#TourismeDurable
Demande d'envoi de la feuille de chou et inscription Newsletters

Au pays de l’or jaune : Les Garrigues, dépaysement garanti au cœur de la Catalogne !

| Publié le 15 décembre 2022 • Mis à jour le 6 février 2023 à 19h14
Thèmatique :  Bons plans   Ingénierie   Initiative régionale   Territoire   Tourisme de masse 
         

Loin de l’effervescence de Barcelone et des foules de la Costa Brava, la région des Garrigues offre une respiration au cœur de la Catalogne, une descente en apnée dans un monde rural, campagnard, comme si le disque de la terre avait basculé pour retrouver le souffle et le silence des villages d’antan. Vignes, oliviers, amandiers, pierres et terres sèches, revêches, villages désertés. A mi-chemin entre Barcelone et Saragosse, les Pyrénées au nord et le delta de l’Ebre au sud, cette région de l’intérieur semble saisie dans une torpeur qui dévoile peu à peu ses joyaux et notamment l’Arbequina, la star locale, cette petite olive qui, pressée, donne une huile douce et fruitée. Mais l’or jaune n’est pas le seul trésor de cette région étonnante, car il faut se laisser porter, immerger, aller à la rencontre d’hommes et de femmes aux parcours étonnants, des familles qui mettent de la magie au cœur des vignes, d’autres qui transforment d’anciens relais de poste en hôtels de charme, autant de passionnés qui vous tendent la main et vous invitent à découvrir l’autre Catalogne.

La cave Blanch i Jové…

Entre Barcelone et La Pobla de Cèrvoles, il faut compter une petite heure de route et un camaïeu de vignes et d’olivier qui préfigure déjà  la cave Blanch i Jové. Pas de doute, on est bien au pays du raisin et de l’olive. En surplomb du village, la cave offre un point de vue plongeant sur les maisons et les terres agricoles. Souriante et avenante, Sara Jové nous conte ce lieu issu de l’histoire familiale, ces terres achetées par ses grands-parents qui se sont battus alors pour préserver les petites parcelles contre les latifundias (grands domaines), le bâti construit par son père, ferronnier, maçon, la part de son frère, ingénieur, de son cousin, agronome, de sa mère, omniprésente dans ce projet familial entamé en 2006. Et une terre sèche, pauvre, difficile à cultiver, 25 hectares posés à 700 mètres d’altitude dont il va falloir tirer le meilleur en privilégiant la qualité. Année après année, le projet s’affine. Chez les Bové, tout est tourné vers la production biologique et le respect du vivant. Le raisin est vendangé à la main avec comme étendard le Sao, un terme catalan qui désigne la terre et signifie « Maturité, perfection, et taux d’humidité optimal ». Ici, la production est raisonnée, limitée à 60 000 bouteilles par an, mais on n’hésite pas à expérimenter de nouvelles choses, à l’image du Trobat, un rouge issu de vignes plantées à 1800 m dont il ne sort que 200 bouteilles par an. « Quand elle y a gouté, ma mère nous a confié : j’ai voyagé soixante ans en arrière ».

Les Jové produisent neuf cuvés, des rouges, des blancs (un délicieux Costers del Segre), des expérimentations, des semi-fermentations. Sur place, tout est pensé, réfléchi, à l’image de ces œufs de granit qui sont aussi une autre façon de mettre le vin en cuve et jusqu’au processus de production qui vise à avoir un impact environnemental le plus minime possible. Cent dix panneaux solaires ont été installées sur le site, quarante-huit batteries de 2500 Ah (ampères/heure) afin d’atteindre l’autonomie énergétique. L’eau est recyclée, les vignes irriguées au goutte à goutte, manuellement. Sarah : « Nous faisons particulièrement attention à la ressource en eau qui manque cruellement ici et pour cela, nous  reconstituons les murets en pierres sèches d’antan qui permettaient de retenir l’eau dans les sols. » Sarah sourit. Son père vient d’apparaitre et s’esquisse déjà avec discrétion. « Mon père, c’est l’artisan derrière les artistes », glisse-t-elle avec malice. Car chez les Bové, au-delà de la vigne, des oliviers, des amandiers, de la terre et du ciel, il y a ce projet un peu fou de faire venir les artistes au cœur de la vigne, à l’image de l’immense fresque de Gregorio Iglesias qui décore l’intérieur de la cave, une allégorie abstraite de la vigne et des hommes posée sur quatre murs, un lavis en noir et blanc à l’encre de Chine nommé « Entre le ciel et la terre »  qui fait onduler les formes. Les formes ? Des ceps, des hommes, des ombres, ou ce jus noir qui coule du raisin ? Mais déjà, Sara nous entraine sur d’autres chemins…

Catalogne
La lumière irisant la terre (La llum planant damunt la terra) – Estebes Casanoves©GClastres

Et la vigne des artistes !

« Unir la nature avec l’art », tel est le formidable projet mené en contrepoint de la cave Blanch I Jové, seize œuvres permanentes installées au rythme d’une création à l’année, un investissement familial pour amener l’art contemporain jusqu’au cœur des vignes. Sara nous emmène d’une œuvre à l’autre au fil des petits lapins rouge qui ponctuent le sentier, découvrant d’immenses créations d’artistes reconnus qui s’intègrent au paysage pour épouser vignes et oliviers comme autant de cimaises. On découvre alors l’immense cloche du sculpteur Evru (la Gran Compana) vibrant au cœur du raisin en regardant vers La Pobla de Cèrvoles en contrebas. Quelques rangées de ceps plus loin, Esteve Casanoves a installé des panneaux en fibre optique– La lumière irisant la terre (La llum planant damunt la terra)  – évoquant un immense coléoptère penché sur la vigne. Filant la métaphore viticole, Carlos Carlos Pazos a quant à lui posé à terre un immense porte bouteille (No et prometo Res) type Ready-made à  la Duchamp, à contempler de nuit pour découvrir les jeux de lumière sur l’œuvre.

Catalogne
Sarah devant la vigne des artistes © GClastres

Au fil de cette balade artistique, on croise encore la tête de renard d’Erik Schmitz nommé « Refuge » (Refugi) , la barque perchée sur l’arbre de Carlos Pazos (La Sargantaneta) qui confie là son désir de jeunesse de vivre de la pêche, la tête de bœuf de Joanne Brossa (Cap de Bou), mais aussi 1 200 pièces de céramiques faites à la main et encastrée dans la roche, telle une explosion (Esclat) signée l’illustre Frederit Amat. Eva Lootz a choisi quant à elle de réfléchir sur les empreintes laissées par les hommes sur la nature. Son œuvre, la trace (la Huella), dessine une empreinte de pas et de pierre prolongée par un arbre posé sur un tumuli. Ouvert à tous, le site attire plus de 100 000 visiteurs chaque année et ce, dans un village qui compte à peine 120 habitants. En cette fin novembre toutefois, nous étions seules au cœur des vignes et des créations, à savourer l’instant dans l’ivresse d’une visite savoureuse où dégustation de vins et pique-nique de produits locaux (pan con tomate, manchego, fruits secs, salsichas, boudins, coing, pasteles, etc.) furent aussi de la partie. Achevée au soleil couchant, cette balade onirique s’acheva dans les sourires et les échanges chaleureux de la famille Jové mêlés au bâillement de la petite dernière. La relève veille.

Le moulin et les oliveraies Olicatessen

De La Pobla de Cèrvoles  au village d’Els Torms, la route tourne, tourne, tourne comme un moulin à olives jusqu’à arriver au domaine Olicatessen. Planté au milieu des champs d’oliviers, le site de production et une nouvelle histoire entamée en 2005 par deux familles qui décident de travailler ensemble pour élaborer une huile d’olive extra-vierge, écologique et haut de gamme. Au début de l’aventure, l’huile est pressée à la coopérative du village mais très vite, pour éviter de tout traiter et favoriser le pressage à froid, un moulin est installé un peu à l’écart du village. Olga nous accueille derrière une jolie table nappée où elle a disposé des échantillons d’olives et quelques flacons. « Les arbres qui vous sont devant vous ont entre 200 et 300 ans. » Et ici, la star, c’est l’Arbequina, dont la légende veut qu’elle ait été ramenée de Palestine par le Duc de Medinaceli, descendant des puissants ducs de Cardona, au XVIIe siècle. En ce 27 novembre, le pressage des olives est presque terminé. Un jour de plus et le moulin aurait été muet. Olga : « Nous pressons les olives de début octobre à fin novembre. Ici, l’Arbequina est reine mais nous travaillons aussi des variétés anciennes protégées depuis le 16e siècle comme la Negral ». Moins connue que son compère, cette olive peut se conserver deux ans et possède des propriétés anti-inflammatoire encore supérieures.

Ici aussi, le respect du milieu naturel est de mise. Sur ces terres sèches et argileuses, les oliviers sont espacés de quatre mètres et aucun intrant chimique n’est utilisé. La récolte est faite quand l’olive est mâture, à  la main, à l’aide d’un peigne vibreur et d’un parapluie qui récupère le fruit. L’olive  ne touche jamais le sol. Elle sera ensuite pressée à froid (la température ne doit pas dépasser 27°), le résidu servant à fertiliser les champs. « Rien ne se perd… ». Cette année, la sécheresse particulièrement marquée a compliqué le travail de l’oliveraie. Olga nous explique que la récolte a été quasiment divisée par deux, soit 600 000 kilos d’olives pour les 20 hectares d’oliviers de l’exploitation. Sachant que pour produire un demi-litre d’huile d’olive, il faut compter ici 250 kg d’olives (la récolte de dix arbres à raison de 2,5 kg d’olives par arbres), cela fait 2400 litres d’olives produites sur place. Une huile excellente, de haute qualité, qui a remporté de nombreux prix et notamment, en 2020, la médaille d’or de la meilleure huile d’olive extra- vierge biologique au monde. Difficile toutefois de vendre cet or jaune sur le marché local (uniquement 30% de la production), encore peu mûr pour ces huiles haut de gamme… alors, bouteilles et bidons partiront ensuite voyager sur tous les continents.  Il est toutefois possible (et recommandé !) de venir s’approvisionner sur place, vous pourrez alors découvrir le moulin, participer à une dégustation, à des animations au cœur de l’oliveraie (randonnées contées, création de lampes à huile, etc.). Voyage au pays de l’or jaune…

Catalogne
Pressage des olives © GClastres

En guise de conclusion

Ô visiteur qui cherche à fuir les foules et le tumulte de la côte, viens donc t’échapper au cœur de ces terres attachantes. A ton tour tu pourras vivre au rythme de la vigne et de l’olive, découvrir les moulins, rencontrer des hommes et des femmes passionnés. Les Garrigues ont bien d’autres attraits à découvrir, entre chemins de randonnées, villages pittoresques, sites classés (à l’image du groupe de peinture rupestre de la Roca dels Moros ou de la villa romaine de Can Terrés), découvertes gourmandes…. Alors, qu’attends-tu ?

LES AUTRES ARTICLES DE CE DOSSIER :
Grand Tour Catalogne

————– Aller plus loin ——————

Organiser votre voyage :

Programme  BreathingLands et MedPearls :

https://www.breathingland.com/fr

https://www.breathingland.com/en/Category/29/Les-Garrigues

Discover the Med Pearls destinations: Les Garrigues, the land of olive oil

Site internet information générique Catalogne :

www.catalunyaexperience.fr

www.vueling.com

Réceptifs locaux

·  Tu i Lleida – www.lleidaitu.com

·  Travel Tec – www.traveltec.info

Les visites citées dans le texte :


La cave Mas Blanch i Jové :

www.masblanchijove.com

Possibilité de louer un gite pour 10 personnes sur le site même de Mas Blanch i Jové. Organisation de pique-nique, de brunch et bien sûr de dégustation (compter 24 € pour la dégustation de 4 vins locaux) .L’accès à la vigne des artistes est libre et gratuit.

– Les oliveraies Olicatessen 

Dégustations d’huile, atelier de lampes à huile, contes.

www.olicatessen.com

Déguster un repas traditionnel :

Els Fogons de la Carme.

Restaurant familial à Cervià de Les Garrigues, qui utilise des produits locaux et sert une cuisine traditionnelle
www.elsfogonsdelacarme.wordpress.com

– Restaurant Cal Ferran à Bellaguarda

www.catalunya.com/cal-ferran

Passer une nuit (ou plus) au cœur d’un hôtel envoutant

Hôtel Casa Llobera
Hôtel datant de 1972 situé dans le village de La Pobla de Cèrvoles situé dans un ancien manoir historique de la fin du XVIIe siècle entouré de vignes, restauré par un couple de Barcelonais passionné de décoration et extrêmement attentif au bien-être de leurs hôtes. Jardin extérieur. Cave. 7 chambres. Compter 200 € ch. double 1er prix.

www.hotelcasallobera.com


Au pays de l’or jaune : Les Garrigues, dépaysement garanti au cœur de la Catalogne ! | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Geneviève Clastres
Auteur et journaliste indépendante spécialisée sur le tourisme durable et le monde chinois, Geneviève Clastres est également interprète et représentante de l'artiste chinois Li Kunwu. Collaborations régulières : Voyageons-Autrement.com, Monde Diplomatique, Guide vert Michelin, TV5Monde, etc. Dernier ouvrage "Dix ans de tourisme durable". Conférences et cours réguliers sur le tourisme durable pour de nombreuses universités et écoles.
Facebook

Partagez cet article

Une autre façon de soutenir Voyageons-autrement, média indépendant, gratuit et sans Pub c'est aussi de partager cet article. Merci d'avance 😉

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations utiles pour voyager

EPirEMed, un projet de coopération transfrontalière pour valoriser le patrimoine local Depuis fin 2018, le projet européen de coopération transfrontalière EPirEMeD vise à valoriser le patrimoine naturel et culturel...

A l'ouest (de la Catalogne) du nouveau! Barcelone a la fâcheuse manie d'éclipser le reste de la Catalogne. Quittons les ramblas pour découvrir les Terres de Lleida qui se déploient jusqu'au Pyrénées. Train spectaculaire,...

2e Pyrénées Business Summit : Des témoignages inspirants ! Le 26 avril dernier, le 2e Pyrénées Business Summit s’est tenu à Bourg-Madame, au cœur des Pyrénées catalanes, avec pour objectif de créer des synergies...

Le Tour de France en Vélo couché Vida Bike organise cet été le premier Tour de France en Vélo couché, et propose un autre éclairage sur la pratique du vélo, en invitant à une évasion ludique à bord d'un vélo confort...

L’OPCC dévoile ses 10 défis pour s’adapter au réchauffement climatique dans les Pyrénées l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique vient de publier un bilan inquiétant sur le réchauffement climatique...

Vous avez dit « Cerdagne » ??!... Petites révélations sur un paradis méconnu et pourtant si proche Christian Soubra vient d’ajouter aux branches de son Arbre à Voyages, un séjour d’une semaine en Cerdagne...

promotion partenaire feuille de chou

DANS LE DOSSIER VOYAGEONS-AUTREMENT :
Grand Tour Catalogne

carte de toutes les partenaires de voyageons-autrement voir la carte
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda