#TourismeDurable
La feuille de chou est là

Lisbonne, le casse tête éthique

| Publié le 5 mars 2019 • Mis à jour le 5 mars 2019 à 6h55
Thèmatique :  Conseils   Tourisme de masse 
         

De la même façon que Barcelone, Dubrovnik, Venise et tellement d’autres villes dans le monde, Lisbonne subit de plein fouet les effets d’un tourisme sans répit, qui cannibalise la vie même de la cité des bords du Tage. Outre la surconsommation, les problèmes d’eau, d’énergie,de logements il me vient des scènes qu’aucun pourraient qualifier de cocasses, voir de dérisoires, mais qui après plusieurs mois me mettent toujours mal à l’aise. Réflexion sur le voyage.

Lisbonne octobre 2018

Temps splendide, arrière saison exceptionnelle, trop chaude surement, mais là est une autre question (quoi que…). Nous déambulons dans le quartier de l’Alfama avec une nonchalance et une vitesse digne d’un escargot …la faute à une farouche volonté de découvrir la ville à notre rythme, en s’immergeant dans les petits commerces, en prenant les petites rues, en parcourant la ville un peu en marge.

Contraste entre monuments historique et Paquebot immense rutilant (@ GChassagnon)

Sauf qu’à la marge, même en octobre, ça veut quand même dire d’énormes paquebots battant pavillon de grosses compagnies de croisières de l’Europe entière. Tous les jours de Porta do Sol, un lieu magique où le Tage offre sa magnificence et sa couleur de paille à tous, gratuitement, enfin cela c’était avant, car de nos jours il faut se pencher pour voir l’eau et l’on voit plutôt une annexe du salon nautique.

Le tourisme version casque audio et tête dans le guidon

Ce premier avant-gout pas très agréable aurait pu nous mettre en garde contre les dérives de l’overtourisme, las le lendemain attablé devant un bacalhau a Bras dégusté dans un lieu pittoresque, on a assisté à une lente procession, triste et fade. Cette procession c’est celle de milliers de personnes suivant comme des robots des « guides » qui font croire à leurs hôtes d’un jour qu’ils visitent une des plus belles villes du monde. Mais ces personnes se rendent-ils compte

Une vue du Tage bouchée par les Paquebots (crédit GChassagnon)

que là ou ailleurs c’est finalement du pareil au même : ils ne connaîtront malheureusement pas la fièvre, la moelle de la ville. C’est sur ils l’auront parcourue, au pas de course, au moins font-ils de l’exercice me direz-vous.  Terrible constat, car au delà de l’aspect visite bâclée et nourriture aseptisée, on pourrait dire ils font bien ce qu’ils veulent tout de même…oui mais, cette scène ne cache t-elle pas un mal plus profond et plutôt nauséabond : l’effet de groupe et ses terribles ravages. Comment se loger à l’année dans l’Alfama, comment vivre au milieu de centaines de milliers de personnes qui regardent dans votre appartement? Je ne me l’imagine pas et ne le souhaite à personne.

Un voyage, mais quel voyage?

Et puis moi pauvre hère, peut être un semblant plus éclairé sur la réalité du tourisme de masse que la moyenne de ces voyageurs, qui suis-je pour donner des leçons finalement? Qu’est ce que je faisais moi aussi à Lisbonne ville vampirisée par la tornade Airbnb, ou quelques jours avant mon séjour a eu lieu une grande manifestation des Lisboètes contre la marchandisation des logements et pour un logement décent pour tous. Ma réflexion est sortie aiguisée de ce voyage, ou modestement j’ai essayé de faire travailler des locaux, d’éviter les pièges, d’être poli, souriant Cette ville me l’a bien rendue au centuple. Mais est-ce suffisant?

Sans jouer les moralisateurs, privilégiez les petits groupes, les logements responsable (auberge de jeunesse, hôtels mettant en oeuvre les principes du développement durable, logements chez l’habitant pour rencontrer et dialoguer avec les locaux, Fairbnb !).  Pour la restauration marchez (de toute façon Lisbonne se parcourt avec de bonnes chaussures) et évitez le tape à l’œil, laissez vous guider par votre instinct. Votre comportement enfin doit être celui que vous attendriez d’un visiteur dans votre ville : la courtoisie, la propreté et n’ourliez pas : vous ne verrez pas tout (heureusement) donc adopter le pas du randonneur. Levez les yeux et le nez…et vous verrez votre séjour n’en sera que plus inoubliable!

 

Un lien intéressant écrit par des habitants de la capitale Portugaise, à méditer : http://www.lisboa-does-not-love.com/fr#solution


Lisbonne, le casse tête éthique | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Guillaume Chassagnon
Amoureux des montagnes, des hommes y vivant. j'aime les parcourir, les photographier, les découvrir et donner envie de les fréquenter. Sac à dos, livres et appareil photos sont mes outils quotidiens. Je travaille aussi pour de la presse quotidienne pour notamment montrer le dynamisme culturel et associatif de mon territoire. A bientôt sur les sentiers, autour d'un bon verre de vin, d'un plateau de fromage ou dans une librairie! Et à la fac d'Avignon of course
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Voyage à Lisbonne. Et à Porto... A Lisbonne, Porto et, bientôt, aux Açores, elle organise des escapades définitivement sur mesure conduisant le voyageur vers le meilleur de cette culture portugaise...

L'actualité du tourisme durable commentée par SPE Tourism #10 SPE Tourism vient de publier sa 10ème lettre d'information sur l'actualité commentée du tourisme durable à travers le monde....

Quatre questions à Cathy Bou Le jour où nous avons rencontré Cathy Bou, la presse ne donnait malheureusement pas de très bonnes nouvelles quant à la santé de Thomas Cook France, nous avons eu envie d’en savoir un...

Arvel Voyages : souvent solidaire, toujours responsable ! Depuis maintenant 50 ans l’association Arvel Voyages, pionnière du tourisme solidaire, propose non seulement de découvrir des pays, mais de s’y élancer...

Partir avec « EChangeons le monde », agence de voyage équitable En 2013, l’agence de voyages EChangeons le monde (ECM Voyages) a fêté ses 10 ans d’existence....

Les impacts positifs et négatifs des croisières de loisirs Les croisières de loisirs transportant de 3000 à 5000 passagers sont de véritables villes flottantes génèratrices de volumes considérables de déchets....

RECEVEZ LA VERSION NUMERIQUE DE LA FEUILLE DE CHOU* PAR MAIL * Le canard pas comme les autres
voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda