#TourismeDurable

Ruralité : les jeunes à la rescousse !

| Publié le 10 mai 2021 • Mis à jour le 22 mai 2021 à 10h33
Thèmatique :  Acteur associatif   Bons plans   Formations   Initiative privée   Innovation   Projet solidaire 
         

La fondation Cognacq-Jay vient de distinguer le travail effectué par InSite, l’association qui a inventé l’Erasmus Rural. Ou comment mettre en contact ces petits villages qui se battent pour survivre et innover avec l’élan magnifique d’une jeunesse qui n’aspire qu’à participer au grand chantier du « monde d’après ». Story !

l'équipe d'InSite folle de joie
La (sacrée) équipe d’InSite

Insite, c’est l’histoire d’un garçon qui revient dans son village natal du Gers, Darmagnac et qui se dit qu’il ne peut pas laisser mourir cet endroit comme ça, sans rien faire : commerces qui ferment, exode de la jeunesse, désertification… 3 ans plus tard, en 2021, Darmagnac héberge le siège social d’InSite, un musée, un festival médiéval et d’autres animation auxquelles participent la grande majorité des habitants. Génial ! Alors pourquoi ne pas reproduire l’expérience ailleurs. D’autant qu’un peu partout en France des habitants se battent pour animer leur village et y attirer les visiteurs. « Et si on s’appuyait sur le Service Civique pour leur filer un coup de main ? » se dit Thibault Renaudin en constatant que, parallèlement, l’engagement des jeunes dans le bénévolat est relativement puissant dans notre pays ?

Erasmus Rural !

« Ainsi est né notre programme phare, l’Erasmus rural », raconte Olivier Denat, l’un des dix salariés de l’association, en charge de l’animation d’un réseau qui a entre-temps essaimé dans plusieurs régions. « On a commencé dans le Gers, donc, chez Thibault. Deux ans d’expérimentation avant de passer de l’Occitanie puis à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans l’Orne. 65 projets ont été menés depuis la création, dans 61 villages différents, pour une soixantaine de jeunes embarqués dans cette aventure de l’Erasmus Rural ». Durant 6 mois, ces volontaires qui ont entre 16 et 26 ans s’immergent dans une commune rurale (quelques centaines d’habitants en général) porteuse d’un projet et d’initiatives fortes de sens. Parfois seul, parfois à trois, ils fonctionnent le plus souvent en binôme le temps de leur service civique, sachant que le renfort qu’ils représentent ne coûte pas un sou à la commune qui doit juste mettre un logement à leur disposition (collocation tant qu’à rendre l’expérience plus sympa).

Du concret !

A Saint-Bertrand, aux pieds des Pyrénées, où en dehors de l’été les 300 habitants ont l’impression de vivre dans un désert, le contact a été établi avec une poignée d’élu(e)s motivés, un projet défini (potager en permaculture, jardin à l’ancienne, boulangerie participative qui soit également un lieu de vie et d’échanges, de sensibilisation à la transition écologique. Depuis 3 ans, deux jeunes y effectuent leur Erasmus Rural en binôme puis le village tourne seul durant six mois avant que la relève n’arrive avec un nouveau binôme. « Aujourd’hui, la boulangerie tourne et de nombreux projets se tissent car le seul fait d’insuffler du sang neuf avec ces jeunes qui arrivent plein de propositions, entraîne une réaction dynamique et génère d’autres initiatives ».   

Marie a ainsi effectué son service civique avec Insite à Sainte Christie d’Armagnac, dans le Gers.  Ce qu’elle a particulièrement apprécié ?… « La dimension humaine du projet ! Il s’agissait de monter un café associatif mais à cause de la covid, cela n’a pas pu se faire. Nous avons donc décidé à la place d’organiser une exposition sur la vie d’autrefois. Une douzaine de personnes du village se sont impliquées et tous les habitants ont fouillé malles et greniers pour contribuer. Surtout, après l’inauguration de l’exposition, le soir, sur la place de l’église, le noyau dur s’est retrouvé et s’est mis à discuter à bâtons rompus : « Et si on en faisait une pièce de théâtre ? a soudain lancé quelqu’un ». Et, naturellement, c’est ce qui est en train de se faire. Mais ce qui a le plus surpris cette jeune citadine qui découvrait la vie à la campagne c’est la façon dont chacun, dans la communauté villageoise prenait une place particulière dans le projet en fonction de son caractère et de son « talent » personnel. Du coup, passionné par cette découverte, Marie a repris ses études et entrepris un Master Gestion des Territoires et Développement Local. Pour son stage de fin d’études, pas de souci, Insite a déjà dépondu… : « Oui ».

A Sainte Christie

Car, bien entendu, une dynamique comme celle que déploie InSite donne le jour à mille belles histoires. Comme dans ce village du Perche où un étudiant chinois de Pékin tombé amoureux du lieu a commencé d’aider les anciens à s’approprier les outils numériques avant qu’un autre jeune, qui lui, avait été élevé dans ce village, ne prenne le relais puis décide finalement de s’installer là pour aider l’ensemble des communes du département à lutter contre la fracture numérique.

