#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Manifeste de l’humble voyageur

| 27 février 2019 • Mis à jour le 31.03.2019 à 11h37
Thèmatique :  Conseils   Guides   Routes du Monde   Tourisme de masse 
         

L’originalité spectaculaire de certains paysages nous époustoufle. Parce qu’ils diffèrent de notre quotidien et viennent en combler les lacunes.

Photo Mathilde Mochon

Notre vie citadine engendre une envie de ciel immense : la grisaille crée un besoin de lumière ; notre horizon cloisonné génère un désir de panorama libre.

Humains du XXème siècle, nous sommes conditionnés par la facilité kilométrique, sorte de fuite en avant, ou nomadisme consumériste, qui nous permet de partir au débotté une semaine en Islande ou un week-end au Maroc.

Photo Mathilde Mochon

Si ce besoin de dépaysement est nécessaire pour s’alléger de la charge mentale du quotidien, le degré de pression ressentie est-il en corrélation avec la distance de voyage envisagée ? Autrement dit, un petit stress professionnel peut-il se résoudre par un saut de puce en Bourgogne ? Alors qu’une remise en cause profonde nécessitera au minimum le Cambodge ou le Pérou en immersion chez l’habitant ?

Pourquoi les agriculteurs ne partent-ils pas en vacances, eux dont la charge mentale les pousse parfois au désespoir ? Plus généralement, pourquoi les ruraux partent-ils en vacances à 50 km de chez eux ? Pourquoi achètent-ils une résidence secondaire, ou un emplacement de mobile-home, à 30 kilomètres de leur lieu de vie ?

Le manque de curiosité et de moyens, ou l’enfermement culturel ne sont pas à mettre en cause. Et s’ils avaient la capacité de conditionner leur regard et d’adopter un nouveau point de vue sur leur paysage quotidien ? Et s’ils étaient suffisamment libres pour reconfigurer leur relation au territoire à certaines dates choisies ?

Photo Mathilde Mochon

Les paysages français sont des kaléidoscopes. Ils ont la précieuse particularité de pouvoir être abordés sous plusieurs angles. Si de nombreux PLU urbains ont engendré des zones d’activités atroces sur des linéaires anarchiques, d’autres territoires ont su contenir leurs cubes en tôle sur des périmètres précis, et préserver le paysage entre deux petites agglomérations.

S’éloigner des routes nationales est un gage de découverte plus verte, évidemment. Pour autant, une région qui se targue de ses nombreux « villages de charme » garantie-t-elle une ruralité épanouie, ou bien a-t-elle figé sous cloche son patrimoine bâti et son folklore, en basant son économie sur l’attractivité touristique ?

A vouloir faire entrer le paysage dans la carte postale attendue, ne s’éloigne-t-on pas d’un objectif de productivité économique solide pour l’avenir ? (en tout cas moins aléatoire qu’une destination touristique tendance)

L’humble voyage se nourrit, non pas de la recherche de clichés régionaux, mais du goût des autres dans ce qu’ils ont de réel et de contemporain. Le voyage de proximité peut consister à réapprendre à lire un paysage familier, à la lumière d’une approche arboricole, floristique, saisonnière ou gastronomique.

Chercher à comprendre la cohérence d’un paysage ouvre des portes infinies sur les usages qui l’ont façonné. Le passé agricole, artisanal, architectural, culturel et sociologique d’une région s’explique et se dévoile comme un mille-feuille passionnant.

Photo Mathilde Mochon

Même discutables, ses choix d’aménagement du territoire traduisent ses questionnements sur l’avenir : exode rural, départ des jeunes, relocalisation industrielle, réorientation de production agricole ou d’énergie,… tous ces indices nous parlent des habitants d’hier et d’aujourd’hui, et un peu de nous aussi.

Si le voyage exotique permet une fuite en avant au motif de se retrouver soi-même, c’est peut-être par l’humble voyage que ce cheminement prendra sens et trouvera sa résolution.

Photo Mathilde Mochon

Envie de lire ou de laisser un avis ? C’est par là

Les photographies de cet article proviennent du travail de Mathilde Mochon, blogueuse cherbourgeoise et humble voyageuse. Inlassablement, elle arpente le territoire du Cotentin pour dénicher le charme où qu’il se trouve, aussi bien en centre-ville que sur le littoral ou les chemins bocagers. Ses pérégrinations normandes sont à suivre sur https://pausezvous.wordpress.com/


Manifeste de l’humble voyageur | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Stéphanie Maubé

Facebook

Les 5 derniers articles de Stéphanie Maubé

    Voir tous les articles de

    Découvrez nos abonnements

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Informations utiles pour voyager

    33. Saisonniers Les conditions de logement et de vie des saisonniers sont pris en compte, la station veille à les améliorer. Comment évaluer l'engagement de développement durable des stations de montagne ? Comment...

    La Stratégie méditerranéenne de développement durable (SMDD) Acteur de la coopération régionale entre les pays riverains de la Méditerranée et l'Union Européenne et du développement de la région, le Plan Bleu...

    Vallée de l'Anergui - Voyage au cœur des montagnes de l'Atlas marocain La vallée de l'Anergui, une région de montagne habitée par des populations semi-nomades. Elle se trouve à 350kms au nord-est de Marrakech....

    Accueil Paysan - réseau d'accueil touristique et social ACCUEIL PAYSAN est un groupement de paysans, qui prenant appui sur leur activité agricole mettent en place un accueil touristique et social en relation avec...

    EARTH : 1er réseau européen des acteurs privés du tourisme solidaire et responsable. Le réseau EARTH s'est donné comme but de réunir à l'échelle européenne l'ensemble des acteurs du tourisme solidaire et responsable....

    Accueil paysan Aquitaine > Lot-et-Garonne Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Lot-et-Garonne...

    10 ANS DE TOURISME DURABLE
    L'actu en continu
    Les catalogues Voyagiste

    Agenda