animalier installé là-bas et très investi  dans la protection de la nature (tous nos partenaires sont sensibles à la dimension responsable que doivent offrir nos propositions). Qui, de plus, connaît tout le monde et, étant très apprécié des habitants, vous permet d’accéder davantage à la vie locale, au contact humain. On fait étape dans un camp situé dans le célèbre Masaï Mara et dans un autre, installé, lui, au bord du lac Barango, dans la vallée du Rift. Cela permet d’approcher la faune de la savane, mais aussi l’aquatique (hippos, crocos, oiseaux…). Avec ça, notre ami dispose d’un observatoire privé remarquable ; situé donc sur l’équateur, ce qui permet d’avoir une vision des deux hémisphères dans une configuration du ciel étonnante et unique, inconnue pour beaucoup. Ce séjour d’immersion dans la nature de jour comme de nuit est de ceux qui vous marquent. Nous n’avons pas peur de dire que c’est assez exceptionnel. Et en accord total avec nos valeurs personnelles concernant le voyage et l’environnement. Dans un lieu pareil, vous êtes obligé de vous dire que vous vivez vraiment sur une planète magnifique. Et vous savez bien à quel point la contemplation de leur ciel nocturne conduit les humains à mesurer la rareté et la préciosité du petit caillou bleu sur lequel ils vivent. Chacun se met dans ces moments rares à parler philosophie, avenir, préservation du vivant…

VA : A quelles clientèles vous adressez-vous et combien de personnes partent chaque fois ?

TC : Nous nous adressons clairement au grand public. Ceux qui ne connaissent rien à l’astronomie sont parfaitement à leur place dans nos voyages dont le but est précisément de faire découvrir dans des conditions idéales l’observation du ciel. Viennent à nous tous ceux qui sont curieux de l’ailleurs, la nature, les gens, plus… le ciel. Couples, groupes d’amis, famille… la cohésion s’opère rapidement au sein de nos petits groupes comprenant 12 partants maximum. Ce qui permet à chacun de pouvoir profiter, voir et apprendre à son gré. Sur un certain nombre de destinations, nous conseillons de ne pas emmener les enfants de moins de 12 ans, pour des raisons de sécurité autant que d’intérêt général ; à commencer par celui des parents eux-mêmes (qui profitent moins sinon). Il n’y a pas d’âge limite non plus que de prérequis au niveau de la forme physique, sachant que les marches et éventuelles randonnées n’excèdent généralement pas deux heures ; à 3000m d’altitude néanmoins, concernant le Chili.

VA : Une question que nous posons souvent, mais qui prend ici tout son sens : quand vos clients témoignent, qu’ont-ils le plus apprécié, qui leur ait mis « des «étoiles dans les yeux » ?…

TC : Il y a toutes les découvertes que permet le voyage bien entendu. Et l’observation de ciels exceptionnels. Mais ce que mettent en avant ceux qui sont déjà partis avec nous, c’est d’abord la convivialité, l’ambiance, qu’ils ont adoré. Comme je le disais, une puissante dynamique d’échanges, de rapprochement puis de cohésion se met en place très vite, naturellement. Les gens partagent beaucoup, les uns connaissant bien la photo, d’autres l’astronomie, d’autres encore la nature. Chacun enrichit le groupe et des liens se tissent, favorisés comme je le disais par ces moments d’observation du ciel, sorte de communion spontanée face au Beau, qui élèvent l’esprit et nous réunissent autour des questions fondamentales que l’on se pose tous : « Sommes-nous tout seul ? Y a-t-il de la vie ailleurs ?… ». Nombreux sont ceux qui se revoit après le retour ; alors qu’au départ, personne ne connaissait personne.

VA : De quoi n’a-t-on pas parlé qui vous soit cher ?

TC : Insistons simplement sur le fait que l’astronomie n’a de compliqué que son nom. Or, ces voyages sont précisément faits pour découvrir l’inconnu : pays, culture et… ciel. Quant aux mordus véritables, aucun souci ; bien au contraire ! On adorera leur préparer un programme sur mesure les rapprochant de leurs rêves personnels en matière d’étoiles. On mettra tout notre savoir-faire à leur préparer quelque chose d’inoubliable.

NB : Terre Constellée est la marque de l’entreprise Griters Voyages, le site s’appelant griters.com


Terre Constellée : partez découvrir la terre… et le ciel ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Ferme des Oches - CHARENS ACCUEIL PAYSAN est un groupement de paysans, qui prenant appui sur leur activité agricole mettent en place un accueil touristique et social en relation avec tous les acteurs du développement...

Gîte du Tilleul Pelonne au cœur de la Drôme provençale Vue exceptionnelle - Baignade rivière et plans d'eau, randonnées, cyclotourisme, VTT, activités équestres, astronomie....

Les manuscrits de Chinguetti Chinguetti est décrite comme la 7ème ville sainte de l'islam sunnite et acquiert dès le Moyen-Age un statut de carrefour intellectuel. Les caravaniers rapportent à dos de chameau, dans...

10 idées pour un séjour à deux-roues Après le printemps des bicyclettes, voici venu le temps des séjours estivaux à deux-roues. Parce qu’il existe une multitude de possibilités pour partir en vacances à vélo,...

L'Arbre à voyages vous tend ses branches Il était une fois un arbre dont les racines puisaient depuis longtemps dans les ressources de la terre, un arbre ancré pour une planète mouvante faite d’échanges, de découvertes...

Les Parc Naturels régionaux et les opérateurs de voyage poursuivent leur travail d’approche Trois nouveaux opérateurs de voyage viennent de se voir décerner l’agrément du volet 3 de la CETD (Charte Européenne...

Tous à Clermont pour la troisième édition des Universités du Tourisme Durable !

L'actu en continu

Les plus partagés

    Les derniers tweets

    Les catalogues Voyagiste


    Agenda