« Petit à petit, poursuit Olivier, les communes auxquelles nous nous associons gagnent en autonomie, élus et référents se forment et apprennent ; entre autres, à notre image, à trouver des financements pour avancer. Car si notre palmarès s’étoffe, nous restons une jeune association encore fragile, vivant de subventions (état, régions), de l’aide de quelques donateurs privés et des campagnes de crowdfunding. Aussi est-il essentiel que nous arrivions à valoriser nos actions et à montrer combien elles sont utiles. Mais bon, pour l’instant, tout va bien : on s’en sort ! Sachant que l’idée, comme expliqué est que cela ne coûte absolument RIEN à des communes rurales déjà à la peine ».

Du durable, forcément !

Vivre, manger, se déplacer avec l’impact le plus faible, le développement durable est vraiment une thématique transversale présente dans l’ensemble des projets d’InSite. Quand il n’en occupe pas le centre : mille initiatives lancées ici et là s’appuient en tous cas dessus : revalorisation des sentiers pédestres, jardins partagés, mobilité douce, agriculture responsable, covoiturage solidaire, valorisation du vélo, ateliers DIY (Do It Yourself), approvisionnement de la cantine en produits locaux, fabrication de produits artisanaux : huiles, savons, etc.  mille petites causes pour aider la grande.

Le développement durable est précisément ce qui a attiré Thomas à Arvieux, en Aveyron. Où il a déjà passé 3 mois sur les 8 de son service civique, intégré à un projet assez complexe d’habitat partagé dans un château en cours de restauration. L’endroit héberge entre autres une association proposant des formations et expérimentations liées à la transition écologique. Un an après le démarrage du projet, le château est en partie rénové et en mesure d’accueillir ses premiers groupes. D’où le job de Mathieu : monter des partenariats avec diverses écoles en s’appuyant pour cela sur le Campus de la Transition.

Lui-même ingénieur en génie mécanique ayant travaillé un an chez Michelin avant de vivre l’expérience du T.Camp (V2), il s’est reconnu dans cette proposition incluant une dimension durable forte, terrain d’engagement qu’il fréquentait déjà, étudiant, à ses heures libres. « Ce service constitue une phase test idéale pour moi, explique-t-il. Car j’y vérifie concrètement si ce mode de vie et d’engagement me conviennent réellement. Après 3 mois d’expérimentation, il semble que la réponse soit oui. C’est fondamentalement cohérent avec la vie quotidienne à laquelle j’aspire : une implication réelle laissant du temps libre. Je découvre des tas de choses qui joueront certainement un rôle important dans mon futur comme l’économie sociale et solidaire et les tiers lieux, à un moment historique passionnant puisqu’il entraîne notre société vers la résilience ». Outre la découverte d’un « rythme de vie équilibré entre vie pro et vie perso » lui convenant parfaitement, Thomas se trouve idéalement placé pour identifier les besoins de son propre projet : monter une entreprise dans le secteur du développement durable. « Sans négliger le bagage et la légitimité qu’une telle participation, parfaite pour des étudiants en fin d’études se posant des questions, me donne pour la suite des événements ! ».

2 individus dans un champ à Saint-Bertrand de Comminges
En binôme à Saint-Bertrand de Comminges

Demain…

A terme, InSite ambitionne d’essaimer partout en France, « tout en avançant pas après pas, car il faut chaque fois s’adapter à des situations et interlocuteurs très différents. Et nous souhaitons également nous ouvrir à des jeunes d’autres pays, pour rendre l’aventure plus belle encore. Nous sommes déjà en lien avec des associations en Allemagne et au Québec, le but étant, dans le futur, de créer du lien et un immense réseau entre tous les acteurs des petites communes. De ce point de vue, la pandémie nous a aidé en mettant un coup de projecteur sur cet aspect concret du « monde de demain ». Beaucoup de citadins ont découvert que le bonheur n’était pas forcément accessible uniquement en avion. Mais qu’il pouvait se trouver bien plus près de chez eux ».  

NB : A l’issu donc d’un grand appel à projets (pour une dizaine retenus) InSite vient d’être distingué par la Fondation Cognacq-Jay qui depuis des années effectue un magnifique travail dans le champ de la solidarité sociale. Dont acte, comme disent les juristes.

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER :
Inventer la solidarité sociale de demain


Ruralité : les jeunes à la rescousse ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

Accueil paysan Franche-Comté > Doubs Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Doubs Franche-Comté...

Camping rural à Ourches près de Crest à 8km de Crest, 18km de Romans et Valence, près du Vercors drômois, du Diois et de l'Ardèche. Proche vallée du Rhône et sorties d'autoroute....

Qu'est-ce-que le tourisme communautaire? Lors de nos voyages à l'étranger l'argent que nous dépensons bénéficie-t-il vraiment aux populations des pays visités? Le tourisme communautaire, géré directement par les...

Fin de la présidence française à la Convention Alpine La convention alpine 2009 a clos 2 ans de présidence française, marqués par la priorité accordée au changement climatique et à la promotion du tourisme durable...

FITS Tunisie 2017 : un pas de plus vers la solidarité…   le Forum International Tourisme Solidaire et développement durable (FITS) n’en poursuit pas moins son chemin entre découvertes, partages et engagements...

Accueil paysan Franche-Comté > Haute-Saône Accueil Paysan dans un gîte en milieu rural, dans sa maison, à sa table ou à l'auberge, dans ses champs, parmi ses animaux, dans le paysage que son travail façonne Haute-Saône...

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Inventer la solidarité sociale de demain

voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda