logo et baseline voyageons-autrement

Jordanie, un royaume naturel à découvrir

| 2 octobre 2014 • Mis à jour le 02.10.2014 à 8h18
Thèmatique :  Monde   Territoire 
         

La Jordanie possède le double avantage de jouir d’un temps ensoleillé huit mois sur douze et de pouvoir accueillir tout au long de l’année des visiteurs aux profils très différents. Evidemment, le site phare reste et restera toujours Petra, vaste cité taillée dans la pierre par les Nabatéens et considérée comme la huitième merveille du monde. Toutefois, au-delà de Petra et des cités historiques, il est aujourd’hui possible de diversifier à l’envie son séjour jordanien, le Royaume hachémite possède des sites naturels d’exception dont plus d’une dizaine de réserves naturelles.

Jordanie

Randonnée dans la réserve de Dana@DR

L’environnement ancré dans l’ADN de la nation

La conscience environnementale est née très tôt en Jordanie, et c’est sûrement ce qui en fait aujourd’hui encore un sanctuaire naturel d’exception. En 1966, la création de la RSCN, Société Royale jordanienne pour la conservation de la nature symbolise la volonté du pays de sauvegarder ses ressources naturelles. Avec 77 espèces de mammifères, 92 de reptiles et 420 d’oiseaux, le Royaume hachémite possède la plus grande diversité animalière du Moyen Orient, une faune dont il faut prendre soin, sans compter une biodiversité précieuse mais fragile. Très vite, plusieurs zones sont définies qui seront protégées afin de sauvegarder ce patrimoine naturel d’exception. Salué par la communauté internationale, ce travail de sauvegarde offre aujourd’hui aux futurs visiteurs l’assurance de découvrir des sites et paysages préservés, en lien avec les communautés locales qui vivent sur ces territoires.

Jordanie

Réserve naturelle@DR

Des réserves naturelles d’exception

Il est difficile d’énumérer la totalité des réserves naturelles tant elles sont nombreuses et diversifiées. Au nord de Pétra, de l’extrémité de la Vallée du Rift Jordanien jusqu’aux plaines désertiques du Wadi Araba, la réserve de Dana offre 320 km² de vallées et de montagnes, véritable refuge écologique pour l’observation de la faune et de la flore dont l’iris noir, la fleur nationale qui se dévoile au printemps. La réserve jouit d’une remarquable diversité de paysages : falaises de grès rouge et blanc, montagnes boisées, talus rocheux, etc. Plongeant dans la mer Morte à 410 mètres sous le niveau de la mer, Mujib est quant à elle la réserve naturelle la plus basse de la planète. Avec 300 espèces de plantes, 10 de carnivores et de nombreux oiseaux sédentaires et migrateurs, sa biodiversité est extrêmement riche.

Jordanie

Réserve de Wadi Mujib@DR

Centre de reproduction pour les espèces en danger ou localement éteintes, la réserve sauvage de Shaumari permet quant à elle d’observer oryx, autruches, gazelles et onagres. Les amateurs sous-bois se régaleront également à parcourir la réserve forestière d’Ajlun, couverte de forêts denses parsemées de chênes verts, pistachiers, caroubiers et fraisiers sauvages. Enfin, au cœur du désert semi-aride de l’est jordanien, l’oasis marécageuse d’Azraq est un repère idéal pour observer les oiseaux, qui, chaque année, y font halte pour se reposer lors de leur migration entre l’Asie et l’Afrique.

Jordanie

Désert du Wadi Rum @DR

 

Des déserts polymorphes

Au-delà de ces sanctuaires naturels, il ne faut pas oublier que la Jordanie reste avant tout une terre de déserts. Ainsi, pour une immersion complète loin de toute civilisation, le paysage lunaire du Wadi Rum reste une expérience unique. Ce labyrinthe de roches monolithiques sculptées par l’eau, le vent, et les variations de températures vous imprègne et vous désarme le temps d’un souffle. Festival de couleurs, avec ses nuances colorées de rouges, de jaune et d’oranges, il multiplie les dessins qu’il forme à l’horizon, mêlant les massifs aux dunes, les canyons aux falaises, les pleins et les vides. Au printemps, des centaines d’espèces de fleurs sauvages s’y épanouissent et renouent avec une végétation oubliée que viennent également sublimer des myriades d’oiseaux, dont le vautour fauve, le corbeau à queue courte et l’aigle de Bonelli. Certaines enquêtes ont même identifiées la présence du loup gris, du renard de Blandford et du chat des sables. Bien moins connu mais abritant les châteaux du désert comme le Qasr Amra ou le Qasr Azraq, alors quartier général de Lawrence d’Arabie, le désert de Bayda nous entraine vers d’autres rythmes, au pas des bédouins nomades. Enfin, filant vers le sud, le désert du Wadi Araba qui court jusqu’à Aqaba reste la seule ouverture jordanienne sur la Mer Rouge.

 

———— ALLER PLUS LOIN ———–
RSCN : http://www.rscn.org.jo/
Office du Tourisme de Jordanie : http://fr.visitjordan.com

 

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER :
Voyagez en Jordanie


Jordanie, un royaume naturel à découvrir | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Journaliste indépendante, auteur, spécialiste de la Chine, de l'Asie, sinologue. Publications sur le tourisme équitable. Livres documentaire jeunesse sur l'Asie. Reportages divers.
FacebookGoogle

Découvrez nos abonnements

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Voyagez en Jordanie

L'actu en continu

Les derniers tweets

Les catalogues Voyagiste


Agenda