#TourismeDurable
La feuille de chou du tourisme durable

Thaki Voyage : tous les chemins de la Bolivie…  

| 22 mars 2017 • Mis à jour le 23.03.2017 à 9h49
         

Fondée en 2011 par deux amis ayant éprouvé le même coup de foudre pour ce pays partagé entre Cordillère et Amazonie, Thaki Voyage est aujourd’hui une grande famille dont les membres n’ont qu’un seul objectif commun : voir briller des étoiles dans les yeux de leurs visiteurs lorsqu’ils repartent. Une mission dont ils s’acquittent avec passion, humanité et un immense respect pour… Tout ! 

En montagne…

Pouvez-vous nous résumer en quelques mots l’histoire de Thaki Voyage, né de la passion commune de deux amis, Anne et vous, Jérôme, pour la Bolivie ?

Nous nous sommes rencontrés en 2007, travaillant  tous les deux pour une grosse agence de voyage, ici, en Bolivie. Un même coup de foudre absolu pour ce pays et ses habitants nous avait poussés à nous y installer peu avant. Anne, grande montagnarde, voulait changer de vie et consacrer davantage de temps à la montagne et moi j’avais fini mes études et je voyageais un peu partout. L’année suivante, en 2008, nous avons eu l’occasion de faire plus ample connaissance en effectuant ensemble la traversée de la Cordillère Royale comme accompagnateurs d’un groupe de 18 Canadiens. C’était une ouverture de voie, une première au cours de laquelle le guide s’est égaré, ce qui nous a permis de vivre diverses galères et moments forts, l’idéal pour savoir à qui on a affaire… Arrivés chacun en Bolivie par des voies différentes, nous avons alors commencé à réfléchir à un chemin commun (Thaki signifie chemin en langue aymara). L’agence pour laquelle nous travaillions, axée business, privilégiait le quantitatif sur le qualitatif, et cela ne nous convenait guère. Car passionnés par ce pays et ses habitants comme nous l’étions, nous n’aspirions qu’à une chose : faire partager à ceux qui faisaient le chemin jusqu’ici le meilleur de ce que la Bolivie avait à offrir. De plus, Anne travaillant aux ventes et moi à la logistique, nous étions complémentaires. Aussi, en 2011, nous nous sommes finalement lancés et, partant de rien, nous avons créé Thaki.

En exploration…

Quel type de voyages proposez-vous ?

Des voyages sur mesure, montés en fonction des envies de la personne : souhaite-t-elle mettre en avant la découverte des paysages, les trésors culturels, la rencontre ?… notre parfaite connaissance du terrain nous permet de lui proposer quelque chose au plus près de ses attentes. D’autant que loin de nous contenter des chemins balisés, nous investissons beaucoup en explorations et reconnaissances (nous avons ainsi découvert des lieux inconnus devenus depuis des musts, on en reparlera). Chaque année, nous en organisons plusieurs. Parce que nous aussi, on adore voyager et découvrir ! Une âme d’explorateur partageur que nous avons transmise à tous les membres de l’équipe qui désormais n’aiment rien tant que revenir au bureau en annonçant, radieux : « J’ai découvert un truc génial ! Les clients vont adorer ». On partage tous cet état d’esprit, chez Thaki, qui est un peu comme une grande famille, sincèrement.

Qu’est-ce qui fait, selon vous, votre particularité, votre originalité et le caractère unique de vos propositions ?

Cet état d’esprit de l’exploration-innovation, entre autres, qui nous amène à développer une réelle expertise sur l’ensemble du pays, tous territoires compris. Le fait que nous soyons très souvent sur le terrain, nous aide à améliorer les choses en continu. De plus, dans un pays où les alternatives économiques ne sont pas nombreuses, et du fait que nous payons bien les gens avec lesquels nous travaillons, que nous les respectons et que nous ayons établi avec eux des rapports à la fois chaleureux et sains, tout le monde comprend vite où est l’intérêt commun et s’investit donc à fond. C’est un win-win intégral, un cercle vertueux et dynamique bâti au service de notre objectif commun : que les gens qui nous visitent et nous font confiance repartent en disant : « on a fait un voyage génial, merci ! ». Et c’est quand même, très très souvent, ce qu’ils disent… Parce qu’il existe réellement un « esprit Thaki », des liens forts entre tous, que les gens ressentent d’ailleurs et dont ils nous parlent.

Grande opération menée au profit des enfants…

A quelles clientèles vous adressez-vous ?

Tout dépend du voyage que l’on recherche. La Bolivie attire principalement pour ses grands espaces, sa nature. Et ses habitants ! Ensuite, vous pouvez appuyer sur la dimension culturelle ou, au contraire, sur le côté sportif et les sorties en haute montagne dont Anne est spécialiste. Avec un vrai plus apporté par la dimension authentique du pays, encore intouché par le tourisme de masse et où les rencontres avec une population ouverte et très attachante sont un trésor ouvert à tous. Et une source d’émerveillement pour bien des visiteurs, qui ne s’y attendaient pas ! Comparé au Pérou, notamment. Sachant néanmoins que, concernant les sorties en montagne, les tarifs sud-américains sont un peu plus élevés qu’en Asie et Afrique.

“Laisser une trace positive de notre passage…”

Comment se traduit concrètement votre engagement au service d’un tourisme plus durable et responsable ?

Vous aurez compris que Thaki est avant tout pour nous une merveilleuse aventure humaine, partagée par une cinquantaine de collaborateurs et partenaires qui étaient tous là pour fêter notre anniversaire en février dernier. Sans compter tous ceux qui vivaient trop loin pour pouvoir venir. En réalité, les personnes et les communautés avec lesquelles nous travaillons, nous tiennent vraiment à cœur : financement pour la construction d’un refuge ici, formation en cuisine et en langue là, partenariat avec l’Ifremmont (Institut de recherche spécialisé en médecine de montagne) qui nous délègue deux médecins pour former les guides locaux (et pas que les nôtres, bien sûr !), etc. Et puis, comme on sort beaucoup des sentiers battus, on est constamment amenés à « ouvrir » de nouveaux coins, expliquant aux gens que s’ils veulent bien participer, trouver de quoi loger quelques visiteurs et les nourrir, cela endiguerait un peu l’exode des jeunes vers les villes ou le Chili… On agit comme une micro chambre de commerce, en fait. Et avec les droits d’auteur du livre* d’Anne on a monté une grosse opération pour sensibiliser les enfants au problème, crucial, de l’environnement. Ailleurs, on cherche à aider financièrement une ludothèque de l’Alto et on envisage, à terme, de créer une petite fondation pour chapeauter l’ensemble. Des choses comme ça, concrètes, proches, quotidiennes… l’idée étant de laisser une trace positive de notre passage dans notre pays d’adoption. Et puis, simplement, tout ce « social » nous nourrit, jour après jour, nous énergise et resserre les liens de la petite communauté Thaki.

* « Cordillère Royale : Trek et Alpinisme en Bolivie » avec Patrick Espel, chez Glénat

Les rubriques de votre site sont à la fois géographiques, par « Régions » et, ce qui est plus rare, humaines, par « Communautés ». Vous accordez une part importante à la dimension de la rencontre ?

Voyager sans rencontrer les habitants d’une contrée, honnêtement, quel intérêt ?!… Ici, chaque type de paysage possède sa communauté associée et, du fait de l’extrême ouverture des Boliviens, ce contact tant recherché avec l’habitant et dont ils ont souvent été frustrés au Pérou fait ici partie des bonheurs quotidiens. Ce n’est pas du marketing, juste le constat opéré par tous ceux qui choisissent un combiné entre les deux pays et sont scotchés par la dimension chaleureuse et transmetteuse de Joie de Vivre des Boliviens. Des années après, certains de nos clients nous rappellent les noms ou prénoms de personnes croisées en route et nous demandent de leurs nouvelles ! Ces choses-là ne s’inventent pas et représentent un immmmense plus pour tous ceux qui apprécient la dimension magique des rencontres effectuées en voyage.

Ouvrir de nouvelles voies… (et fêter ça !)

Vous faites beaucoup de sur-mesure, mais si vous ne pouviez parler que de deux voyages proposés : le plus populaire et votre coup de cœur personnel, il s’agirait desquels ?

Le plus populaire, c’est bien entendu celui qui propose un tour d’horizon des incontournables, lors d’une première visite : le Salar d’Uyuni, plus grand désert de sel au monde (grand comme la Suisse), ses lagunes colorées incroyables et ses paysages variés, puis les volcans, l’Amazonie et ses anacondas… Enfin, du côté d’Anne, on va forcément parler haute montagne. (Anne prend le relais) Il y a bien entendu la Cordillère Royale, mais aussi, cette voie « secrète », très sauvage, que nous avons ouverte sur la Cordillère Apolobamba. Il faut que les gens aillent voir les petits films qu’on a mis en ligne sur You tube. Et puis, pour finir, impossible de ne pas parler d’un autre de nos bébés, la région de Samawa, que l’on a déniché, hors des sentiers battus, coin incroyable par la variété de ses paysages et encore totalement inconnu…

Quand vos clients repartent, que disent-ils avoir le plus apprécié, qui les a enchantés et leur a mis « des étoiles dans les yeux » ?

Notre job est précisément celui-là : que nos hôtes repartent avec des étoiles dans les yeux ! Et pour y parvenir, non seulement nous les accueillons tous à leur arrivée, mais Anne ou moi les raccompagnons également à la fin pour recueillir leurs impressions à chaud, lorsqu’elles sont le plus sincères. Sans fausse modestie, la plupart sont véritablement enchantés de leur voyage. Beaucoup sont de grands voyageurs et si la Bolivie ne saurait être le voyage préféré de chacun, elle entre dans le Top 3 de pratiquement tous. Certains pleurent de bonheur en repartant, je n’invente rien, ému par le mixte de beauté naturelle et d’humanité rencontré ici, par les habitants et, surtout, leur guide, qui a mis toute son âme à les ouvrir à la dimension intime, fraternelle de son pays.

L’esprit d’aventure…

Vous êtes également de vrais spécialistes de la haute montagne et des treks dans la Cordillère…

Idem (c’est Anne qui répond), ne nous dévalorisons pas : j’ai vraiment une grande connaissance de la cordillère : voies normales, ouverture de nouvelles voies que je suis souvent la seule femme à avoir pratiquées, ouvertures de chemins de trek, sommets plus techniques et engagés. Je connais pratiquement chaque vallée et chaque sommet des différentes Cordillères de Bolivie (Apolobamba, Royale et Quimsa Cruz) et mon grand plaisir est d’y organiser régulièrement des voyages sur mesure, passant par des voies originales et uniques.

Vous avez même écrit un livre sur ce sujet, Anne. Pouvez-vous nous en dire deux mots ?

Oui et c’est encore une belle aventure puisque c’est le spécialiste Patrick Espel qui, en 2012, m’a proposé de coécrire ce livre avec lui. Cela a débouché sur deux ans de travail, de nouvelles reconnaissances et ouvertures de voie, tout ce qu’on aime. Mais… il a ensuite fallu trouver un éditeur, et ça, pour ceux qui ne sont pas de la partie, c’est comme s’attaquer à son premier 8000. En plus dur ! Là encore, heureusement, nous avons eu la « chance » d’être contactés par une future cliente, montagnarde, qui envisageait de venir trotter dans nos montagnes et travaillait chez… Glénat !

Le livre ! Le livre !

De quoi n’a-t-on pas parlé qui vous soit cher ?

Juste un mot pour dire que nous sommes vraiment très proches de l’Association des Guides de Montagnes et de Trek du pays, soutenus par Anselme Baud depuis des années. Le rêve de tout montagnard étant de se confronter un jour aux 8000 himalayens, nous portons le (beau) projet franco-bolivien d’emmener au Pakistan un groupe de guides boliviens, qui à ce jour n’ont jamais gravi un  8000. Et pas simplement pour contempler, mais là encore, pour ouvrir de nouvelles voies, avancer ensemble ! Il se forge un tel enthousiasme autour de ce projet (un peu fou quand même) que je suis sûre qu’il va finir par se faire…

Bonus :

Le film de présentation de Thaki expédition

Notre film sur les enfants de la cordillère

A bientôt !…


Thaki Voyage : tous les chemins de la Bolivie…   | ©VOYAGEONS AUTREMENT
Par Jerome Bourgine
Ecrire et voyager. Voyager et écrire... Depuis 50 ans.
Facebook

Découvrez nos abonnements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 ANS DE TOURISME DURABLE
L'actu en continu
Les catalogues Voyagiste

Agenda