#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

La Ribera d’Ebre et son delta, une autre Catalogne

| Publié le 3 janvier 2023 • Mis à jour le 6 février 2023 à 19h13
Thèmatique :  Fluvial 
         

Loin des terres sèches des régions de l’intérieur, la Ribera d’Ebre jouit de la présence du plus grand fleuve de la péninsule ibérique, l’Ebre, véritable colonne vertébrale qui baigne les vallées et les hommes. Ce long serpent d’eau nous a gratifié de sa douce présence alors que nous découvrions des villages perchés, des terres fertiles, vergers, vignes, amandiers, reliant les hommes à leur histoire jusqu’à son delta. Nous avons parcouru quelques arpents de cette terre vivante, fascinés par la diversité des paysages et la créativité des habitants, une mise en bouche d’un lieu singulier où il faudra forcément revenir, ne serait-ce que pour naviguer sur les eaux et apprécier les myriades d’oiseaux qui ont réapprivoisé le fleuve.

Catalogne
Vue de Miravet©GClastres

Miravet, village de terre et d’eau

Passage éclair à Miravet, la route a été longue mais la carte postale du sud de la Catalogne a su nous attendre. Nous avons saisi à la volée la photo emblématique de ce bijou de terre et d’eau, ces maisons de pierre agrippées à la falaise se reflétant dans le coude du fleuve. Le soir, au soleil descendant, chaque minute dessine un nouveau tableau. Nous aurions pu, aussi, visiter la forteresse médiévale construite par les Templiers au 12e siècle, cet imposant château entouré d’une muraille de 25 mètres de hauteur. Nous reviendrons. Pour le village, pour son église, pour son histoire. Miravet, pour nous, ce fut Josep Papaseit, une formidable rencontre, une immersion d’un soir dans la tradition potière du village. En 1940, il comptait encore trente ateliers de céramiques, il en reste six, la faute au plastique.

Catalogne
Josep au tour ©GClastres

Josep nous accueille dans son petit atelier artisanal. Un tour à pied, un autre posé au centre de la pièce. Il nous conte cette tradition locale qui a vu le village vivre de ses poteries depuis les Ibères, l’influence arabe, la forte présence du fleuve. « A l’origine, l’Aragon était le marché naturel de Miravet, le transport se faisait par le fleuve. Il y avait les potiers et les négociants. Aujourd’hui, nos poteries se vendent sur les foires, dans les marchés, les jardineries, partout en Europe… » Tout en parlant, Josep s’est installé au tour. Peu à peu, d’un bloc d’argile et d’une paire de mains, un vase s’esquisse, s’élargit. Cela semble si simple, si fluide, une apparition terrestre issue d’une lampe magique qui tournerait entre dix doigts. Ici, toutes les pièces sont faites à la main. Josep est issu d’une famille de potiers depuis six générations. Ses deux filles reprendront-elles l’atelier ? Pas sûr, à Miravet, la poterie est un métier d’homme. Il faut de la force pour déplacer les grandes pièces, porter les kilos d’argiles, enfourner des dizaines de pièces dans le four.

Catalogne
Atelier de Josep © GClastres

Puis notre tour arrive, l’occasion d’essayer le tour, de mettre les mains dans la terre, de mouiller l’argile à la barbotine,  de suivre des yeux ce vase hésitant qui s’étire guidé par les mains de Josep. Des expériences et des formations à la poterie qu’il propose à toutes personnes intéressées le temps d’une poignée d’heures, de quelques jours, d’un stage. Dans son dos, les pièces réalisées s’étalent sur une grande tablée, des plats, des assiettes, des vases, mais aussi ces jarres à huile (cantajo) typiques de la région, ces bols (pitanza) à déjeuner, ces amphores à six becs (gargolas de mucho) qui permettent de récupérer l’eau en profondeur et dont l’un des becs permet de boire. Des pièces plus contemporaines aussi, comme si la tradition se devait aussi d’imaginer les horizons du lendemain. Nous filons à la nuit tombée, les mains argileuses et le regard perdu dans les étoiles. Cap sur Tivissa.

Mas de l’Illa

Notre première sensation lorsque nous arrivons de nuit au Mas de l’Ile est ce gravier qui crisse sous nos pieds dans la fraicheur de la nuit. Le fleuve n’est pas loin, on sent sa présence humide et apaisante. Les étoiles, la pureté de la nuit, l’onctuosité d’une tortilla de patata façon Rosa. Welcome à l’hôtel rural du Mas de l’Illa. Le lendemain, le site apparait au grand jour. L’hôtel est encadré d’une terrasse en hauteur qui borde chacun de ses côtés et permet d’observer l’ensemble de la finca qui, au-delà d’un hôtel, est surtout un immense domaine planté de fruitiers, des vergers de pêchers, nectarines, pruniers, mirabelliers, abricotiers… s’étendant à perte de vue jusqu’à la colline qui fait face au fleuve. On pense un temps que c’est aussi une histoire de femmes, puisque Rosa et sa fille, Laïa, sont là pour nous accueillir et nous guider au cœur des champs et des arbres mais on aperçoit finalement le mari, penché sur le potager, et on réalise qu’il s’agit avant tout d’une vaste aventure familiale tournée vers le vivant.

Catalogne
Rosa et Laïa au coeur de la finca ©GClastres

Alors, pas à pas, en suivant Rosa et Laïa jusqu’au cœur de l’Illa où coule le fleuve, on prend le pouls d’un projet qui vise à valoriser l’agriculture biologique, à faire œuvre de pédagogie en installant des encarts explicatifs sur la biodiversité et les cultures locales, mais aussi à entrainer les hôtes dans des ateliers et expériences gustatives (production de jus, de confitures, de pain, etc.) dans un mas voisin en cours de restauration (le « jardin à table »).  Certes, il y a quelques vingt ans, cela n’a pas été facile pour la famille de Rosa d’entamer un tel chantier dans une région où l’agriculture biologique n’est pas encore très répandue ni parfois vraiment acceptée. Il y a eu les commérages, les jalousies, les premières années difficiles avec beaucoup de pertes, de maladies. Mais, peu à peu, le domaine a trouvé son équilibre, la conversion au bio a fini par payer, d’autres fruits ont été plantés, moins classiques, parfois oubliés, comme ces pêches anciennes refusées par les grandes surfaces qui aiment le lisse, le droit, le con-forme. Bref.

Rosa a tenu bon, elle souhaite même à présent convertir une partie du domaine en biodynamie, en quelques pas nous désigne au bord du fleuve ces énorme silures introduits par les touristes allemands dans les années 70 dans des concours de pêche débonnaires qui ont fait beaucoup de mal à l’Ebre, à ses rives, à sa biodiversité. Au mas de l’Illa, à l’inverse, on privilégie le goutte à goutte pour irriguer les champs, les panneaux solaires pour les habitations, le chauffage au bois. Des nichoirs ont été installés pour les rapaces (prédateurs des lapins et rongeurs), des perchoirs pour les oiseaux, des abris pour les chauves-souris. Parfois, des éleveurs viennent faire paitre leur troupeau. Le domaine compte aussi quelques ânes et plusieurs matous qui viennent se lover dans les jambes des hôtes de passage. En saison, ils sont vingt-cinq à travailler dans le verger, huit hors saison. Un travail quotidien assuré entièrement à la main. Et on retrouve forcément dans l’assiette les légumes et fruits frais récoltés in situ.

Catalogne
Dégustation de vin avec Isabel©GClastres

Nous n’avons pas eu le temps d’emprunter le petit sentier qui part du domaine et mène jusqu’en haut de la colline pour jouir de la vue sur l’Ebre (compter 2 h A/R). En revanche, nous avons suivi d’autres chemins, plus grisants, et rejoint Isabel pour déguster les joyeux nectars de la cave de l’Encastell. Isabel : « Tout a commencé avec mes arrières grands  parents qui ont planté des vignes dans le Prioratt puis, mes parents ont décidé d’exploiter une bodega (cave) locale. » Aujourd’hui, la famille possède deux exploitations, l’une dans le Prioratt, quinze hectares qui produisent 25 000 bouteilles ; l’autre dans le Montsant, près d’Els Guilamet, dix hectares hérités d’un ami de la famille qui possédait une vigne écologique (labélisé bio en 2022) et produisant également 25 000 bouteilles. A 25 ans, Isabel est devenue le trait d’union entre ces deux exploitations, faisant déguster une alternance de vins jeunes (Corret & Lo Ceresel) et de vieille vignes (Elvira & Porera) où l’on retrouve des cépages grenache, carigue, merlot, syrah, des raisins gardés en barriques de chêne ou d’acacia. Un trait d’union entre plusieurs générations aussi. Le « Corret » (petit cœur) est le surnom donné par les deux sœurs à leur maman quand l’Elvira est un hommage à la grand-mère. Des vins que l’on retrouvera en Allemagne, Angleterre, Italie et jusqu’au USA pour les Priorrat, parfois en France pour les Montsant. Mais le plus simple reste de venir au Mas de l’Illa, accueilli par les bras du fleuve et toutes ces femmes si inspirantes.

Catalogne
Les légumes de Rosa et Laia©GCmastres

La Ribera d’Ebre avec El Brogit

Meritxell Ornella Aznar nous rejoint pour un dernier petit-déjeuner. Directrice d’El Brogit, une petite agence locale dont le doux nom signifie « Le souffle du vent sur l’eau », Meritxell nous souffle de revenir encore et encore. Et pour cela, elle a des arguments ! Créé en 2007, El Brogit organise des randonnées, des séjours, des expériences visant à valoriser tous les itinéraires imaginables autour de l’Ebre. Et il y a en pour tous les goûts, en témoigne une immense carte qu’elle déploie où de petits personnages, les explorateurs de l’Ebre, viennent illustrer les mille et une propositions touristiques : circuits à vélo autour de quatre rivières ou au fil de l’Ebre ; route de l’huile d’olive et du vin (Sangre y Oro) ; itinéraire filant de la montagne à la mer ; plongée dans l’histoire et la culture locale avec « Mémoire d’un fleuve » qui vous amène sur sur les lieux de la bataille de l’Ebre (1936) ; mais aussi une voie verte qui court le long de l’ancienne ligne de chemin de fer qui servait à transporter les armes pendant la guerre civile, une route gastronomique avec des producteurs locaux de fromages et de confiseries et enfin, la découverte de la réserve de biosphère des Terres de l’Ebre, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.  

Catalogne
Le fleuve Ebre©GClastres

A la semaine, en escapade, en quelques heures, rien n’est impossible pour Miritxell qui peut aussi vous organiser des visites historiques de villages ibériques, des ateliers de vannerie, de céramique, des visites de caves, de moulins à huile, des activités d’eau, dessus, dessous, telles la navigation en « llagut de rem », les bateaux fluviaux traditionnels de la région. Si l’on ajoute à cela tous les festivals qui se tiennent tout au long de l’année, on ne peut qu’être convaincu que le futur du slow tourism en Catalogne c’est ici, au cœur de la Ribera d’Ebre. Et tant pis pour les touristes et les Catalans qui s’évertuent à s’agglutiner sur des plages saturées, nous, on a bien compris la leçon, on reviendra voir les oiseaux, observer les étoiles, et nous laisser glisser au fil du fleuve, inlassablement.

Catalogne
Nouilles sautées façon Rosa©GClastres

————– Aller plus loin (ou plus près) ——————

Organiser votre voyage :

Programme  BreathingLands et MedPearls :

https://www.breathingland.com/fr

https://www.breathingland.com/en/Category/29/Les-Garrigues

Discover the Med Pearls destinations: Les Garrigues, the land of olive oil

Site internet information générique Catalogne :

www.catalunyaexperience.fr

www.vueling.com

Réceptifs locaux :

El Brogit  : www.elbrogit.com

Visites citées dans le texte :


– S’initier à la poterie dans l’atelier de Josep

Joseph propose des expériences de trois jours : du façonnage jusqu’à la cuisson au four.

Aussi des expériences d’une semaine : pour se former

Des visites guidées de l’atelier : 2h

Compter 15 € la démonstration + création d’un objet (+ 5 € si cuisson)

https://www.facebook.com/profile.php?id=100057412189838

https://www.instagram.com/ceramiquespapaseit/

– Le Jardin à table du Mas de l’Illa

Cours de cuisine, réalisation de confiture, de pain, de jus, à base des produits du jardin.

 www.masdelilla.com.

Restaurants et hôtels de charme

Hôtel Rural Mas de l’Illa à Tivissa

Hôtel familial situé sur un domaine écologique au bord de la rivière Ebre. Son objectif est de diffuser l’agriculture biologique, l’environnement durable et la cuisine connue sous le nom

« Du jardin à la table ».
www.masdelilla.com.


La Ribera d’Ebre et son delta, une autre Catalogne | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

10 idées pour un séjour à deux-roues Parce qu’il existe une multitude de possibilités pour partir en vacances à vélo, nous avons consulté les meilleurs spécialistes du voyage à deux-roues pour vous préparer cette...

L’Espagne, des vacances accessibles à tous ! Grande variété d'options d'hébergement : de la location de vacances à petit budget aux hôtels et villas, ainsi que de nombreuses activités à des prix abordables....

Énergies croisées des deux côtés de la frontière Le 3 juin 2014, à Bellver-de-Cerdanya - Catalogne (E)- une deuxième journée INITIATIVES TRANSVERSALES a été organisée par les associations AEC et ALPYC 66, pour...

La Catalogne se décentre pour un tourisme plus durable Rencontre avec la directrice de la branche française du Bureau Touristique de la Catalogne. La Catalogne, en particulier Barcelone et la Costa Brava, a connu...

Au pays de l’or jaune : Les Garrigues, dépaysement garanti au cœur de la Catalogne ! La région des Garrigues en Catalogne offre un monde rural paisible avec des villages d'antan, des vignes, des oliviers et des...

L’OPCC dévoile ses 10 défis pour s’adapter au réchauffement climatique dans les Pyrénées l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique vient de publier un bilan inquiétant sur le réchauffement climatique...

promotion partenaire feuille de chou

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Grand Tour Catalogne

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda